Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil ? Tu parles…

25 Août

Ils sont, paraît-il, tous tombés des nues à Ripoll (Catalogne) ! Quand ils ont découvert, sur les écrans de télé et dans les journaux, que leur petite ville si tranquille, si exemplaire en matière d’intégration des étrangers et de mixité ethno-culturelle assumée, était en réalité un repaire de forbans et même, disons-le, d’assassins.

Mais, ça, c’est la version officielle. Celle qui s’inscrit par nécessité dans le discours politiquement correct et la pensée conforme et obligatoire du siècle. Car, quand on creuse un peu sous le vernis de façade, on s’aperçoit bien vite que la réalité est bien différente.

Bien sûr, lundi 21  août à 17  heures, une cinquantaine de personnes sont venues partager, Place de la Liberté (ça ne s’invente pas) à Ripoll, leurs peurs et leurs inquiétudes. Une vraie thérapie de groupe dans la chaleur de l’après-midi de ce petit bourg de la Catalogne pyrénéenne, dont sont originaires onze jeunes terroristes islamistes de la cellule responsable des attentats ayant fait 15 morts et plus de 80 blessés à Barcelone et à Cambrils, jeudi 17  août. Ils auraient tous été embrigadés par Abdelbaki Es Satty, un iman marocain arrivé en  2015, qui passait cinq fois par jour devant la mairie pour se rendre à sa mosquée de cette bourgade sans histoire de 10 000 habitants (Lire « L’Union européenne et son espace Schengen sont les alliés du terrorisme islamique » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/24/lunion-europeenne-et-son-espace-schengen-sont-les-allies-du-terrorisme-islamique/).

Le petit groupe veut se mobiliser pour éviter d’éventuels « débordements islamophobes« . Car personne ne se fait d’illusions : les semaines à venir vont être difficiles. Eva Farres est là. Elle était l’une des professeurs de Moussa Oukabir, 17 ans, le plus jeune membre du commando, abattu à Cambrils par la police catalane. Anna, une pédiatre, parle de ses patients déprimés. Enfin, Cesar Caldera, activiste notoire de Obrims Els Ulls ( » Ouvrons les yeux « ), une organisation en faveur des droits des immigrés, fait circuler une adresse électronique pour recruter des volontaires….  » Ce qui se passe est trop énorme pour nous « , dit-il. Manifestement, ces incurables idéalistes peinent  à comprendre !

Le maire de Ripoll, Jordi Munell, lui, parle de  » traumatisme « . Il a convoqué, pour le samedi 26  août, un rassemblement sous le slogan  » Ripoll pour la paix. Un pas en avant « . Il a aussi mis à la disposition des habitants  » des psychologues pour tous ceux qui en ont besoin « . M.  Munell répète que les jeunes Marocains accusés de terrorisme  » faisaient de l’escalade « ,  » jouaient au foot « ,  » assistaient aux fêtes du village «  et  » parlaient parfaitement catalan « . Mais M. Munell ne sait pas encore ce qu’est la taqîya ! Nous nous proposons de le lui apprendre : 

La taqîya : désigne une pratique de l’islam consistant à dissimuler sa foi sous la contrainte, afin d’éviter tout préjudice et réaction hostile d’un milieu extérieur défavorable. Par extension : principe de dissimulation stratégique dans un contexte de conquête, comme moyen stratégique guerrier.

Le maire a beau parler d’intégration, il décrit plutôt une cohabitation plus ou moins pacifique où chacun suit ses rythmes et choisit ses loisirs.  » En octobre, par exemple, alors que les habitants ont plutôt tendance à rester chez eux le soir, une vingtaine d’immigrés se réunissent régulièrement sur la place. Bon, pourquoi pas. «  Il souligne pourtant que  » les enfants musulmans ne participent que rarement aux activités extrascolaires organisées par la municipalité, malgré nos efforts  » (et nous vous conseillons vivement ici de lire cet intéressant article : http://www.lepoint.fr/europe/belgique-des-enfants-radicalises-des-la-maternelle-21-08-2017-2151328_2626.php). N’y aurait-il pas moins de risque (et de désillusion pour certains) à prôner le « CHACUN CHEZ SOI » ?

Environ un millier de Marocains vivent à Ripoll (10% de la population). Ils ont deux mosquées. La plus récente, le centre Al-Nour, ou prêchait l’imam Abdelbaki Es Satty, a été inaugurée en mai  2016, lors d’une petite cérémonie où avaient été invités le maire ainsi qu’Enric Vendrell, le directeur des affaires religieuses du gouvernement catalan.

Hammou Minhaj, 30 ans, en est le secrétaire. Assis sur les tapis de la petite salle de prière, il est de permanence, car  » la mosquée doit rester ouverte pour répondre aux questions de tous « . Mais des questions sans réponse, car M. Minhaj n’a évidemment rien vu, rien su ni rien entendu ! Quant à l’imam, M. Minhaj prétend qu’il ignorait la teneur de son casier judiciaire – il avait purgé une peine de prison pour trafic de drogue de 2010 à 2014 – et que « ses papiers étaient en règle« .

Quant à Younes Abouyaaqoub, ce terroriste Marocain de 22 ans qui conduisait la camionnette qui a fauché 13 personnes à Barcelone, personne n’a d’avis sur lui. Seul Manuel Lopez, qui le connaissait mieux, veut casser l’image du jeune homme bien rangé rapportée par les médias.  » Younes dealait de la farlopa – cocaïne en argot espagnol – . La police le savait. On était très nombreux à avoir son numéro de portable. Ici, il y a beaucoup plus de drogue qu’on le pense. «  Pâtissier au chômage, M.  Lopez vient de Barcelone :  » C’est pour ça que je peux parler car, dans cette ville, personne ne dit rien. «  La taqîya, vous dis-je.

Jusqu’à il y a trois semaines, Manuel Lopez croisait régulièrement dans l’escalier  » des jeunes Maghrébins qui s’enfermaient dans l’appartement voisin et qu’on n’entendait jamais « . Et puis, une nuit,  » ils ont tout déménagé, même la machine à laver « . La police catalane suppose que ce logement, où elle a effectué une perquisition dans la nuit de lundi à mardi, a pu servir de lieu de réunion aux djihadistes.

La cellule de Ripoll  » risque de remettre en question tout le modèle d’intégration des musulmans en Catalogne  » – un peu plus de 400 000 personnes, soit 7  % de la population –, explique avec une naïveté consternante, Jordi Moreras, professeur d’anthropologie à l’université Rovira i Virgili de Tarragone, qui ajoute :  » Nous sommes dans un nouveau cas de figure. Le fait que ces jeunes semblaient plutôt bien intégrés, qu’ils ne vivaient pas dans des ghettos, complique toute tentative d’analyse. «  Encore l’islam et sa taqîya.

Il y a aussi la politique. Ripoll est une municipalité indépendantiste et ne s’en cache pas. Elle l’annonce sur un panneau dès l’entrée de la ville. Une gigantesque  » estelada  » ( » l’étoilée « , le drapeau des séparatistes catalans) couvre toute la façade de la mairie. Sur la place centrale, une pancarte revendique une  » république catalane « . Ce sujet va vite reprendre le dessus avec le référendum d’autodétermination programmé au 1er  octobre. Il permettra un utile camouflage d’une prétendue intégration des musulmans à la population authentiquement catalane !

Ces gens ne savent rien, ne comprennent rien mais persistent à vouloir donner des leçons à la Terre entière…

Sur un banc de la place, trois retraités qui en ont vu d’autres et ne sont pas dupes des manigances de la gauche locale, Antonio Nava, sa femme, Mari, et leur ami, Juan Ruiz, papotent avant d’aller dîner. Ils sont plutôt pessimistes.  » Ne nous leurrons pas, il n’y a pas d’intégration. On se côtoie mais chacun vit de son côté. On ne se mélange que dans la queue du supermarché « , dit Mari. Antonio Nava, lui, pense que les relations entre les  » payeses  » – les enfants du pays – et les Marocains vont empirer :  » Dans la rue, on va se regarder, on ne va rien se dire, mais chacun saura ce que l’autre pense.  » Et il ajoute un peu dubitatif tout de même :  » On va s’en remettre, mais à quel prix ? « 

Comment lui dire, à son âge, qu’on lui a menti depuis le début ? Et comment lui faire comprendre que le prix dont il parle ne peut être que celui-ci :

 

Le 25 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil ? Tu parles…”

Trackbacks/Pingbacks

  1. CER:Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil ? Tu parles… | actualitserlande - août 25, 2017

    […] Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil ? Tu parles… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :