Billet d’humeur du sieur Du Plessis : plus une tasse de café chez Starbucks !

26 Juin

L’entreprise américaine Starbucks a annoncé mardi dernier qu’elle allait embaucher 2500 migrants dans ses cafés en Europe. Cette mesure s’inscrit dans un large plan de recrutement sur cinq ans, prévoyant l’embauche de 10 000 réfugiés dans 75 pays différents. Entendez qu’il s’agit là d’une main d’oeuvre low cost…Et au détriment des salariés européens. C’est la preuve de l’existence de la traite négrière que nous dénonçons, qui s’exerce avec la complicité des autorités politiques européennes, la bienveillance des médias et…le silence coupable des officines droit-de-l’hommistes.

La chaîne de cafés américaine a débuté sa phase de recrutement dans huit pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Portugal et la Suisse.

Ces nouveaux employés immigrés représenteront 8 % des effectifs de Starbucks en Europe (30.000 personnes actuellement).

La décision de Starbucks d’engager des réfugiés était, paraît-il, une réponse au décret de Donald Trump, interdisant l’entrée sur le sol des Etats-Unis de sept pays majoritairement musulmans. Uber et d’autres grandes entreprises américaines avaient également pris position à l’époque.

Le plan de recrutement de Starbucks avait été mal accepté par certains citoyens américains qui ont lancé une vaste opération de boycottage aux Etats-Unis.

Mais en dépit de la polémique, Starbucks, qui cherche manifestement à développer une image  éthique et dans l’air du temps, prétend qu’il ne reculera pas :  » Ce plan montre que les grandes entreprises peuvent utiliser leur taille pour avoir un impact positif sur la vie des gens », a déclaré Martin Brok, président de Starbucks Europe, Afrique et Moyen-Orient.

Alors que deux millions environ de migrants ont envahi le continent européen il est essentiel que les citoyens de nos pays prennent leur destin en main et s’opposent à ces scandaleuses manoeuvres pour que cesse la  » Grand Remplacement  » de nos populations.

Cela commence tout simplement par le refus de boire un café ou de consommer le moindre cookie dans ces enseignes. Frappons-les au porte-monnaie, ils ne comprennent que cela.

Le 26 juin 2017.

Du Plessis

Publicités

Une Réponse to “Billet d’humeur du sieur Du Plessis : plus une tasse de café chez Starbucks !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Billet d’humeur du sieur Du Plessis : plus une tasse de café chez Starbucks -conseil dans l’espérance du roi | actualitserlande - juin 27, 2017

    […] Billet d’humeur du sieur Du Plessis : plus une tasse de café chez Starbucks ! […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :