BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (5 mai 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

5 Mai

I. Ce n’est pas parce qu’on ne nous en parle plus…

Que la traite négrière a cessé en Méditerranée.

Les départs depuis les côtes libyennes de ces rafiots qui ne sont, pour la plupart, que des  » cercueils flottants  » ne cessent de se multiplier ces derniers mois. Selon les données du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies, entre le 1er janvier et le 21 avril, 36 882 personnes ont été secourues en mer, soit 36 % de plus qu’en 2016 à la même période. En réalité, comme le savent tous ceux qui lisent le blogue du CER, il ne s’agit pas de sauvetage mais d’une authentique traite négrière, parfaitement organisée grâce à la collaboration entre les mafias lybiennes et des associations prétendument humanitaires à la solde de commanditaires mondialistes. Mais sachez que ça ne va pas s’arranger puisque, avec l’arrivée de la belle saison, le rythme des départs semble encore s’accélérer : entre le 14 et le 16 avril, près de 8 500 migrants ont été secourus au cours de 73 opérations de récupération organisée (Lire « Hep taxi ! » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/02/17/bulletin-climatique-quotidien-17-fevrier-2015de-la-republique-francaise/). Quant à la perspective d’arrivée au pouvoir en France d’Emmanuel Macron , nous vous laissons imaginer ses conséquences catastrophiques sur cette situation…

Et les quelque 1 073 morts dont les corps auraient, paraît-il, été repêchés en mer ne sont que la queue de la comète de cette nouvelle  » Grande invasion barbare « , sur laquelle toutes ces bonnes âmes versent des larmes de crocodile alors que ce ne sont que les risques naturels de cette pratique frauduleuse.

Depuis sa ville de Palerme, en Sicile, où il observe depuis des années le phénomène migratoire, l’avocat Fulvio Vassallo, spécialiste du droit d’asile, est catégorique sur la situation critique des structures d’accueil à terre :  » Même si l’Italie n’accueillait que 100 000 réfugiés en 2017, ce qui serait une chute spectaculaire, les centres n’auraient pas les moyens de les héberger.  » Ainsi que sur un deuxième point, crucial pour comprendre ce qui se joue en Méditerranée :  » En moyenne, les embarcations qui partent de Libye ne peuvent pas parcourir plus de 40 milles, et encore, quand la mer est calme.  » Ce qui démontre la collusion entre les passeurs d’un côté (qui n’ont pas besoin de s’équiper à grands frais) et les ONG humanitaires de l’autre qui stationnent leurs navires à la limite des eaux territoriales de la Lybie et attendent la livraison du butin.

Autrement dit, depuis deux ans, avec l’intensification des opérations humanitaires en Méditerranée, l’objectif des trafiquants n’est plus de faire accoster les migrants en Sicile ou au sud de la péninsule italienne, mais seulement de franchir la limite des eaux territoriales (soit 12 milles), où l’assistance aux navires en détresse est la règle absolue. Nous avons fait sur ce point des propositions claires et précises qui permettraient de mettre un terme à ces trafics d’êtres humains et que vous trouverez dans plusieurs de nos articles publiés sur notre blogue.

Hélas, seules des critiques sont aujourd’hui formulées contre les ONG dont la seule présence facilite le travail des passeurs. Mais, pour les actes….il y a trop d’intérêts financiers en jeu pour que quoi que ce soit puisse être entrepris. Et sans volonté politique rien ne se fera. L’Europe en mourra.

Ces reproches ont pourtant pris récemment de l’ampleur avec la polémique enfin déclenchée par l’ouverture par le procureur de Catane, Carmelo Zuccaro, d’une enquête pour ces soupçons de collusion entre les ONG et les trafiquants d’êtres humains, appuyés, selon lui, sur l’existence de contacts téléphoniques entre des passeurs et des membres d’équipes de sauvetage. Il suffisait pourtant de lire le blogue du CER au cours de ces dernières années pour que les faits soient connus et les solutions apportées.

Jeudi soir, devant les caméras de RAI 3, le magistrat est allé encore plus loin, évoquant de possibles liens financiers entre les réseaux criminels et certaines ONG opérant dans le canal de Sicile – sans dire explicitement lesquelles. Ces accusations gravissimes, assénées par un magistrat reconnaissant lui-même qu’il ne s’agit que d' » hypothèses de travail qui ne sont pas pour l’instant prouvées « , énoncées au mépris de son devoir de réserve mais au nom d’un  » devoir de dénoncer « , ont été diversement appréciées par les membres de la majorité gouvernementale. Vous noterez combien ce fameux  » devoir de dénoncer  » est à géométrie variable et toujours dénoncé par les tenants de la pensée conforme et obligatoire tiers-mondiste !

Alors que le ministre des affaires étrangères, Angelino Alfano, assurait qu’il donnait  » 100 % raison  » au magistrat pour avoir  » posé une vraie question « , le ministre de la justice, Andrea Orlando, qualifiait d' » inacceptable  » l' » association d’idées entre les ONG et une forme de criminalité « . Ben voyons…De son côté, le président du Sénat, Piero Grasso, ancien magistrat, se montrait plus sévère :  » Il me paraît un peu hors de l’ordinaire qu’un procureur puisse se prononcer avant même qu’une enquête soit faite.  »

A droite en revanche, on saluait le courage du magistrat. Quant au Mouvement 5 étoiles, qui depuis des semaines dénonce les  » taxis de la Méditerranée  » (amusante réflexion qui rappelle si bien le titre de notre article cité ci-dessus en référence) que seraient devenues les ONG, il a immédiatement pris fait et cause pour Carmelo Zuccaro, dont les déclarations doivent être examinées par le Conseil supérieur de la magistrature, mercredi 3 mai.

De retour d’un séjour à bord du Prudence, l’écrivain italien Erri De Luca a dénoncé la  » pure calomnie  » du procureur de Catane.  » C’est comme si je disais, sans preuve, que Carmelo Zuccaro avait des liens avec la mafia !  » Et pourtant…

 » Avec tout ce battage médiatique contre nous, en Italie, le mal est fait, constate Sophie Beau, cofondatrice et directrice générale de SOS Méditerranée. Pourtant, ces accusations ne tiennent pas : on affirme que nous sommes en contact avec les trafiquants alors que c’est l’organisation centrale des gardes-côtes, depuis Rome, qui nous confie les missions de sauvetage. On est allé jusqu’à nous reprocher d’être éclairés la nuit, alors que c’est une obligation légale ! Ces accusations sont faites en parfaite méconnaissance du droit. L’assistance en haute mer est un devoir qui s’impose à tous. Et cette campagne va jusqu’à la diffusion de fausses nouvelles : SOS Méditerranée a dû nier avoir opéré dans les eaux territoriales libyennes, données satellites à l’appui, comme cela avait été écrit dans la presse italienne !  » Alors une question nous vient : les autorités officielles, craignant d’être accusées (comme nous le faisons) d’organiser le «  Grand Remplacement « , ne tenteraient-elles pas de se défausser de leurs responsabilité dans cette traite négrière sur le dos des ONG ? Il faudra bien, un jour, rendre des comptes.

Confrontées depuis le début de l’année à un afflux de migrants sans précédent, les ONG constatent également qu’elles sont livrées à elles-mêmes dans la zone des sauvetages.  » Depuis le début de l’année, nous n’avons fait aucune opération conjointe avec des navires de l’agence européenne Frontex, poursuit Sophie Beau, comme cela était relativement fréquent en 2016. Et durant le week-end de Pâques, les ONG étaient seules dans la zone concernée par les secours, tandis que les navires de Frontex se trouvaient beaucoup plus loin des côtes.  » Reconnaissant ainsi les deux niveaux d’action des négriers européens : d’une part les prétendus humanitaires qui vont au contact de leurs fournisseurs, à la limite (voire même à l’intérieur-1-) des eaux territoriales libyennes et, d’autre part, les navires de l’agence européenne Frontex qui assurent la sécurisation de tout ce petit monde, un peu en retrait dans les eaux internationales !

Reste la question du rôle des gardes-côtes libyens : ils sont quasi inexistants ! Des sessions de formation par l’Italie ont commencé, mais les bateaux qui devraient les équiper se font attendre. Un avenir qui ne rassure pas particulièrement les organisations humanitaires.  » Le problème, c’est qu’il faudrait savoir qui ils sont vraiment. Ces derniers temps, nous avons parfois croisé en mer des bateaux sur lesquels était écrit “Libyan coastguard”, confie Sophie Beau. Leurs occupants ne sont pas agressifs, ils nous laissent faire les opérations de sauvetage sans participer. Mais quand nous avons fini, ils s’approchent des canots et en récupèrent les moteurs avant de disparaître.  » Tout est dit sur les rôles respectifs de tous ces intervenants de la rive sud de la Méditerranée ! 

Et, comme vous l’aurez compris, ce n’est pas la probable élection d’Emmanuel Macron qui mettra un terme à la traite négrière puisque tous ses amis affrètent, chaque jour, d’innombrables rafiots chargés de nouveaux esclaves.(2)

(1) Lire « Les assauts de l’Europe via la Méditerranée ne diminuent pas« :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/03/25/bulletin-climatique-du-week-end-2526-mars-2017-de-la-republique-francaise/

(2) Lire « Songez-y, voter Macron c’est cautionner les négriers« :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/03/09/bulletin-climatique-quotidien-9-mars-2017-de-la-republique-francaise/

II. Terrorisme : les dissimulations consenties des médias

Ce n’est pas la première fois que nous pointons du doigt la collusion entre le pouvoir en place et ses complices médiatique en matière de terrorisme. Les uns et les autres étant toujours prêts à dissimuler la part des  » Chances pour la France  » dans les violences, les trafics et les crimes que doivent subir nos compatriotes. C’est ainsi que les identités des racailles allogènes sont souvent et presque systématiquement cachées sous prétexte de  » ne pas gêner les enquêtes  » ! En réalité il ne s’agit que de dissimulations organisées pour acheter une fausse paix sociale que nous payons au prix fort.

Ainsi, lors de l’attentat des Champs Elysées où un policier fut froidement assassiné par Karim Cheurfi, une racaille islamiste d’origine algérienne, les autorités et leurs complices médiatiques ont tenté de cacher l’identité du tueur pendant de nombreuses heures.

Une heure à peine après les faits, plusieurs médias – BFMTV, l’AFP, Le Parisien ou encore Le Monde avaient obtenu auprès de leurs sources l’identité réelle du suspect, qui figurait sur la carte grise retrouvée dans la voiture du tueur : Karim Cheurfi, un  » Français  » de 39 ans. Mais, prétendant que son état civil devait encore être confirmé par comparaison de ses empreintes digitales, les organes en question décidèrent de ne pas le révéler. Ils ajoutèrent alors à cette dissimulation un prétendu souci de ne pas gêner les investigations en cours (une perquisition était prévue dans la nuit, l’hypothèse de complices restait à creuser…), pour retenir cette information et l’immense majorité des médias ne diffuseront son état civil que le lendemain des faits, sous la pression des informations des réseau sociaux ou…du blogue du CER.

Dès 23 h 23 en effet, le compte Twitter d’un certain  » Aldo Sterone « , un pseudonyme, est le premier à publier le nom du tueur –  » Le terroriste de #Paris est CHEURFI Karim. 36 ans. Nationalité française. Fiche attachée ici  » – avec une copie de ses antécédents judiciaires en pièce jointe. L’auteur de ce tweet, installé en Grande-Bretagne, est un sympathisant FN et contribue à des sites comme Fdesouche ou Riposte laïque. Heureusement qu’il est là ! Et qu’il a des relations.

 » Aldo Sterone  » a expliqué à un chercheur de Virtualroad.org travaillant sur la  » guerre médiatique  » durant la campagne électorale comment il avait obtenu cette information. Il explique qu’un policier qu’il connaît a relevé la plaque minéralogique de la voiture du suspect et lui a ensuite transmis la fiche des antécédents judiciaires de son propriétaire. C’est ainsi qu’un patriote, grâce à un contact privilégié dans la police, a débordé la presse traditionnelle et publié un fichier de police comportant le nom du tueur. Ou comment mentir n’aboutit qu’à montrer la vraie nature du quatrième pouvoir dans notre pays.

 

23 h 36 : le  » fake  » et le réel se télescopent Ayant vu passer sur Twitter une première fausse identité du suspect et le communiqué de l’Etat islamique,  » Aldo Sterone  » établit un lien avec sa propre information. Il poste la photo de Youssouf El Osri (le Belge d’abord soupçonné) assortie de ce commentaire, supprimé depuis :  » Le “Belge”, c’est celui-là. Lui, il cherche à commettre le prochain attentat ! « 

22  avril : deux jours après l’attaque,  » Aldo Sterone « , encore lui, utilise (et c’est de bonne guerre) cette irruption de la menace terroriste dans la campagne électorale pour appeler à voter FN. Il poste ce message sur Twitter :  » Abdul est fiché S « ,  » Je vote FN pour lui acheter un billet d’avion. Je vote autre chose pour lui acheter des balles pour son AK47. «  Il s’exprimera également dans une vidéo YouTube sur l’attentat des Champs-Elysées appelant à incarcérer tous les fichés  » S « , une promesse de Marine Le Pen.

Les temps deviennent durs pour les ennemis de la Patrie. 

 

III. NON à l’impunité des juges

L’Etat vient d’être condamné pour « faute lourde » dans l’affaire Agnès Marin, a fait savoir, mercredi 3 mai, une source judiciaire. L’adolescente avait été abusée sexuellement et assassinée en 2011 par un de ses camarades, alors scolarisé, comme elle, au collège-lycée Cévenol en Haute-Loire.

Dans un jugement rendu le 24 avril, le tribunal de grande instance de Paris a estimé que des « fautes » ont été « commises lors de la mise en liberté » du jeune homme, déjà condamné précédemment pour une affaire de viol. L’Etat a été condamné à verser 185 000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime. Aux assises, le meurtrier a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en première instance comme en appel. Une peine rarissime pour un accusé mineur au moment des faits.

C’était Agnès Marin

Le 18 novembre 2011, le corps carbonisé d’Agnès Marin, 13 ans, élève de troisième au collège-lycée Cévenol, établissement privé du Chambon-sur-Lignon, avait été retrouvé dans une forêt alentour sur les indications de son assassin, placé en garde à vue la veille. Outre des violences sexuelles, l’autopsie avait révélé dix-sept coups de couteau.

Agé alors de 17 ans, l’homme avait intégré l’établissement dans le cadre d’un contrôle judiciaire strict, après quatre mois de détention provisoire pour le viol, sous la menace d’une arme, d’une camarade de 15 ans dans le Gard.

La famille d’Agnès Marin avait engagé des poursuites contre l’Etat, reprochant au juge d’instruction d’avoir précipitamment ordonné sa remise en liberté, sans attendre les conclusions de l’enquête socio-éducative, ni celle de l’expertise psychiatrique.

Dans son jugement, le tribunal souligne notamment que le juge d’instruction n’a pas demandé l’avis des services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), sur le projet de remise en liberté, qu’il n’a pas attendu le rapport de l’expert psychiatre et qu’il n’a pas non plus motivé son choix de placer le jeune homme dans un internat mixte.

« Ces négligences fautives (…) doivent être assimilées à une faute lourde qui a pu favoriser le passage à l’acte », concluent les juges dans leur décision.

Depuis, les parents d’Agnès pleurent leur fille mais le juge en question continue son oeuvre malfaisante sans l’ombre d’un doute et moins encore d’un remord alors qu’il aurait dû, dès le 25 avril, être destitué et mis en examen.

Car ce sont les mêmes qui libèrent des terroristes islamistes, réels ou potentiels. L’assassinat du Père Jacques Hamel en a fait la démonstration.*

* Lire « Comment la justice de la République a assassiné le Père Jacques Hamel« :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/28/bulletin-climatique-quotidien-28-juillet-2016-de-la-republique-francaise/

 Le 5 mai 2017.
Jean-Yves Pons, CJA.
Publicités

4 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (5 mai 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO mai 5, 2017 à 12:50 #

    En Italie est en train d’éclater le scandale de la collusion entre passeurs/trafiquants d’êtres humins et ONG et autres « associations » immigrationistes dont les membres appartiennent tous à des fils à papa issus la gauche caviar transalpine qu’on appelle là bas  » radicali chic « , radicaux chics en français.

  2. hathoriti mai 5, 2017 à 1:02 #

    Aldo Sterone est, je crois, algérien d’origine, mais aimant la France et appelant en effet, à voter Marine. C’est un mec génial ! Vous avez aussi Daniel Conversano et Boris Le Lay , ce dernier, réfugié involontaire au Japon, qui fait des analyses politiques remarquables !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :