Enfin une bonne nouvelle : Agnès Buzyn a de vrais projets.

10 Juil

Elle ne vous dit peut-être rien mais vous avez tort. Agnès Buzyn-Levy est notre nouvelle ministre de la santé. Une femme de qualité et, qui plus est,…a des idées. Après sa décision de rendre obligatoires onze vaccins, dès la plus tendre enfance, voilà qu’elle veut s’attaquer avec vigueur aux déserts médicaux qui sont la lèpre de notre pays au plan de la santé.

Elle l’a en effet réaffirmé lors d’un déplacement en Mayenne (troisième département le plus touché par la désertification médicale) la semaine passée. « Je suis venue en Mayenne, car je suis très impressionnée par la difficulté qui m’est rapportée tous les jours. Celle des déserts médicaux » a indiqué le ministre qui a encore ajouté : « Ma priorité, ce sont les déserts médicaux ».

Emmanuel Macron avait également identifié la désertification médicale comme un réel problème pendant sa campagne. Cependant, ses propositions en la matière ne se démarquaient guère de celles de ses concurrents. Il a promis de favoriser la création de 2 000 maisons médicales supplémentaires, s’inscrivant dans la même lignée que ses prédécesseurs et a indiqué vouloir réfléchir à d’autres modes de rémunération des médecins pour encourager les installations dans les zones désaffectées. Si les maisons médicales de garde sont plébiscitées par l’ensemble de la classe politique, elles ne constituent cependant pas toujours la panacée, comme l’ont mis en garde de nombreux acteurs de terrain ces derniers mois. Outre que ce modèle ne séduit pas nécessairement tous les professionnels de santé, l’insuffisance de financements et la complexité des démarches administratives constituent des obstacles souvent difficiles à surmonter. « Il faut entre deux et quatre ans et beaucoup de volonté pour créer une maison de santé » avait décrit au printemps sur France Bleu Alsace, Patrick Ostermann, spécialiste de médecine générale, travaillant pour la maison de santé de Woerth.

Agnès Buzyn-Levy a parue parfaitement consciente de ces limites. Elle s’est notamment enquise à plusieurs reprises des difficultés auxquelles les responsables des établissements qu’elle a visités en Mayenne avaient dû faire face. « Est-ce que la façon dont les enveloppes budgétaires sont gérées aujourd’hui vous permet d’avancer ? » a-t-elle interrogé, avant de promettre « Je suis ici pour identifier les blocages et voir ce qu’on peut lever comme frein ».Voilà donc de bonnes dispositions.

Par ailleurs la ministre a reconnu que si le modèle des maisons de santé était souvent parfaitement opérant, il ne s’adaptait pas nécessairement à tous les territoires. Félicitant les acteurs du pôle de santé de Craon/Rénazé, elle a ainsi nuancé : « Le modèle est très intéressant, même si je pense qu’il n’est pas forcément imaginable partout car chaque territoire est différent ». Aussi, la ministre souhaite-t-elle donner sa chance à l’innovation et veut être à l’écoute des propositions des professionnels de santé, se faisant ici l’écho d’un récent rapport de l’Ordre des médecins qui avait recensé les différentes initiatives mises en place pour lutter contre les déserts médicaux. Enfin, la ministre a profité de cette visite pour réaffirmer son opposition aux mesures impératives concernant l’installation. Voilà encore de bonnes dispositions.

Un désert médical

Ce déplacement de la ministre lui aura enfin permis de constater que plus d’un mois après son arrivée avenue de Ségur, elle continue de jouir d’un accueil très favorable de la part des professions de santé, tandis que son équipe ne tarit plus d’éloge. Les journalistes de Ouest France qui ont suivi son déplacement racontent ainsi que son équipe la surnomme le « ministre de l’humain » ! Nous serions volontiers tentés d’adhérer à cette vision des choses, surtout si on compare Agnès Buzyn-Levy à celle qui l’a précédée au ministère, Marisol Touraine, dont nous avons toujours dit tout le bien que nous pensions…

Reste à savoir si l’intendance suivra. Autrement dit, si les résultats seront à la hauteur des espérances. Dette publique et contraintes budgétaires obligent.

Le 10 juillet 2017.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la santé publique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :