Il y aura bientôt pire que Calais : PARIS !

30 Juin

Autour de la porte de la Chapelle

Depuis le démantèlement du bidonville de Calais, autrefois appelé avec lucidité « la jungle« , Paris est une étape essentielle dans l’installation sur notre territoire des métastases du cancer migratoire. Une véritable plaque tournante, non seulement pour le parasitisme social mais aussi pour tous les trafics que vous pouvez imaginer. C’est ainsi qu’aujourd’hui, environ 1 500 migrants sub-sahariens vivent dans le nord de Paris, autour de la porte de la Chapelle, dans des campements de (mauvaise) fortune, sales et à partir desquels se répandent la tuberculose, la gale et peut-être bientôt…le choléra avant la peste, à cause des rats.

Feu la Ville-Lumière

Pour Pierre Henry, directeur général de France terre d’Afrique (FTDA), l’évacuation est « obligatoire », alors que l’association a dénombré  » plusieurs centaines de personnes supplémentaires par semaine ». La FTDA plaide notamment pour l’ouverture d’autres centres humanitaires, ailleurs qu’à Paris. « Si rien n’est fait d’ampleur, on va continuer à gérer le bazar », a-t-il estimé.

 « Environ 80 personnes arrivent chaque jour* », a de son côté estimé Médecins du monde dans un communiqué. « Ces conditions de vie déplorables touchent des personnes déjà fragilisées », venant « dégrader davantage leur état de santé physique et mentale », note l’ONG qui n’ose pas pointer la responsabilité des négriers dans ce trafic d’êtres humains et préfère botter en touche : « Notre détermination est totale à interpeller le gouvernement sur ses responsabilités. () Nous attendons une réponse radicalement différente de l’inflexibilité ou du renfort sécuritaire. »

Le 9 mai, un peu plus de 1 600 migrants avaient déjà été évacués de campements insalubres installés autour de la porte de La Chapelle, dans ce qui constituait la plus grosse opération de mise à l’abri en six mois. Les migrants, dont beaucoup d’Afghans, d’Erythréens et de Soudanais, campent autour du centre humanitaire de porte de la Chapelle, qui avait justement été ouvert en novembre pour mettre fin au cycle des installations et évacuations de campements en pleine crise migratoire. Une belle réussite puisqu’en réalité il n’empêche pas le flux continu des nouvelles arrivées ni bien sûr la migration suivante vers les plages du Calaisis pour au moins…voir la mer !

Bord de plage à Calais…

Mais compte tenu de l’accélération des arrivées sur Paris, le dispositif sature malgré les orientations vers des centres d’hébergement ailleurs en France, qui s’avèrent insuffisantes.

Le préfet d’Ile-de-France, Michel Cadot, a de son côté reconnu que la situation n’était « pas satisfaisante sur le plan des conditions de vie de ces personnes ». Cela « appellera indéniablement une recherche de solutions, qui devront s’inscrire dans une approche équilibrée », a-t-il affirmé à des journalistes. Rappelons quand même à M. Cadot que cette affaire dure depuis de si nombreuses années que nous sommes en droit de nous interroger sur les capacités des pouvoirs publics en la matière.

Cela « repose aussi sur mise en œuvre de décisions concernant les personnes sous procédure Dublin », c’est-à-dire ayant laissé leurs empreintes dans un autre Etat européen, censément compétent pour examiner leur demande d’asile. « De ce point de vue, il est souhaitable qu’il y ait une plus grande efficacité dans la réadmission » – c’est-à-dire le renvoi vers ce pays –, a-t-il ajouté. Mais encore faudrait-il que ces migrants illégaux « Dublinés » soient reconduits aux frontières, ce qu’aucun responsable politique n’a le courage de faire réellement.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait écrit au ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, à la fin de juin pour lui demander la création de nouvelles places d’hébergement « sur toute la France », sans quoi « plusieurs milliers » de migrants risquent de camper dans les rues de la capitale cet été. Elle a répété ce message lors d’un entretien mardi avec le premier ministre, Edouard Philippe.

Nous y sommes. Mais ce sera encore pire avant longtemps, tant que les mesures radicales que nous exigeons ne seront pas mises en oeuvres**. 

Le 30 juin 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA, Conseiller aux affaires intérieures, à l’ordre public et à l’organisation du territoire.

* Faîtes le calcul : 80 migrants de plus par jour  x  365 jours = 30 000 migrants illégaux de plus par an, rien qu’à Paris.

** Lire « Non seulement nos dirigeants politiques sont fous mais ce sont des incapables » : 

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/06/28/non-seulement-nos-dirigeants-politiques-sont-fous-mais-ils-sont-incapables/

Publicités

2 Réponses to “Il y aura bientôt pire que Calais : PARIS !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Il y aura bientôt pire que Calais : PARIS !-conseil dans l’espérance du roi | actualitserlande - juillet 1, 2017

    […] Il y aura bientôt pire que Calais : PARIS ! […]

  2. Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi:À quand le prochain…camp ? | actualitserlande - juillet 10, 2017

    […] Mais avec une capacité d’accueil de 400 personnes, la  » bulle  » a rapidement explosé, faute de sorties suffisantes pour le nombre d’arrivées, toujours beaucoup plus nombreuses. Cinq cents personnes supplémentaires chaque semaine, selon les associations (Lire « Il y aura bientôt pire que Calais : Paris » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/06/30/il-y-aura-bientot-pire-que-calais-paris/). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :