Chronique d’une imposture annoncée : face au cafouillage fiscal, Emmanuel Macron doit mouiller sa chemise.

12 Juil

Dans la comédie des Plaideurs de Racine, Petit-Jean débute son monologue par ces deux vers :

Ma foi, sur l’avenir, bien fou qui se fiera :
Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.

Il est vrai qu’après avoir tant promis pendant la campagne présidentielle, il était temps que la dureté des réalités ramène un peu de lucidité dans les décisions du nouveau chef de l’Etat et de ses acolytes.

Mardi 4 juillet, on avait retenu des annonces d’Edouard Philippe, le Premier ministre, le report d’un certain nombre de promesses fiscales du candidat Macron à cause de l’héritage budgétaire de Hollande (la poussière laissée sous le tapis par Michel Sapin et ses complices). Alors que le bruit commençait à monter sur le tour de vis sur les taxes sur le diesel, les tabacs, les poids lourds et les retraités…. Samedi, le même Premier ministre annonçait qu’il y aurait finalement 7 milliards d’euros de baisse d’impôt l’an prochain. Mais il fallait comprendre que ce seraient celles décidées par François Hollande….Et encore avec quel budget, vu le peu de marges de manoeuvre laissé par les prédécesseurs ? En d’autres termes, ça  » tanguait grave  » sur un sujet hautement inflammable. Et concrètement, cela voulait dire que pour les ménages, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Finalement, Emmanuel Macron a décidé il y a trois jours, avec Edouard Philippe et le ministre des Finances Bruno Le Maire, qu’une première tranche de la suppression de la taxe d’habitation aura bien lieu l’an prochain (pour 3 milliards d’euros) histoire de calmer quelques foyers fiscaux.

Quant à la réforme de l’ISF, elle aussi, sera applicable en 2018. Une réunion à l’Elysée calera tout cela rapidement, nous dit-on. Le message : le président tient ses promesses.
Evidemment, la question est de savoir comment cela sera financé tout en restant à un déficit public de 3 %, pas plus. Réponse : par des économies supplémentaires ! Attendez-vous donc à ce que chaque ministre racle et racle encore ses fonds de tiroir…sans être sûr d’y parvenir.

Jupiter est redescendu de l’Olympe mais pour imposer sa loi ! Pour combien de temps ?

Le 12 juillet 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Chronique d’une imposture annoncée : face au cafouillage fiscal, Emmanuel Macron doit mouiller sa chemise.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. conseil dans l’espérance du roi :Chronique d’une imposture annoncée : » Edouard le funambule « . | actualitserlande - juillet 19, 2017

    […] nous le faisions remarquer ici (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/07/12/chronique-dune-imposture-annoncee-face-au…), le gouvernement d’Edouard Philippe va devoir réaliser non pas seulement des prouesses mais […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :