Ils ont oublié les règles incontournables de l’arithmétique !

25 Mai
 

Peter Neumann, 42  ans, politologue allemand et professeur au King’s College de Londres, dirige le Centre international d’étude de la radicalisation et de la violence politique, qu’il a fondé en  2008. En janvier, il a été nommé représentant spécial pour la lutte antiradicalisation auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. C’est dire s’il est compétent !

Voici donc quelques extraits d’un entretien que ce fin connaisseur de l’islam a accordé au quotidien Le Monde daté de ce jour. C’est consternant.

Que nous apprennent l’identité et le profil de Salman Abedi, l’auteur de l’attentat-suicide de Manchester, né à Manchester de parents libyens ?

A 22  ans, il a précisément l’âge moyen des jeunes radicalisés au Royaume-Uni. Son origine libyenne ne dit rien de particulier a priori (sauf que ça nous renvoie immédiatement à notre article intitulé « Attentat islamiste de Manchester. Pauvres imbéciles » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/05/24/pauvres-imbeciles/) . Si elle surprend, c’est simplement parce que, jusqu’à présent, la plupart des personnes radicalisées ici venaient d’Asie (Pakistan, Bangladesh), mais cela ne fait que refléter la réalité des communautés en Grande-Bretagne. L’indicateur le plus important, c’est qu’il était connu des autorités, comme c’est souvent le cas dans les attentats récents en Europe. Cela signifie que, comme les Français, les Britanniques ont un problème quantitatif. Le nombre de suspects excède les moyens de surveillance et accroît le risque que des personnes passent au travers des mailles du filet. Au Royaume-Uni comme en France, la capacité des services de renseignement est insuffisante au regard de l’ampleur du phénomène de radicalisation (1).

Jugez-vous crédible la revendication par l’organisation Etat islamique ?

Il y a eu deux revendications distinctes que je pense authentiques. Mais la question n’est pas là, car l’Etat islamique peut avoir des relations très différentes avec ceux qui commettent des attentats en son nom. Certains reçoivent des ordres explicites, tandis que d’autres ne sont qu' » inspirés  » par l’organisation, et celle-ci revendique leurs actes a posteriori en les reconnaissant comme  » soldats du califat « . Pour le moment, il est difficile de dire à quelle catégorie appartient Salman Abedi. Etait-il en relation avec l’organisation ? A-t-il reçu des instructions ? A-t-il agi de son propre chef ou fait-il partie d’un réseau ? Je penche pour cette dernière hypothèse, étant donné la sophistication du dispositif et du mode opératoire (2).

Des témoins mettent en cause la faiblesse du dispositif de sécurité de la Manchester Arena. Une fouille plus sérieuse des spectateurs aurait-elle permis d’empêcher l’attentat ?

Je ne crois pas, car le scénario est terriblement habile et sous-tend justement l’idée d’une organisation, d’un repérage préalable. L’auteur a choisi de venir, non pas au milieu du spectacle, à un moment où il n’aurait probablement pas passé les contrôles, mais à la fin du concert, quand, comme chacun sait, on ne contrôle plus personne. Il a anticipé ces circonstances et a dû se dire que la voie serait libre.

Le Royaume-Uni n’avait pas connu d’attentats d’une telle ampleur depuis 2005. Le choix de ce pays pour cible marque-t-il un tournant lié à la politique étrangère de Londres ?

Il y a dix ans, je vous aurais directement répondu oui en raison de l’implication britannique en Irak. Mais aujourd’hui, cela n’est pas du tout évident. Le fait que les Britanniques subissent deux attentats coup sur coup – à Westminster – à Londres – et à Manchester – ne signifie pas qu’ils sont spécifiquement visés. En France, les réseaux islamistes sont d’ailleurs plus agressifs qu’au Royaume-Uni et ce dernier possède des services de renseignement particulièrement actifs. Tous les Etats d’Europe peuvent aujourd’hui être touchés sans qu’une véritable logique politique soit à l’œuvre. Stockholm, Berlin, Londres, Paris, Bruxelles, Manchester… Il s’agit de la même vague, qui va probablement continuer.

L’attentat de Manchester révèle-t-il une faille des services britanniques, récemment présentés par la ministre de l’intérieur comme  » les meilleurs du monde  » ?

Absolument pas. Si on regarde la situation sécuritaire depuis une douzaine d’années, on constate que les Britanniques se sont montrés très efficaces dans la prévention du terrorisme. Ils ont empêché un attentat par an en moyenne. Ils ont l’un des systèmes de renseignement les plus au point qui soit. Une faille comme à Manchester ne signifie pas un échec, mais confirme ce que nous savons : il n’existe pas de sécurité à 100  %. L’attentat de lundi soir montre que les meilleurs services de sécurité peuvent commettre des erreurs après plus d’une décennie de réussite (3).

Birmingham est la ville d’Angleterre la plus couramment associée aux activités islamistes. Vous considérez Manchester comme une  » scène djihadiste « . Pourquoi ?

Le Royaume-Uni possède trois foyers de djihadisme : Londres, Birmingham et Manchester. En dépouillant systématiquement les reportages de la BBC, on s’aperçoit que la plupart des arrestations dans ce domaine ont lieu à Manchester. Il existe un réseau britannique dont l’une des plates-formes est cette ville. Cela n’en fait pas particulièrement une cible, mais un endroit actif (4).

_______________

(1) Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que le nombre de musulmans dans nos pays d’Europe est devenu ingérable. Ce qui revient à conforter notre opinion selon laquelle…s’il n’y avait plus de musulmans chez nous, il n’y aurait plus de terroristes islamistes.

(2) Une preuve supplémentaire du bien fondé de notre affirmation ci-dessus.

(3) Précisons tout de même que ne pas tenir compte 

a/ du fait que le père et l’un des frères du terroriste résident désormais en Libye après l’avoir quittée sous le régime de Kadhafi,

b/ d’un récent séjour du terroriste en Libye avant qu’il rentre commettre son attentat,

n’est plus « une erreur« . C’est une faute doublée d’un crime !

(4) ce qui donne davantage de poids encore à ce que nous venons d’écrire sur la responsabilité des services de renseignement britanniques.

En résumé :

 

Le 25 mai 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA, Conseiller aux affaires intérieures, à l’ordre public et à l’organisation du territoire.

Publicités

Une Réponse to “Ils ont oublié les règles incontournables de l’arithmétique !”

  1. Hervé J. VOLTO mai 26, 2017 à 7:16 #

    Excellente analyse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :