Conseil de lecture : « Actuel Moyen-Age »

2 Déc

Nous ne saurions trop vous recommander la lecture de cet excellent ouvrage :

 » Actuel Moyen Âge . Et si la modernité était ailleurs ? « *

De Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin qui sont quatre chercheurs en histoire médiévale. De leurs pérégrinations dans les archives du monde est née l’idée d’Actuel Moyen Âge, qui vise à partager une histoire ouverte, diverse et libre.

L’ouvrage n’est, de fait, ni un divertissement sur le Moyen Age ni un nouveau projet de réhabilitation de la période. En une série de chapitres thématiques, il tisse des liens entre le monde dans lequel nous vivons et la société médiévale pour souligner les convergences, les écarts et les héritages, dans une langue précise, drôle et accessible à tout le monde.

Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin, constituent un groupe de jeunes chercheurs en histoire médiévale qui n’ont pas 30 ans, mais déjà de remarquables compétences scientifiques. Ils y ajoutent l’envie de reprendre la parole à tous ceux qui parlent du passé en y projetant leurs fantasmes et, parfois, leur ignorance. Actuel Moyen Age porte ainsi la marque d’une génération intellectuelle, d’un élan d’amitié et d’un projet collectif, celui d’un blog sur Internet, dont l’histoire est indissociable de celle de ce livre (https://actuelmoyenage.wordpress.com).

Leur pertinence intellectuelle et leur liberté de ton sont remarquées de plusieurs éditeurs, dont Arkhê. A l’automne 2016, l’équipe répond positivement au projet de livre suggéré par Johann Visentini. Avec une certaine hésitation, car le passage au livre ne leur semble pas évident au départ, tant ils ont pensé leur projet sur un modèle numérique.

Il est vrai que si, maintenant, face au bel objet de papier auquel Arkhê a donné naissance, les trois historiennes et leur compère sont très heureux, la transformation du blog en livre, menée avec l’aide de l’éditeur, a représenté un travail long et complexe. Les textes ont été réorganisés et étoffés, les références aux sources et à la bibliographie, développées. Les liens hypertexte ont été remplacés par des renvois marginaux, qui permettent de circuler entre les articles. De cette manière, on peut le lire d’une traite ou par petites touches : le livre garde l’esprit du blog. Le bouleversement suscité par les supports de publication électronique a créé de nouvelles formes d’écriture historique, influençant en retour les livres, dans un cercle vertueux.

Et, derrière l’évident plaisir de l’entreprise collective, se dévoilent des enjeux cruciaux pour l’histoire d’aujourd’hui et de demain. Cette nouvelle forme d’engagement intellectuel est remarquable : du blog au livre en passant par Twitter et Facebook, il s’agit de s’approprier tout le registre de la communication au service d’une courageuse entreprise de diffusion du savoir.

On le comprend, ce projet se place dans la continuité de leur métier d’enseignant et de chercheur. C’est une forme d’intervention savante dans l’espace public qui offre, sur l’environnement, le pouvoir ou la sexualité, un jeu de miroirs entre le Moyen Age et le monde contemporain. Mais entendre les quatre amis parler de la manière dont ils écrivent ensemble, se raturent les uns les autres, hésitent sur une blague ou un raccourci scientifique, montre aussi un véritable atelier à l’œuvre. Le ton du livre en conserve l’empreinte : l’humour le dispute à l’intelligence collective. Tout semble être un jeu – mais comme chez Rabelais ou Montaigne, il relève du serio ludere, du « jeu sérieux » où l’on s’amuse en apprenant.

Ces courts-circuits temporels dissimulent en réalité les trésors de connaissance du Moyen Age mis en œuvre par les quatre auteurs. Ainsi, l’ouvrage ne constitue pas seulement une excellente introduction à l’histoire médiévale pour tout public. Il propose aussi, en filigrane, une réflexion sur l’écriture de l’histoire. Sans jamais chercher à tracer une évolution linéaire, il s’interroge sur la distance historique en nuançant les risques de l’anachronisme .

À lire.

Le 2 décembre 2017.

Actuel Moyen Age. Et si la modernité était ailleurs, de Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin, Arkhê, « Homo historicus », 384 p., 21,50 €.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :