« Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. »

18 Août

Ce titre est bien sûr une parodie des propos de Winston Churchill sur la démocratie mais reflète bien les raisons qui ne manqueront pas de faire réélire la chancelière sortante, en septembre prochain. Pourtant, souvenez-vous. Il y a deux mois déjà nous écrivions ici même un article qui disait tout de la situation actuelle de l’Allemagne et de la probable réélection…par défaut, d’Angela Merkel à la suite des législatives du 24 septembre prochain. Il s’intitulait « Les Allemands sont des pleutres. C’est le signe de leur prochaine disparition » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/06/19/les-allemands-sont-des-pleutres-cest-le-signe-de-leur-prochaine-disparition/). Comme ce fut le cas chez nous en mai dernier avec l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Angela Merkel

Les réunions électorale d’Angela Merkel sont aujourd’hui stéréotypées. Pas plus d’une heure chaque fois pour délivrer son message, monotone mais tranquilisant comme une sorte de sédatif politique. D’abord, votez.  » Ce n’est qu’une fois tous les quatre ans que vous pouvez décider ce que vous voulez pour votre pays pour les quatre ans qui viennent « , assène la chancelière.

C’est dit d’un ton grave, on croirait presque un sermon. Comme si la fille de pasteur luthérien venait au secours de la femme politique pour conjurer le risque majeur du scrutin à venir : l’abstention de son propre électorat qui, à force de voir les sondages la placer quinze points devant son adversaire Martin Schulz – le président du Parti social-démocrate (SPD) –, pourrait être tenté de ne pas se déplacer.

Martin Schulz, justement. Son nom ne sera pas prononcé une seule fois. En campagne, Angela  Merkel ignore ses adversaires. Elle préfère parler de son bilan, du chômage qui  » a baissé de moitié  en douze ans « , de sa lutte contre la dette,  » pas pour le fétichisme de l’équilibre des comptes publics mais pour que nous puissions investir pour nos enfants « .

Les réfugiés ? Parlons-en :  » Je tiens à remercier tous ceux d’entre vous qui se sont engagés en  2015 mais, en même temps, ce qui s’est passé cette année-là ne doit pas se reproduire « , explique-t-elle, insistant sur la nécessité de lutter contre les causes de l’immigration et de n’accepter que les étrangers en situation régulière mais oubliant par là même qu’elle est la principale responsable des mensonges qui ont amenés plus d’un million de migrants économiques illégaux dans son propre pays. L’Europe ? Trois phrases pour dire que,  » oui, elle est parfois lente et bureaucratique « , mais que  » – la – renforcer, c’est renforcer l’Allemagne « . Enfin une parole de vérité ! L’Union européenne renforce l’Allemagne mais ne renforce qu’elle.

Pendant ces quelques dizaine de minutes au pas de charge, il est toujours question de sécurité – la promesse d’étendre la  vidéosurveillance aura été la plus applaudie –, du numérique qu’il faut développer, du secteur automobile dont il faut  » préserver les emplois «  même si les constructeurs ont commis des  » fautes « , du  » made in Germany qui a une bonne réputation dans le monde et qui doit – la conserver – «  et, enfin, de ce pays  » formidable «  qu’est l’Allemagne, un  » pays où il fait bon vivre « , comme le dit le principal slogan de sa campagne.

Ce discours, à quelques variations mineures près, la chancelière candidate l’a prononcé pas moins de six fois dans six villes différentes depuis lundi. Et à chaque fois, les réactions sont les mêmes parmi les 2 000  à 5 000 personnes du public.

Si l’on met de côté les militants de la CDU, inconditionnels, et les contempteurs viscéraux, comme à Gelnhausen (Hesse), lundi – les sifflets des opposants aux éoliennes (dont Mme  Merkel est une avocate) et ceux des militants du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne ont rendu inaudible son discours pour une partie de l’assistance –, le sentiment qui domine est celui d’une adhésion raisonnable, certes dénuée d’enthousiasme, qui peut suffire le jour du vote. Comme nous le disions, Angela est bien  » la pire des chancelières d’Allemagne, à l’exception de tous les autres essayés dans le passé  » !

Et un électeur d’expliquer :  » Ça m’ennuie de toujours voter Merkel, j’aimerais changer, mais je crois que je vais encore voter pour elle parce qu’elle fait le job « , dit cet ouvrier à la retraite, venu assister au meeting de Cuxhaven. Comme beaucoup, Margita Wördemann, trois mètres plus loin, reconnaît volontiers que la candidate  » ne propose pas grand-chose « , mais  » vu que le pays va bien, ce n’est pas si grave « , pense-t-elle.  » Dans ce monde aussi dangereux qui est le nôtre aujourd’hui, on a besoin de son sang-froid et de son expérience. « 

Voter Angela Merkel ? Margarete Müller n’y avait jamais pensé avant.  » Toute ma vie, j’ai voté SPD « , dit cette quinquagénaire de Coblence (Rhénanie-Palatinat). Cette fois, pourtant, elle  » hésite très fort «  car, dit-elle,  » Merkel incarne la stabilité dont on a besoin face à  des types aussi imprévisibles que Trump ou Erdogan « .

Deux jours plus tôt, à Gelnhausen, Markus, 31 ans, ne contestait pas cette qualité de la chancelière, mais pour lui cela ne suffit pas :  » Oui, il y a des pays qui vont moins bien que nous. Oui, Merkel est respectable, et ce qu’elle a fait avec les réfugiés est à son honneur (ndcer : cette affirmation irresponsable n’engage que son auteur). Mais on a  trop dormi, il faut que l’Allemagne se réveille, et je ne veux pas voter pour quelqu’un juste parce qu’il incarne le statu quo mais dont je n’arrive pas à savoir précisément ce qu’elle veut faire dans les quatre ans qui viennent à part rester au pouvoir. « 

Reste que, comme la plupart des électeurs et sans doute comme beaucoup d’autres personnes qui assisteront aux quelque cinquante meetings du même format qu’elle a prévu de tenir d’ici au 24  septembre, Markus semble déjà s’être résigné à la voir l’emporter.  » Le problème, c’est que je ne sens pas autour de moi une envie d’aventure. Or, Angela Merkel, c’est comme une soupe de lentilles. Ça n’est pas très drôle, mais on sait qu’on n’aura pas de mauvaise surprise. « 

Des pleutres vous dis-je. Prêts à disparaître. Ne faisons pas comme eux, réveillons-nous avant qu’il soit trop tard !

Le 18 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

5 Réponses to “« Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. »”

  1. Edouard Husson août 18, 2017 à 9:19 #

    J’apprécie vos articles sur l’Allemagne, toujours riches en informations. Votre description d’Angela Merkel met dans le mille. Au-delà de la boutade, il y a eu trois chanceliers de la République Fédérale, qui méritent l’admiration: Adenauer, Brandt et Schröder. Les deux derniers chanceliers chrétiens-démocrates, Kohl et Merkel, auront été très cirtiquables: le premier par son absence de sang froid et de vision au moment de la réunification; la seconde par sa volonté de faire sortir les Allemands, et l’Europe avec eux, de l’histoire.

Trackbacks/Pingbacks

  1. CER:« Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. »-Non c’est la pire de toutes car c’est elle et ses amis « rouges  qui déclencheront la - août 21, 2017

    […] « Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne – à l’exception de tous les autres… […]

  2. Cer:Les réseaux journalistiques d’Angela Merkel._elle et son père vienne directement de la STASI | actualitserlande - août 30, 2017

    […] La conclusion n’est autre que celle-ci : ANGELA MERKEL N’EST RIEN. Mais elle répond parfaitement aux exigences des Allemands aujourd’hui : surtout pas de vague et beaucoup de stabilité (Lire « Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne, à l’exception de tous les autres » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/18/angela-merkel-est-la-pire-des-chanceliere…). […]

  3. MARSEILLE:BULLETIN QUOTIDIEN D’APRES LE TORCHE-CUL LOCAL,PROPRIETE VOLEE DU REPRIS DE JUSTICE ET ESCROC TAPIE – actualités.erlande - août 31, 2017

    […] La conclusion n’est autre que celle-ci : ANGELA MERKEL N’EST RIEN. Mais elle répond parfaitement aux exigences des Allemands aujourd’hui : surtout pas de vague et beaucoup de stabilité (Lire « Angela Merkel est la pire des chancelières d’Allemagne, à l’exception de tous les autres » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/18/angela-merkel-est-la-pire-des-chanceliere…). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :