Billet d’humeur du sieur Du Plessis : une longue tradition allemande, les camps de concentration.

21 Juil

Les déportations et autres camps de concentration allemands ne datent pas, contrairement à ce que beaucoup de nos compatriotes pensent, de 1933 et de l’arrivée au pouvoir du national-socialisme. Pas plus que les camps d’extermination des juifs et autres minorités ethniques ne datent de 1941.

Le cimetière roumain du Schaefertal (Alsace) en est la preuve. Il honore la mémoire de 678 soldats roumains décédés en captivité pendant la Grande Guerre. Ces prisonniers de guerre ont été victimes de violentes représailles de la part des soldats allemands après l’engagement de la Roumanie aux côtés des Alliés en 1916, et furent déportés par l’armée allemande en Alsace.

Ainsi, les premiers soldats roumains arrivèrent au début de 1917 à Soultzmatt, commune du Haut-Rhin, entre Colmar et Mulhouse. Entassés dans des wagons cadenassés, aux ouvertures garnies de barbelés, ils furent transportés depuis la Transylvanie jusqu’à la gare de Rouffach. Exténués, affamés et malades, ils rejoignirent la vallée à pied, puis furent dirigés vers le camp de concentration allemand installé au Schaefertal, qui se situe dans la partie boisée du village, au pied des Vosges. Les pauvres soldats roumains meurent d’épuisement et de faim. Certains sont sans souliers et ont les pieds entourés de chiffons. Les vêtements sont en lambeaux et les prisonniers doivent récupérer ceux des morts.

Les prisonniers logeaient dans des baraquements humides et non chauffés, à l’extérieur du camp. La journée, ils étaient astreints à la coupe de bois, à l’entretien des chemins, et au nettoyage du camp, et étaient encadrés par des chefs d’équipe civils et un garde forestier.

Le froid glacial de 1917 rend leurs conditions de survie encore plus difficiles et nombre d’entre eux meurent d’épuisement et de faim dès leur arrivée au camp, malgré l’aide apportée en cachette par la population locale. Entre janvier 1917 et décembre 1918, on recense le décès de 176 prisonniers de guerre roumains internés au Schaefertal.

À la fin de la guerre, le comité d’Alsace des tombes roumaines est chargé de réunir les sépultures. En 1919, le conseil municipal de Soultzmatt met à disposition du gouvernement roumain par donation en jouissance perpétuelle, le terrain occupé par l’ancien camp militaire allemand.

Le cimetière est créé à partir de 1920 dans le respect du culte et de la tradition orthodoxe et est considéré comme national par le peuple roumain. Il rassemble 678 corps dont 553 en tombes individuelles ainsi que deux grandes fosses communes renfermant 125 victimes mortes de froid en une seule nuit de janvier 1917. En 1924, le roi Ferdinand et la reine Marie de Roumanie viennent se recueillir au cimetière. En 1931, les croix en bois d’origine sont remplacées par des croix en ciment.

Le cimetière roumain du Schaefertal

Par la suite, la reine Marie effectue chaque année un pèlerinage au Schaefertal. En 1933, une statue en bronze à son effigie est dressée dans le cimetière. Elle est inaugurée en 1936, lors d’une visite du couple royal à Soultzmatt.

La nécropole constitue toujours aujourd’hui un haut-lieu de pèlerinage où des roumains viennent se recueillir au moins une fois par an. Un pèlerinage officiel a lieu  chaque année le premier dimanche qui suit l’Ascension. 

Rares sont néanmoins les officiels de la République française qui connaissent son existence et plus rares encore ceux qui s’y rendent en souvenir à nos alliés de 1916.

Le 21 juillet 2017.

Du Plessis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :