Le CER a une solution radicale pour tenir l’impossible promesse d’Emmanuel Macron

29 Août

Les « zones d’éducation prioritaires » ZEP sont une invention datant de 1981 dans lesquelles sont situés des établissements scolaires (écoles ou collèges) dotés de moyens supplémentaires et d’une plus grande autonomie pour faire face à des difficultés d’ordre scolaire et social, rompant ainsi avec l’égalitarisme traditionnel du système éducatif français. Réformées en 2014 par Vincent Peillon, alors ministre de l’Education nationale, pour tenter de pallier à l’échec du système, elles furent supprimées en septembre 2015 par Najat Belkacem et remplacées par une nouvelle invention socialiste, les « réseaux d’éducation prioritaire » (REP), qui regroupent un collège et les écoles y sont rattachées. Les établissements les plus sensibles – 350 d’entre eux – sont , depuis, classés « REP+« . Quatre critères ont été pris en compte : le taux d’élèves issus des quartiers dits les plus défavorisés, le retard en 6e, le taux de boursiers et la part d’enfants résidant en zone urbaine sensible (ZUS). Il est important de préciser ici que, comme beaucoup l’auront compris, les REP et REP+ ne s’adressent neuf fois sur dix qu’à ce que l’on a coutume d’appeler des « Chances pour la France » , c’est à dire des gamins et gamines issus de l’immigration africaine et maghrébine. Grâce à cette trouvaille, les pouvoirs publics imposent aux enfants issus continûment de Français natifs une acculturation dont on mesure désormais les conséquences calamiteuses dans les nombreux et divers enquêtes et classements internationaux portant sur les acquisitions scolaires.

Lors de la campagne pour les dernières élections à la présidence de la République, Emmanuel Macron a proposé que les 12 000 classes de CP et de CE1 en REP+ soient limitées à 12 élèves par classe et il en a fait l’un des principaux thèmes d’action de son gouvernement après avoir été élu.

En réalité, cette mesure est inapplicable ! Vous trouverez les raisons de cet échec annoncé en vous reportant à notre article du 26 juin dernier sur le sujet (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/06/26/chronique-dune-imposture-annoncee-des-promesses-toujours-des-promesses/). Elles se résument, grosso modo, à deux difficultés pour le moment insurmontables : d’une part trouver un nombre suffisant de locaux disponibles mais aussi adaptés dans les communes concernées et, d’autre part, fournir un nombre correspondant d’enseignants.

Le ministère tente, tant bien que mal, de trouver d’ici à la prochaine rentrée des réponses pratiques sans y parvenir réellement (de nombreux artifices et autres bricolages ont été proposés mais ne parviennent à convaincre ni les édiles ni les syndicats d’enseignants et leur colère commence à s’exprimer ici ou là). En d’autres termes, la rentrée sera sans doute particulièrement chaude et agitée.

Pourtant, il existe une solution à ce problème et dont le CER assume la paternité : le renvoi là d’où ils viennent du plus grand nombre des élèves allogènes des écoles et collèges qui constituent les REP+ !

Cela commence par l’expulsion immédiate de tous ceux dont les parents sont des migrants illégaux. Pour les autres, une étude minutieuse de leurs dossiers doit être mise en oeuvre, devant aller nécessairement jusqu’à l’annulation de toutes les naturalisations abusives (l’accession à la nationalité française ne devant plus être possible qu’au mérite, y compris par la connaissance et le bon usage de la langue de notre pays).

La disparition des réseaux d’éducation prioritaires renforcés permettra nécessairement de substantielles économie au sein de l’Education nationale en même temps qu’il n’y aura plus de pénurie de locaux ni de déficit d’enseignants. Elle devrait permettre aussi et logiquement une amélioration significative des résultats obtenus par les élèves de notre pays aux enquêtes internationales telles que PISA comme une revalorisation du niveau de ces élèves au baccalauréat puis en faculté (Lire « Classement international des universités: la France sombre » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/16/classement-international-des-universites-la-france-sombre/).

Alors, à bon entendeur, salut !

Le 29 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

2 Réponses to “Le CER a une solution radicale pour tenir l’impossible promesse d’Emmanuel Macron”

  1. MCF68 août 30, 2017 à 6:57 #

    Vous racontez vraiment n’importe quoi. Mais bon peut être que c’est la rubrique science-fiction.

Trackbacks/Pingbacks

  1. CER:Le CER a une solution radicale pour permettre l’impossible promesse d’Emmanuel Macron | actualitserlande - août 29, 2017

    […] Le CER a une solution radicale pour permettre l’impossible promesse d’Emmanuel Macron […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :