Chômage en France : la fameuse courbe ne s’inverse toujours pas.

24 Nov

On nous rebat les oreilles de l’amélioration des conditions économiques et même du taux de chômage au sein de la zone euro. Mais qu’en est-il pour la France ?

Les chiffres de Pôle emploi, publiés aujourd’hui vendredi 24 novembre 2017, peinent toujours à dessiner une tendance à l’amélioration. Après une baisse en septembre, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi est reparti en légère hausse en octobre (+8 000, +0,2%), pour s’établir à 3,48 millions de personnes en métropole, a annoncé le ministère du Travail.

Depuis le début de l’année, l’indicateur de Pôle emploi a alterné six mois de hausse et quatre mois de baisse, témoignant d’une inquiétante volatilité. Pour contourner ce phénomène, le ministère recommande de « toujours privilégier les évolutions en tendance plutôt qu’au mois le mois« .

Mais ce n’est pas suffisant pour dégager une tendance. Le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) est en baisse de 1,0% sur trois mois, en hausse de 0,5% depuis début 2017 et quasi-stable sur un an (+0,2%).

La tendance est d’autant plus difficile à interpréter que la hausse du chômage d’octobre coïncide avec une baisse en miroir (-7 900, -0,4%) du nombre de demandeurs d’emploi ayant exercé une activité au cours du mois. Résultat : avec ou sans activité, le nombre d’inscrits à Pôle emploi tenus de rechercher un emploi est stable en octobre (+100, +0,0%), à 5,62 millions.

Pour remédier aux fortes fluctuations de l’indicateur, le gouvernement a décidé de changer sa périodicité. Il passera en 2018 d’un rythme mensuel à un rythme trimestriel. La Dares, service des statistiques du ministère du Travail, publiera, tous les trois mois, le nombre moyen de demandeurs d’emploi sur le trimestre.

La nouvelle mouture vise à « mettre davantage l’accent sur l’évolution tendancielle plutôt qu’au mois le mois« , explique la Dares, qui « considère que les évolutions mensuelles ne sont pas significatives, n’ont pas beaucoup de sens« . la publication trimestrielle permettra surtout de repousser l’aveu d’impuissance…

Depuis sa nomination en mai, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait préfiguré cette évolution, en refusant, contrairement à ses prédécesseurs, de réagir aux chiffres mensuels, estimant qu’ils « ne reflétaient pas bien l’évolution du marché du travail« . Elle n’a pas dérogé à la règle pour les chiffres d’octobre.

En réalité, le vrai problème réside dans le fait que le chômage et la précarité de l’emploi ne faiblissent pas !

Côté gouvernement, on préfère le taux de chômage mesuré par l’Insee, seul indicateur du chômage reconnu à l’international. Cet autre thermomètre, qui a augmenté de 0,2 point au 3e trimestre, diverge souvent des chiffres de Pôle emploi. Ce phénomène, source de confusion, est dû au fait que les deux indicateurs ne mesurent pas le chômage de la même manière: l’Insee réalise une enquête auprès de 110 000 personnes, tandis que Pôle emploi publie le nombre de personnes inscrites sur ses listes.

Selon l’Institut national de la statistique, 9,4% de la population active est au chômage en métropole, 9,7% en France entière (avec les DOM). Autrement dit, fort près de la barre des 10%.

Le gouvernement souhaite, conformément à une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, descendre à 7% de chômage d’ici à 2022.

Le président a assuré à la mi-octobre que « la plénitude des réformes » et leur impact sur le chômage seraient visibles « dans un an et demi, deux ans ». Son ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a lui légèrement repoussé l’échéance, tablant récemment sur une « amélioration en profondeur de l’emploi » d’ici « au moins deux ans« .

Nous serons à mi-mandat et nous jugerons de la pertinence du vote en faveur d’Emmanuel Macron.

Le 24 novembre 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :