Chronique d’une imposture annoncée : Emmanuel et son caniche.

19 Juil

 » Le caniche était employé à l’origine pour la chasse aux canards — c’est de là que lui vient son nom : caniche vient de « canard » en français. Son nom allemand « Pudel » (« Poodle » en anglais) signifie « sauter dans l’eau ». Cela est notamment dû à ses pattes palmées. La tonte traditionnelle (pattes à pompons, tonte entière sauf au niveau des reins) est pratiquée pour lui permettre d’optimiser sa nage. Désormais certains maîtres l’emploient à la chasse au…pigeon !

Le caniche est d’ailleurs connu pour être facile à dresser, malgré son fort caractère, mais également pour sa grande intelligence.

Son éducation se doit d’être cohérente, et toute commande bien exécutée récompensée par un geste affectueux ou une louange. Il ne faut jamais user de force avec un caniche.  Il n’aboie guère. S’il donne de la voix à la maison, c’est bien pour alerter son entourage d’une présence ou d’un bruit inhabituel. Excellents chiens de garde, ils s’adaptent facilement à de nombreuses situations et au rythme de vie de leur propriétaire. Le grand caniche quant à lui est d’une nature calme et n’aboie que très rarement.

Les caniches sont réputés pour être des chiens joyeux, curieux, sympathiques et intelligents. Ils peuvent se contenter de peu d’exercice, mais les jeux feront leur bonheur et celui de leurs maîtres. Néanmoins, un caniche, quelle que soit sa taille, sera de bien plus agréable compagnie s’il lui est donné d’accompagner ses maîtres un peu partout et de se défouler régulièrement. Ce sont d’excellents chiens de jeux et de compagnie.  » C’est ce qu’a découvert Emmanuel Macron en faisant la connaissance…d’Edouard Philippe et c’est pour toutes ces qualités qu’il en a fait son Premier ministre. Car cela lui permet de mettre en place et d’exercer un pouvoir chaque jour plus absolu. En voici la démonstration.

Secrétaire général adjoint de l’Elysée entre 2012 et 2014, puis ministre de l’économie de 2014 à 2016, l’énarque promotion  » Senghor  » a une connaissance intime des rouages de l’Etat. Lui-même fut longtemps haut fonctionnaire, jusqu’à sa démission de l’inspection générale des finances, fin 2016. Il a vu de près les dysfonctionnements du quinquennat de François Hollande, les dissonances entre l’Elysée et Matignon, les conflits entre ministres, les résistances de l’administration. Et il a décidé de prendre les choses en main.

 » Emmanuel Macron a beaucoup réfléchi à la meilleure façon de faire fonctionner l’Etat « , explique un de ses proches à l’Elysée. Quitte pour cela à bousculer les habitudes voire…les règlements. Dès son arrivée au Château, le candidat d’En marche ! a ainsi décidé qu’il partagerait une partie de son cabinet avec celui de son Premier ministre. Au total, onze conseillers travaillent aujourd’hui pour les deux têtes de l’exécutif, sur des secteurs aussi importants que l’énergie, le logement, la protection sociale, les transports ou encore la fiscalité.

 » Depuis des années, la dyarchie Matignon-Elysée créait de l’incohérence, justifie l’entourage du président de la République. Avoir des conseillers communs amène de la convergence naturelle, c’est autobloquant des divergences. Plus il y a de monde, plus vous créez de la dissension. Il ne faut pas qu’il y ait trop de gens intelligents autour de la table… «  Les notes rédigées par ces conseillers sont adressées à la fois au président de la République et au premier ministre et ils assistent aux réunions qui se tiennent aussi bien rue du Faubourg-Saint-Honoré que rue de Varenne.

Croirez-vous naïvement un seul mot de ces explications ? Non bien sûr. Car la vérité c’est que, grâce à ce stratagème, le chef de l’Etat a totalement la main sur Matignon. Il en contrôle les initiatives comme les méthodes et garde, comme on a pu le vérifier récemment, le dernier mot dans les propositions ou les décisions de son Premier ministre.

Les ministres de Louis XIV avaient davantage de liberté au sein du Conseil du Roi !

Au sein de l’exécutif, on prétend que ces conseillers ont été choisis d’un commun accord et que ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe n’a cherché à prendre le pas sur l’autre. Dans les faits, Benoît Ribadeau-Dumas, le directeur de cabinet du premier ministre, confie en privé s’être beaucoup appuyé sur Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée :  » Il dispose d’un vivier que je n’ai pas. «   Ce qui revient à avouer que les choix sont dictés par  » le Château « . Ancien du Trésor et de l’Agence des participations de l’Etat, devenu directeur de cabinet d’Emmanuel Macron après être passé par celui de Pierre Moscovici, Alexis Kohler est, il est vrai, un pur produit de l’administration, tandis que M. Ribadeau-Dumas travaillait depuis plus de dix ans dans le privé, chez Thales puis Zodiac…

Résultat : les conseillers communs à l’Elysée et à Matignon se révèlent plus proches de Macron que de Philippe. Cédric O, chargé des participations de l’Etat et de l’économie numérique, a ainsi été le trésorier d’En marche ! durant la campagne présidentielle et fut membre de la commission d’investiture du mouvement.  » Lui, c’est un vrai mormon « , grince un parlementaire macroniste, reprenant l’expression utilisée par certains élus pour désigner la garde prétorienne de jeunes technocrates qui entoure le chef de l’Etat.

 » Il ne faut pas être dupe. En agissant ainsi, Macron met sous tutelle son premier ministre. Les conseillers se tourneront toujours vers celui qui a le pouvoir, estime Christophe Lantoine, ex-chef de cabinet d’Arnaud Montebourg à Bercy. C’est contraire aux institutions qui veulent que la présidence de la République soit détachée des affaires courantes.  » 

Pour l’anecdote, la mise en commun de ces conseillers va permettre quelques économies dans le budget de l’Elysée puisque la majorité d’entre eux – huit sur onze – seront rémunérés par le Premier ministre. Un beau prétexte à justifier cette communauté de conseillers.

Autre initiative qui fait grincer des dents, le chef de l’Etat a décidé de limiter à dix le nombre de conseillers dévolus à chacun de ses ministres, alors que lui-même en avait vingt-cinq lorsqu’il était ministre de l’économie. Pour un ministre délégué, le chiffre a même été fixé à huit, et pour un secrétaire d’Etat à cinq. Du jamais vu sous la Ve  République.

Conscient de cette révolution, Emmanuel Macron a promis que les directeurs d’administration centrale et les principaux dirigeants des organismes publics, en tout cas ceux nommés en conseil des ministres, se soumettront d’ici à fin 2017 à un entretien avec leur ministre, afin de s’assurer de leur loyauté et de leur détermination à mettre en œuvre la politique du gouvernement.  » Ceux qui ne seront pas à l’aise devront partir « , assure Arnaud Leroy, ancien député et proche du chef de l’Etat. Ce dispositif, inspiré du spoil system (système de dépouilles) américain, concernerait de 150 à 180 hauts fonctionnaires. Nous verrons bien.

 » Le système du spoil est le corollaire des cabinets moins fournis. L’un ne peut pas fonctionner sans l’autre, explique-t-on à Matignon. Désormais, les directeurs d’administration seront présents aux réunions avec les ministres, ils fréquenteront Matignon comme l’Elysée. Il faut que tout le monde soit en ligne.  » Pour éviter l’endogamie, le chef de l’Etat a même promis d’ouvrir à l’extérieur le recrutement d’au moins un quart des postes de directeur d’administration centrale.  » Mais ça, il va vraiment avoir du mal à le faire appliquer, quand on connaît l’esprit de corps de l’administration « , anticipe un parlementaire macroniste. Nous verrons bien aussi.

Mais, après tout, quelle importance puisque tout se décide désormais à l’Elysée et que les ministres, leur cabinet et l’administration centrale sont AUX ORDRES. Quant aux godillots de La République en Marche, n’en parlons même pas.

Le 19 juillet 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :