Eux non plus « n’ont rien appris ni rien oublié ».*

7 Août

Dix ans déjà ! C’était le début de la crise dite des « subprimes » qui a conduit à la catastrophe économique que l’on sait. Mais dix ans au cours desquels il semble que ceux qui gèrent l’économie du monde n’ont rien appris ni rien oublié. Rien appris de leurs erreurs ni rien oublié de leurs privilèges.

C’est ce que le Conseil dans l’Espérance du Roi ne cesse de répéter en prédisant la survenue prochaine d’une nouvelle crise financière dont les conséquences ont toutes les chances d’être encore pires que celles de la précédente. Mais c’est aussi ce que répète l’économiste, anthropologue et essayiste belge Paul Jorion, professeur à l’Université catholique de Lille (http://www.pauljorion.com/blog/),  qui avait été l’un des premiers, trois ans avant la crise des subprimes, à alerter sur les dérives du capitalisme dans un ouvrage brillant intitulé « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (Fayard).

Une décennie après le début de la crise financière, Paul Jorion dresse un bilan des enseignements, des actions et des échecs. Il regrette notamment que les gouvernements mondiaux aient échoué à réformer le capitalisme. Promise par Nicolas Sarkozy, entre autres, cette réforme était en réalité impossible à mener en l’état, pour une raison très simple, explique l’économiste : la finance et la croissance se basent non pas sur la richesse des populations, mais sur « des écritures comptables » (Lire « Le fric En Marche » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/05/73302/). Ajoutez-y les liquidité faramineuses offertes en pâture au lobby bancaire, par certaines banques centrales*, pour accroître ses capacités de spéculation et vous aurez réuni tous les ingrédients d’une nouvelle bulle explosive.

 
 A paraître le 23 août 2017

Le 7 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Remarque du prince de Talleyrand-Périgord, à propos de certains aristocrates émigrés au cours de la Révolution française.

Dans ce domaine, la responsabilité de Mario Draghi et de la Banque centrale européenne est considérable.

Publicités

Une Réponse to “Eux non plus « n’ont rien appris ni rien oublié ».*”

  1. Hervé J. VOLTO août 7, 2017 à 1:38 #

    Merci, Monsieur Pons, pour cette pertinantissine analyse. Comme toujours, votre lucidité est extra-ordinaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :