Espagne : la peste migratoire revient par la mer.

12 Août

Mercredi, des dizaines de migrants en provenance du Maroc sur un rafiot gonflable ont débarqué au milieu des baigneurs sur la plage de Zahara de los Atunes, proche de Cadix dans le sud de l’Espagne, après avoir franchi le détroit de Gibraltar. Sur une vidéo amateur, on les voit sauter d’un canot pneumatique pour remonter la plage en courant et s’égayer dans la nature. Une répétition du Camp des Saints, de Jean Raspail.

 
Le même jour, une douzaine de migrants ont été déposés par des passeurs en jet-ski dans les eaux territoriales de Ceuta, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Tanger. L’un d’eux, un Guinéen de 28 ans, s’est noyé avant d’atteindre la plage, a indiqué la préfecture de la ville.

D’après un bilan au 6 août de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 8 183 migrants ont débarqué en Espagne depuis le début de l’année 2017. C’est plus du triple qu’à la même période de 2016 – quelque 2 500 – et plus que le total d’arrivées sur toute l’année dernière, a déclaré à l’AFP Joel Millman, porte-parole de l’OIM.

Ces chiffres restent loin de ceux de l’Italie – avec plus de 96 400 migrants qui ont débarqué depuis le début de l’année par la mer – mais l’Espagne est en voie de rattraper la Grèce où 11 713 personnes sont arrivées par la mer sur la même période (malgré l’accord de prévention signé par l’Union européenne avec la Turquie).

« L’Espagne pourrait dépasser la Grèce cette année. Ce serait un grand changement« , a déclaré Joel Millman. Ces nouvelles invasions traduisent le fait que les enclaves espagnoles de la côte méditerranéenne du Maroc sont bien protégées et résistent aux tentative de franchissement des barrières anti-migrants tandis que beaucoup d’Africains sub-sahariens tentent désormais d’éviter la traversée de la Méditerranée par la Libye, livrée à de nombreuses milices. « Nous supposons que la route qui longe la côte pour remonter vers le Maroc est considérée comme plus sûre« , a ajouté le porte-parole.

De la côte marocaine, des passeurs les prennent en charge pour les diriger directement sur les côtes andalouses par la traversée du détroit de Gibraltar.

Les tactiques des passeurs sont différentes. En Libye, ils embarquent leurs « clients » à 100 ou 150 par embarcation. En accord avec les organisation pseudo-humanitaires qui rôdent le long des côtes libyennes, « Ils semblent délibérément surcharger les bateaux, qui prennent l’eau tout de suite, et les passagers doivent s’efforcer d’obtenir de l’aide au plus vite« , explique Joel Millman. Les ONG, sont là pour répondre à leur attente et faire les taxis vers l’Italie.

En revanche pour traverser les quelque 18 km du détroit de Gibraltar « la tactique est d’employer de plus petits bateaux dans l’espoir de déjouer la surveillance, et évidemment certains y parviennent« .

La Garde civile espagnole a retrouvé neuf mineurs parmi la trentaine de migrants qui ont débarqué sur la plage de Zahara de los Atunes, a déclaré à l’AFP un porte-parole, Manuel Gonzalez. Ils n’avaient pas de papiers sur eux mais semblent être Marocains, a-t-il ajouté.

« Certains arrivent à bout de forces, parfois ils se sont perdus, ou ont perdu le moteur de l’embarcation, sont restés sans eau ni nourriture… Parfois ils sont brûlés par le soleil ou le carburant« , dit-il. « 90% d’entre eux sont des hommes de 18 à 40 ans originaires d’Afrique subsaharienne« . Ajoute le délégué de la Croix rouge locale. « On est toujours surpris de voir arriver des femmes enceintes ou des enfants – même s’il n’y en a pas beaucoup – risquant leur peau pour une vie meilleure« . Le coup classique de l’herbe plus verte du voisin…

Mais les autorités espagnoles son en train de se réorganiser avec des patrouilles navales bien équipées permettant, grâce aux accords de réadmission signés en particulier avec le Maroc, de renvoyer sur la côte sud tous ces parasites indésirables.

Espérons que les dirigeants européens finiront par admettre que la seule solution en matière de protection de notre continent est l’instauration de nouveaux protectorats en Afrique et, principalement le long de sa côte méditerranéenne, de Tanger à Alexandrie, comme au bon vieux temps de l’Empire romain !

Le 12 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :