Nous sommes désormais les seuls à pouvoir sauver la France.

11 Oct

Comprenne qui pourra. Le Front national a perdu le nord, à moins que ce soit sa boussole qui soit détraquée ! Alors, ses dirigeants se réfugient dans l’usage commun en France de la langue de bois.

Fini l’époque des discours accusant l’Union européenne (UE) de tous les maux et prônant l’indispensable sortie de l’euro. Depuis quelques semaines, dans toutes les bouches frontistes, les mêmes mots concertés les ont remplacés : chacun se vit désormais  » européen mais  » – pour l’Europe, mais contre l’UE ; pour la  » civilisation «  européenne, mais contre celle de Bruxelles…

Et le FN semble désormais pris d’un sentiment européen déstabilisateur pour sa base, au point de vouloir  » élaborer un projet de traité simplifié « , dixit sa présidente, Marine Le Pen. Celle-ci a même offert à son ex-meilleure ennemie, l’Europe, une grande part de son discours de Poitiers, le 1er  octobre, avec un mot d’ordre nouveau : réformer, de l’intérieur à présent, la bête tant honnie. Sans doute une contagion macronienne !

Une nouvelle ligne bien difficile à tenir, estime le politologue Jean-Yves Camus :  » Comment organisent-ils la préférence nationale ou établissent-ils la souveraineté monétaire sans sortir ? Et comment gèrent-ils les flux migratoires en restant dans l’Europe, tout en disant qu’ils ne feront pas ce qu’elle nous dit ? « 

Sans compter, ajoute M. Camus, qu’il sera bien plus compliqué pour la France de s’affranchir des règles européennes, comme le font la Pologne ou la Hongrie – sur le plan de l’économie, des frontières, des droits humains… –, sans un gros conflit avec Bruxelles qui ne pourra se résoudre que par une fermeté sans faille et le renoncement brutal à toute appartenance aux organismes tyranniques qui nous ligotent (Cour européenne des droits de l’homme, Cour européenne de justice, etc.).

A ces arguments de taille, les réponses manquent pourtant au sein du Front où certains estiment que le parti se devait de revoir sa position après la défaite présidentielle. Dommage, ce n’était pas notre avis.

Le nouveau secrétaire général, Steeve Briois, l’admet :  » On avait des progrès à faire sur certains sujets. «  En première ligne des failles de la dernière campagne, il place le discours sur l’Europe. Le départ de l’ancien numéro  deux, Florian Philippot,  » a aidé à amender la ligne « , souffle un cadre. Lui, le chantre de la sortie de l’euro, qui avait souhaité en faire l’un des thèmes forts de la présidentielle, est désormais considéré, pour cette même raison, comme le principal responsable du désastre.

Au Parlement européen, la  » clarification «  est passée par une scission. Après son départ avec fracas du FN, Florian Philippot et ses alliées Sophie Montel et Mireille d’Ornano ont rejoint, le 3  octobre, le groupe de l’un des artisans du Brexit, Nigel Farage (groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe). Une alliance avec le UKIP britannique que le FN avait souhaitée par le passé, sans jamais parvenir à la sceller. M.  Philippot et ses troupes ont donc pris la voie de la rupture, avec le FN comme avec l’UE, objectif :  » Frexit « . Voilà ce qui arrive lorsqu’on se laisse prendre au piège de la pensée unique et obligatoire à Paris.

La direction du parti, elle, a choisi au contraire de tenter de rassurer des Français inquiets des conséquences d’une sortie, notamment de l’euro. Ce qui revient à avouer que personne, au sein de cette direction, n’a été capable de les convaincre que rester prisonnier de l’UE est définitivement mortifère. D’ailleurs, durant l’été, au cours de leur premier séminaire post-défaite électorale, les cadres frontistes avaient déjà repoussé la souveraineté monétaire en queue de liste d’un potentiel futur quinquennat. Priorité a été redonnée au triptyque fondateur : identité-sécurité-immigration. Mais, hélas, ce n’est pas avec ces seuls arguments que l’on sauvera la France. 

Sébastien Chenu, député du Nord, a beau prétendre que le FN reste  » sur la même courbe, toujours souverainiste « , sur l’euro, le changement est malgré tout perceptible. En interne, certains réfléchissent même à la possibilité de conserver la monnaie commune, cherchant des ficelles pour gagner quelques points d’indépendance sur la Banque centrale européenne, et ne pas perdre la face sur la monnaie. La nomination de Nicolas Bay à la vice-présidence du FN, chargé des affaires européennes, est également un signe politique fort, lui qui tirait la corde de l’euro dans le sens opposé à  Florian Philippot.

Alors, il ne leur reste plus aujourd’hui que la rhétorique identitaire européenne, utilisée depuis la rentrée, par Marine Le Pen.  » L’Europe n’a pas attendu le traité de Rome pour exister, lançait-elle à la tribune de Poitiers. Elle ne s’est pas faite à Bruxelles mais à Athènes et à Rome. Les pères fondateurs de l’Europe ne sont pas Jean Monnet ou Robert Schuman, mais Homère ou Charlemagne. » BRAVO ! 

Dans un communiqué saluant le score historique, outre-Rhin, d’Alternative pour l’Allemagne (AfD), aux élections fédérales du 24 septembre, Nicolas Bay saluait l’affiche sur laquelle la députée Frauke Petry pose avec son cinquième enfant. Sous-entendu, décrypte Jean-Yves Camus :  » Par la natalité, l’Europe peut se régénérer. «  Plus que l’Europe des nations, c’est une Europe identitaire, qui est défendue par Marine Le Pen. Une Europe  » géographique, (…) sans la Turquie « , selon ses termes. ENCORE BRAVO ! MAIS…souhaitons qu’elle ne soit pas germanique.

Dans la séquence actuelle, Jean-Luc Mélenchon et ses  » insoumis  » ont semblé être les seuls à faire entendre une voix d’opposition. Et, déjà, les critiques montent chez ceux qui ont suivi l’autre ligne et se veulent désormais plus souverainistes que les souverainistes. Un proche de Philippot persifle : «  Réformer l’UE de l’intérieur, ça fait quarante ans que j’entends ça, à droite et à gauche.  »  C’est ce que nous appelons  » la pensée conforme et obligatoire « .

Oui, vraiment, à part  » DIEU, LA PATRIE, LE ROI « , il n’y aura pas de salut !

Le 11 octobre 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “Nous sommes désormais les seuls à pouvoir sauver la France.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 11, 2017 à 2:59 #

    Rappelons à de jeunes Royalistes découvrant cet exellant blog que :

    1. Le Royalisme en France, c’est avant tout une attitude culturelle Catholique, celle de la Tradition. En politique, il participe du principe d’expension-évangélisation dont Léon XIII reprendra l’idée : tout le contraire de l’actuel euro-mondialisme islamisant ! C’est aussi un nationalisme Français et Chrétien : mourir pour la Patrie, c’est mourir pour le Salut de la société Française destabilisée par les idées révolutionnaires. C’est enfin face à la masse l’affirmation de la personne.

    2. Pour ses partisans, le Royalisme consiste avant tout en une ambition pour la France : la volonté de redonner au pays sa position hégémonique de Fille Aînée de l’Eglise et d’Educatrice des Peuples qu’elle a eu jusqu’au début du siècle passé, de retrouver un Monarque apte à enclencher de grands projets, celle aussi de sortir du jeu des partis et de la politique à court terme qui caractérise, pour les Royalistes, l’exercice du pouvoir des hommes politiques de la république.

    3. Le Royalisme se pose enfin pour certains comme une opposition au nouvel ordre mondial par le renforcement de l’État face aux institutions supranationales qui empiètent sur les libertés fondamentales des peuples. Ainsi la Monarchie est à leurs yeux plus « démocratique » que la république dans le sens ou elle défend l’indépendance et l’autodétermination des peuples.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Avec Notre Dame du Laus prions pour le Roi de France - Cril17 - octobre 11, 2017

    […] l’attention du Conseil dans l’Espérance du Roi à qui nous empruntons la  magnifique image ci-dessus : voir notre commentaire de ce jour sur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :