» Un trait d’humour malheureux  » ? Comment est-ce possible ?

6 Juin

Emmanuel Macron s’est autorisé une bonne blague à propos des kwassa-kwassa, ces petites rafiots de pêche utilisés par les passeurs Comoriens  pour submerger l’île de Mayotte de migrants clandestins ! Comme au bon vieux temps de François Hollande… » Un président ne devrait pas dire ça « .(1)

Comoriens sur un kwassa-kwassa, débarquant sur une plage de Mayotte

La plaisanterie du chef de l’Etat au sujet des kwassa-kwassa, de petites embarcations comoriennes, qui, selon lui, serviraient moins à pêcher qu’à « amener du Comorien » à Mayotte, est loin d’être passée inaperçue et a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Une vidéo diffusée vendredi soir sur TMC montre Emmanuel Macron en train d’échanger avec des officiels, lors d’une visite la veille au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d’Etel (Morbihan) :

L’un d’entre eux évoque différents types d’embarcations : « Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa. » « Ah non, c’est à Mayotte, le kwassa-kwassa », relève alors le président. Avant de plaisanter : « Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent. » Après un bref silence, il ajoute : « Les tapouilles, c’est les crevettiers. »

Aussitôt, les vierges effarouchées du lobby immigrationniste et du tiers-mondisme se sont déchaînées, hurlant au racisme. En voici quelques exemples.

Entre autres réactions de responsables politiques sur les réseaux sociaux, celles du député PS de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg et président du groupe d’amitié France-Union des Comores de l’Assemblée nationale, qui, sur Twitter, invite M. Macron à « régler les problèmes locaux plutôt qu’à en rire ».

« Ce n’est pas parce qu’on dit que c’était pour rire qu’on n’a rien dit », a déclaré à l’Agence France-Presse le chef de file des Républicains pour les législatives, François Baroin. « C’était évidemment choquant, encore plus quand on est président », a-t-il jugé, en marge d’un déplacement en Corse.

« Les propos d’E. Macron sur les embarquements de misère aux Comores sont indignes. Plus que des excuses, la France a un devoir d’hospitalité », a écrit, sur son compte Twitter, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent. « Douteux”, “pas très fin… : que les commentaires médiatiques sont gentils quand il s’agit de Macron. Qui pour le coup rabaisse la France », a embrayé le vice-président du FN Florian Philippot.

De leur côté, Cécile Duflot et Nadine Morano ont dénoncé sur twitter ce qu’elles jugent être un deux poids deux mesures : Si ces paroles avaient été prononcées par Nicolas Sarkozy ou même François Hollande, le tollé aurait été général et immédiat.

Le Conseil représentatif des Français d’origine comorienne a, lui aussi, « condamné avec la plus grande fermeté les déclarations » jugées « racistes et déshumanisantes du président Macron ».

« Nous demandons expressément des excuses publiques du président et qu’il prenne sa responsabilité sur la tragédie qui se déroule sous ses yeux », a demandé le président de cette association, Nassurdine Haidari.

De son côté, le service de communication de l’Elysée, très mal à l’aise, a reconnu une « plaisanterie pas très heureuse » et « malvenue sur un sujet grave, dont le président de la République a pleinement conscience et dont il a eu l’occasion de parler durant la campagne présidentielle ». Et d’insister : « C’est complètement regrettable et malvenu. »

Eh bien non. Ce n’est ni regrettable ni malvenu. Car CE N’EST RIEN D’AUTRE QUE LA VERITE et LA CRITIQUE EN EST INDISPENSABLE.

C’est vrai car, chaque jour, des dizaines voire des centaines de Comoriens franchissent, sur ces fameuses embarcations, le canal séparant l’île comorienne d’Anjouan de Mayotte et envahissent cette dernière. Non seulement pour voir si l’herbe y est plus verte que chez eux mais surtout pour venir pondre leurs oeufs chez nous : Mayotte est devenue la plus grande maternité de France dans laquelle naissent chaque année près de 10 000 enfants comoriens, musulmans, arrivés clandestinement mais qui, par la grâce du droit du sol, pourront aisément devenir…Français !

La critique de ce scandale et de ses conséquences est indispensable pour prendre la mesure du danger qui nous menace et mettre en oeuvre, de toute urgence, les mesures qui s’imposent pour y remédier.

Pour nous (et nous l’avons déjà énoncé -2-), il n’y a pas d’autre alternative que l’abandon de la souveraineté de la France sur Mayotte et le retour immédiat de celle-ci dans le giron de la République islamique des Comores, qu’elle n’aurait jamais dû quitter. C’est une urgence vitale dont les avantages sont bien supérieurs aux inconvénients d’une modeste perte de domaine maritime.

Nous allons même jusqu’à prétendre que cette décision devrait être prise dans les tous premiers mois d’exercice du pouvoir d’Emmanuel Macron, avant même la loi de moralisation de la vie politique ou la réforme du Code du travail, tant elle a d’importance pour l’avenir de notre pays.

Alors, cette blague était-elle un ballon d’essai que nous ne manquerions pas d’applaudir ou tout bêtement une c……., pour faire l’intéressant ? Dans ce cas, qui nous donnerait une fois de plus raison sur l’erreur des Français le 7 mai 2017, nous saurions quoi penser définitivement de ce nouveau président de la République.

(1) Ouvrage de Gérard Davet et Fabrice Lhomme

 

(2) Lire « Mayotte, une honte d’Etat » : 

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/12/13/bulletin-climatique-quotidien-13-decembre-2016-de-la-republique-francaise/

 

Le 6 juin 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :