N’en doutons pas, tôt ou tard il sera pendu haut et court.

18 Août

Michel Sitbon

Comme cette photographie, dans sa librairie, vous permet de l’imaginer, Michel Sitbon…ne fume pas que la moquette ! Ceux des migrants clandestins qu’il accueille dans sa librairie du 38 de la rue Keller, dans le 11e arrondissement de Paris et qui lisent un tant soit peu le français comprennent vite que le cannabis est une dominante de cette librairie thématique, où l’on trouve aussi une pincée de pornographie et pas mal de politique. Michel Sitbon, auteur d’un livre titré La Fumée clandestine, est président d’honneur de  » Cannabis sans frontières « . A la tête de plusieurs petites maisons d’édition perverses mais toujours protégées par la République, cet homme, qui a gagné de l’argent avec des magazines pornographiques et des services de Minitel roses, mène aujourd’hui quelques combats qui lui tiennent à cœur…mais pas au notre !

Tout le mois d’août, les nuits se ressemblent dans sa petite librairie. Ça commence toujours par un coup de fil tardif au propriétaire, Michel Sitbon, qui répond  » oui «  à chaque fois. Ensuite, une voiture s’arrête lentement et tous feux éteints, de laquelle descendent des migrants clandestins, qu’il appelle ses « naufragés de la nuit » ; des gamins qui ne savent pas où ils sont ; des mères aux yeux creusés par la fatigue et qui seraient mieux au village, des pères noirs comme l’ébène, qui ont trainé leur petite tribu jusqu’ici, aussi. Puis, des matelas sont descendus de la mezzanine et installés serrés sur le sol entre les étagères de livres.

Michel Sitbon passe le mois d’août dans la capitale, avec l’idée de  » ne pas laisser place aux mauvais coups de l’été « . Cet écrivain-éditeur se souvient de celui de 1996 :  » Là, en plein cœur de l’été, l’église Saint-Bernard a été évacuée « . Il en était déjà, de cette lutte pour le métissage, aux côtés des incontournables de l’époque, Alain Krivine, Stéphane Hessel, Ariane Mnouchkine ou Emmanuelle Béart !  » En voyant sur les trottoirs les familles sans toit ni lit, j’ai décidé d’en héberger « , explique cet abonné de la subversion politique.*

La Mairie de Paris propose pourtant un accueil pour les femmes et les enfants ; elle a même mis en place un centre humanitaire spécifique pour les familles à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), mais il est en général saturé avant la fin de journée tant les hordes qui s’y ruent sont nombreuses.

Une Palestinienne et son compagnon…Soudanais, ont pu se refaire une petite santé dans sa librairie avec Naba, leur petite fille de 2 ans. Lorsqu’ils ont débarqué, l’association Utopia, qui maraude la nuit aux abords du camp humanitaire de Paris, a tout de suite pensé à la librairie,  » parce qu’on peut y envoyer des familles, même nombreuses « , rappelle Antoine Bazin, le responsable, alors que dans les chambres d’hôtel, l’affaire peut-être plus compliquée. L’archétype de la Cinquième colonne.

 » Pour moi, les sans-papiers, les migrants. C’est la même chose. Mon combat a commencé quand j’étais en classe de 4e et que j’ai fait un exposé sur le sujet un après-midi entier « , rappelle ce collabo, qui a animé des coordinations de sans-papiers, hébergé des Roms dans sa  » bibliothèque  » du 20e  arrondissement, plaidé pour un accueil digne des étrangers dans les préfectures…

Michel Sitbon sait la force symbolique des mots. Alors, dans la nuit du quartier de la Bastille, ce comédien-né aime surjouer ce moment. Prenant son pas-de-porte pour une scène, il joint la voix au geste et y va désormais, presque chaque soir, d’un très solennel  » Welcome « .

Haut et court, vous dis-je.

Le 18 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

* Rappelons ici que la TRENTE-CINQUIEME EVACUATION D’UN CAMPEMENT SAUVAGE DE MIGRANTS ILLEGAUX, porte de la Chapelle à Paris (à deux pas de la librairie de Michel Sitbon), a eu lieu ce matin, mettant en évidence le remplissage sans fin de notre pays par ces nouvelles Grandes Invasions barbares.

Publicités

Une Réponse to “N’en doutons pas, tôt ou tard il sera pendu haut et court.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. CER:N’en doutons pas, tôt ou tard il sera pendu haut et court. – sourceserlande - août 21, 2017

    […] N’en doutons pas, tôt ou tard il sera pendu haut et court. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :