La revanche de la religion prétendue réformée.

30 Août

Il y a quelques jours, nous répondions au commentaire de l’une de nos lectrices qui témoignait de sa sympathie pour le Gospel dans nos églises que ces chants n’y sont entrés que par la porte dérobée de la « Luthérisation » de l’Eglise catholique puisqu’il s’agit de chants d’origine protestante, américano-caraïbe. Nous insistions également sur le fait que les mines réjouies que l’on observe parfois chez les paroissiens concernés n’expriment, à nos yeux, que leur aveuglement et leur soumission au « religieusement correct« (Lire « Vous n’en croirez ni vos yeux ni vos oreilles » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/23/vous-nen-croirez-ni-vos-yeux-ni-vos-oreilles/).

Or, il se trouve que le philosophe et écrivain Régis Debray vient de publier un excellent ouvrage intitulé  » Le nouveau pouvoir « , dans lequel il prétend que la France serait traversée par un moment « néoprotestant », d’inspiration évidemment américaine et dont l’archétype présent serait…Emmanuel Macron. Sa thèse est extrêmement intéressante et justifie que nous vous conseillions la lecture de son ouvrage.

Régis Debray prend acte de ce qu’il estime être l’accélération de l’américanisation de la Vieille Europe et de la France, à laquelle il est particulièrement sensible, et il entend le  » néoprotestantisme  » comme faisant partie de la civilisation américaine.

Il est vrai que le néoprotestantisme est le seul qui coche toutes les cases de la postmodernité : le marché, la pluralité, l’immédiateté sans transmission hiérarchique, la primauté du son, la place des femmes et celle faite aux rescapés. C’est une religion  » portative « , légère, qui correspond à l’augmentation mondiale des populations déplacées, déracinées et précaires.

Concernant la France, Debray pointe à juste titre l’écart entre le vieux protestantisme huguenot classique, qui est lié à Gutenberg et à la galaxie de l’écriture, et le néoprotestantisme pentecôtiste des megachurches, de l’Internet et des nouvelles formes de communauté. C’est à celui-ci qu’appartient par exemple le Gospel dont nous parlions plus haut et qui met désormais en transe quelques uns de nos coreligionnaires.

Son idée d’un virage contemporain du protestantisme est particulièrement intéressante car il y a une sorte de fracture culturelle profonde entre le protestantisme européen et le protestantisme américain et mondialisé, qui nous revient par les anciennes colonies, l’Afrique, l’Amérique latine, la Chine bientôt : on ne reconnaît plus du tout Calvin dans le protestantisme coréen par exemple.

Son rapport antiherméneutique et fondamentaliste aux Ecritures, en particulier, est très dangereux. On le retrouve d’ailleurs dans l’islamisme. Comme les canaux de la transmission ont été brisés par l’immédiateté de la  » com « , notamment la théologie, l’apprentissage des langues bibliques, du grec, de l’hébreu, le nécessaire travail de traduction, l’histoire des interprétations, etc., le risque est que les textes soient considérés comme un témoignage immédiat, qui permet de  » faire l’expérience  » de Dieu, alors que, pour les protestants européens classiques, Dieu est jus-tement ce dont on ne fait pas l’expérience, il est radicalement transcendant, sinon absent. De ce point de vue-là, les protestants classiques sont très proches du judaïsme.

Mais régis Debray insiste aussi sur un autre aspect qui échappe encore à beaucoup : on parle beaucoup de l’islam, or il existe un néoprotestantisme galopant dans les banlieues. Et c’est aussi une question politique car cette vague néoprotestante peut submerger la vieille culture européenne. Et la seule tradition qui restera sera libérale au sens où chacun fait son marché parmi les opinions et il n’y a plus qu’un rapport consumériste sinon touristique aux traditions. Il n’y aurait alors plus de culture vivante.

Par ailleurs, lorsque Debray parle de néoprotestantisation, il s’agit en réalité d’une évangélisation au sens du courant protestant évangélique. Pour ce mouvement, l’évangélisation c’est souvent l’idée que, au bout de toutes les conversions possibles, il n’y aura plus qu’une seule religion qui sera la religion évangélique. C’est un postulat que l’on retrouve, à l’inverse, dans l’islam.

Certains aspects du mouvement  » macroniste  » ont mis en avant l’individu comme auto-entrepreneur de soi, qui développe ses  » capacités  » et on peut voir cela comme une illustration des thèses de Weber sur l’affinité du protestantisme avec un certain capitalisme. Pour Régis Debray, le monde politique anglo-saxon est horizontal, il a perdu les dimensions de verticalité, de transcendance, de frontières géographiques, sans lesquelles il n’y a pas de corps politique. D’après Régis Debray, Macron serait donc contemporain de cette conception horizontale du politique, réduite à des  » contrats  » au sens de l’économie libérale. 

Enfin, Régis Debray utilise une expression inattendue et pourtant extrêmement intéressante dans le contexte politique et social de la France d’aujourd’hui : «  ATTENTION, UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE « . Car l’Afrique qui vient sera une Afrique massivement néoprotestante. Kinshasa, qui est la plus grande ville francophone du monde, plus grande que Paris, est à majorité protestante. Les Français n’imaginent pas la bombe démographique néoprotestante qui leur arrive.

Et l’acculturation qui vient par ce chemin n’est pas moins préoccupante que celle qui sévit déjà et aboutit à l’effondrement des niveaux scolaire et universitaire des enfants de France !

Le 30 août 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

4 Réponses to “La revanche de la religion prétendue réformée.”

  1. Tite août 30, 2017 à 12:30 #

    Vous n’avez pas saisi le sens de mon commentaire qui était au 2ème degré… Évidemment, je suis contre cette mode de faire entrer dans l’église catholique des chants qui n’ont rien à y faire. Je proteste même auprès des curés qui n’y trouvent rien à redire. D’ailleurs, je ne fréquente pas leurs « églises ». Je suis une catholique traditionaliste.

    Ce que je voulais, c’est que vous explicitiez à vos lecteurs en quoi ceci était diabolique. Je trouvais le commentaire d’accompagnement de la vidéo un peu court. Vous l’avez fait. Soyez-en remercié.

  2. Tite août 30, 2017 à 1:06 #

    Régis Debray, l’homme de gauche, agnostique et athée (c’est lui qui le dit), a fait baptiser ses enfants et les a fait éduquer dans des établissements catholiques…

    Un homme intéressant, intelligent, cultivé, intellectuellement honnête l’âge venant, à écouter et à lire.

    Par exemple, ici :
    http://www.religionspourlapaix.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=309

    … « Pourquoi vous, l’agnostique, vous passionnez-vous autant pour les religions et le fait religieux ? » demande Claude Geffré.
    « J’ai été élevé dans une culture catholique, mais j’ai perdu la foi à l’adolescence, répond Régis Debray. »…

    Et là :
    « L’enseignement du fait religieux dans l’École laïque »
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/024000544.pdf

    Ce rapport date de 2002. Si l’on avait suivi ses recommandations (à partir de la page 25) et notamment, les points 2 et 11, on aurait sans doute pu enrayer certains des maux qui submergent « L’Éducation Nationale »…

    Pour conclure, merci de nous avoir signalé ce livre.

Trackbacks/Pingbacks

  1. CER:La revanche de la religion prétendue réformée. | actualitserlande - août 30, 2017

    […] La revanche de la religion prétendue réformée. […]

  2. CER:La revanche de la religion prétendue réformée. – documentation.erlande - août 30, 2017

    […] La revanche de la religion prétendue réformée. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :