Un boulevard pour les populistes en Allemagne.

13 Sep

Ils sont politiquement moins nombreux et moins influents que chez nous mais les populistes du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) pourraient bien profiter de la connivence de fait entre les deux grands partis de gouvernement, chrétiens-démocrates d’Angela Merkel et socialistes de Martin Schulz, lors des élections législatives du 24 septembre prochain, pour prendre de l’importance.

Ces derniers jours, le parti de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a fait un retour en force dans la campagne des élections législatives du 24  septembre grâce à ses sympathisants surchauffés qui, presque partout où se déplace la chancelière-candidate, et surtout dans les anciens territoires d’Allemagne de l’Est, l’accueillent à coup de  » Dégage !  » et de  » Casse-toi ! « .

Etrange campagne. Dans les sondages, Mme  Merkel domine tellement ses adversaires que sa réélection pour un quatrième mandat paraît déjà acquise. Certes, Martin Schulz continue de marteler qu’il sera le prochain chancelier. Mais, depuis son débat télévisé du 3  septembre face à Mme  Merkel, le candidat du Parti social-démocrate (SPD) donne lui-même l’impression de ne plus trop y croire (Lire « Face à face télévisé entre Angela Merkel et Martin Schulz, l’automne arrive » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/09/05/face-a-face-televise-entre-angela-merkel-et-martin-schulz-lautomne-arrive/). Au point de préparer en douce à négocier les conditions d’entrée de son parti dans une nouvelle  » grande coalition  » dirigée par les conservateurs de la CDU/CSU, comme c’est le cas depuis 2013.

Mais Martin  Schulz n’est pas le seul à faire de tels calculs. Ces derniers jours, les dirigeants des Verts et du Parti libéral-démocrate (FDP) ont eux aussi tenu des propos laissant entendre qu’ils se verraient bien gouverner avec Mme  Merkel (Ne manquez surtout pas « En Allemagne, plus ça change et plus c’est la même chose » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/31/en-allemagne-surtout-plus-ca-change-et-plus-cest-la-meme-chose/).

Leurs déclarations n’ont pas échappé à l’AfD. Depuis que la chancelière a redit, fin août, qu’elle excluait tout  » travail  en commun «  avec la formation populiste ainsi qu’avec Die Linke (gauche radicale), sous-entendant qu’elle était prête à s’allier avec le SPD, le FDP et les Verts, l’AfD estime avoir plus que jamais une carte à jouer : dès lors que ses adversaires – à l’exception de Die Linke – se voient déjà au gouvernement, elle pense que son heure est venue de démontrer qu’elle seule peut incarner l’opposition dans le prochain Bundestag.

Pour y parvenir, ses dirigeants ont décidé d’appliquer une stratégie classique pour la droite. Celle-ci peut se résumer en trois mots : protestation, provocation, victimisation. La protestation, ce sont les huées et les injures proférées par les sympathisants du parti lors des meetings de Mme  Merkel. La provocation, ce sont les déclarations de ses candidats, en particulier celles d’Alexander Gauland, l’un des deux chefs de file de la campagne de l’AfD aux législatives.Cet ancien cadre de la CDU a déclaré, le 26  août, qu’il fallait «  jeter «  en Anatolie la secrétaire d’Etat à l’intégration, Aydan Özoguz, après que cette membre du SPD d’origine turque eut jugé impossible  » d’identifier, au-delà de la langue, une culture allemande spécifique « .

Depuis, M.  Gauland a admis que le verbe qu’il avait employé (entsorgen), d’habitude utilisé pour parler des poubelles, était un peu fort. Mais il ne s’est pas renié sur le fond, au contraire. Lors de ses meetings, il continue à faire siffler Mme  Özoguz. Ce fut le cas le 1er  septembre à Eisleben (Saxe-Anhalt), la ville natale de Martin Luther, où l’AfD a obtenu 30  % des voix aux régionales de 2016. Ce jour-là, il a suffi que M. Gauland prononce le nom de Mme  Özoguz pour qu’un de ses partisans s’exclame :  » Oui, en Anatolie ! « , suscitant l’approbation générale et ce commentaire de sa part :  » En effet, c’est la proposition que j’ai faite… « 

Reste la victimisation. Dans ce registre, c’est l’autre responsable de la campagne de l’AfD, Alice Weidel, qui s’est particulièrement illustrée ces derniers jours. Agée de 38 ans, cette ancienne employée de la banque d’affaires Goldman Sachs a très bien su profiter de son aisance à la radio et à la télévision pour se rendre indispensable à l’AfD. Désormais, elle joue au contraire délibérément la carte de l’affrontement avec les médias. Le 5  septembre, elle a quitté le plateau de la ZDF en plein débat, au prétexte que la journaliste qui l’interrogeait faisait preuve d’ » intolérance « . Le lendemain, elle annulait à la dernière minute sa venue à une autre émission télévisée.

Cette recherche du coup d’éclat permanent profite à l’AfD qui, depuis une dizaine de jours, jouit d’une couverture médiatique considérable et tente de retourner à son avantage l’opprobre dont elle est la cible. Dimanche, M.  Gauland a dénoncé de son côté une  » campagne pitoyable  » visant à  » tout faire pour empêcher l’AfD d’entrer au Bundestag « .

Ces derniers mois, l’AfD était en perte de vitesse, tant à cause de ses divisions internes que de la moindre place occupée par la question des migrants dans les discours politiques qui cherchent, de tous côtés, à en minimiser la gravité. A deux semaines des élections législatives, l’AfD se trouve à nouveau au centre du débat politique et, à en croire les sondages, sa stratégie lui a plutôt profité au cours des dernières semaines. Créditée de 8 à 11  % des voix, soit autant que le FDP ou Die Linke et légèrement plus que les Verts, l’AfD a en tout cas réussi une chose : depuis quelques jours, ses dirigeants sont de plus en plus pris au sérieux quand ils assurent que leur parti arrivera troisième, le 24  septembre, derrière la CDU et le SPD.

Verdict le 24 septembre.

Le 13 septembre 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :