Royal artillerie apprécie ( un peu, mais c’est déjà beaucoup) le CER.

11 Sep

Les sites d’Action française ne sont pas les seuls à pâtir d’amateurisme dans le domaine de la propagande, le parti de l’Alliance royale, la réunion des cercles légitimistes, les fédérations provinciales de toute obédience, le mouvement bourbonien, les « groupements individuels » aussi, sont complètement dépassés sur ce plan ! Mention rectificative pour le Groupe Action royaliste* qui est dans un réel effort d’affichage de ses activités et pour le site La Couronne** qui promeut la maison d’Orléans avec talent ; et dans un autre genre, le Conseil en ( NDLRB : dans)  l’espérance du roi*** qui publie quotidiennement à gros débit sur une maquette mono-couloir qui malheureusement bride sa diffusion.

http://royalartillerie.blogspot.fr/2017/09/une-simple-remarque-aux-chapelles.html

Publicités

4 Réponses to “Royal artillerie apprécie ( un peu, mais c’est déjà beaucoup) le CER.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 11, 2017 à 11:18 #

    Le Marketing politique devient de nos jours de plus en plus prisé par les partis politiques, candidats et même les gouvernements. Le Marketing intelligent, tablant essentiellement sur la recherche marketing, s’avère le pilier de toute approche stratégique. Non seulement il est primordial de bien connaitre ses électeurs, mais de même il est crucial de bien connaître leurs besoins, de prendre en considération leurs attentes dans le but de pouvoir définir un bon positionnement.

    Une fois la stratégie marketing définie, le marketing mix prend son ampleur : Produit, prix, place et promotion. Dans notre cas, le produit n’est autre que le service promis et offert aux électeurs, le prix serait leur vote et finalement la place et la promotion ne seront autres que les différents canaux de distribution connus actuellement : Internet, Télé, Téléphone, réseaux sociaux…

    Néanmoins modifier l’approche politique basée sur des valeurs et des principes de survie en une approche marketing classique consumériste risque de transformer le combat des valeurs promu par les partis en un combat similaire aux entreprises internationales où la maximisation (du profit) du nombre de votes des électeurs est le seul souci des candidats.

    Le B.A. BA du marketing politique : le produit, c’est l’élu; La marque, c’est le parti; le propspect, futur client, c’est l’électeur.

    Il exite en france 3 spécialistes de com. politique : Jacques Seguéla à Gauche, Thierrry Sausset à Droite (j’ai eu l chance de bénéfivcier de cours de Thierry Sausset) et Thierry Ardisson pour les Royalistes.

    CE QUI VEUT POUR UN PRESIDENT OU POUR UN PARLEMENTAIRE VAUT EGALEMENT … POUR UN PRINCE !

    C’est ici que j’inviterai l’ALLIANCE ROYALE à un effort de com.

    Au Liban nous remarquons que le marketing politique n’est qu’à son début ; tous les partis politiques de droite ou de gauche sont conscients de l’importance de la communication politique d’où les budgets exorbitants qui ont été investis par ces derniers avant et après leurs campagnes électorales surtout lors de la dernière campagne législative de 2009.

    Aujourd’hui en 2013 tous les media sociaux (Site internet, Facebook, Twitter..) en plus des canaux classiques sont très sollicités, le but des candidats ou des partis est de donner une image jeune et innovante à leurs candidatures et de pouvoir personnaliser leur message politique. Une étude théorique et empirique approfondie se basant sur une recherche analytique du terrain afin de bien connaître les attentes des électeurs Libanais n’a pas encore été développé, Il faudrait prendre en considération le conflit confessionnel, politique, national et international afin de créer un simulateur adéquat.

    Malheureusement de nos jours, le travail politique est désormais assimilé à la corruption, comment faire pour le rendre noble au service de la population, c’est le grand défi actuel à surmonter. Les marketeurs politiques devraient mettre toutes leurs énergies pour promouvoir des partis et des candidats avides de justice surtout dans notre monde actuel où l’égocentrisme, l’amour du pouvoir et l’athéisme sont des produits à la mode.

    Roycos, au boulot !

    « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » : c’est bien l’esprit des LOIS FPONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE qui tempèrent une Monarchie devant nécessairement Souveraine pour pouvoir être pleinement Légitime…

  2. Anonyme septembre 11, 2017 à 12:23 #

    Les 10 règles du parfait produit politique pour se positionner :

    1 – il est essentiel de bien connaître l’électorat, son profil, ce qu’il recherche, quelles sont ses réactions, afin de l’anticiper au mieux.
    2 – Valoriser son image.
    3 – positionner sa campagne sur un gros thème principal, avec des thèmes secondaires.
    4 – Soigner l’interaction avec les médias, qui permettent d’augmenter la réputation du produit politique.
    5 – Faire des promesses, les électeurs veulent savoir ce qu’ils vont acheter.
    6 – Communiquer un maximum pour se faire connaître, et mettre en avant les objectifs.
    7 – Il faut cibler les interventions.
    8 – Etre le plus simple possible.
    9 – Rester crédible.
    10 – Répéter un maximum.

    Je répète : ce qui vaut pour un Président, un parlementaire ou un maire vaut pour… un Prince !

    • Catoneo septembre 11, 2017 à 3:44 #

      J’aime bien votre décalogue, monsieur Volto. Il serait temps que la communication royaliste passe par des professionnels sinon nous resterons en petit effectif impécunieux, bercés par des lendemains repoussés aux calendes qui ne chanteront jamais.
      Vous en appelez aux princes. Mon âge bientôt canonique (sans la barrette) me dit qu’ils n’en veulent pas plus qu’en révérences et vanités. Si la communication passe par agence, elle convoque des subsides. Je ne les ai jamais vu payer.

    • conseilesperanceduroi septembre 12, 2017 à 5:57 #

      Ce décalogue nous plait bien aussi. Même si nous pourrions ajouter que « ce qui vaut pour un Président, un parlementaire ou un maire vaut pour… un Prince !« , vaut aussi pour une lessive ou une marque de baskets.

      Mais vous observerez que ces dix règles furent, tant bien que mal, celles du CER tout au long de la dernière campagne présidentielle. Elles n’ont pas empêché l’élection du plus parfait illusionniste que nous ayons connu. Donc, ce qui permet de réussir, c’est…l’illusionnisme ! On comprend mieux pourquoi la France mais aussi l’Eglise vont si mal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :