Quand le porte-flingue d’Emmanuel Macron nous parle des « réfugiés »…

2 Jan

Attendez-vous à ce que ce soit davantage du domaine de l’amalgame et de la langue de bois que de la vérité.

Ainsi, Christophe Castaner, délégué général de La République en marche (LRM), affirme que la France « peut relever le défi de l’intégration des réfugiés », à condition de réformer son système d’accueil qui « ne peut plus continuer ainsi », dans une tribune au Journal du dimanche (JDD) du 31 décembre.

Face aux critiques suscitées par le projet de loi en préparation sur le droit d’asile, il invite à dresser « un constat lucide sur notre système d’accueil et d’intégration ».

« Les demandes d’asile ont augmenté de 80 % depuis 2010 », souligne le responsable de LRM, pour qui les conditions dans lesquelles la France accueille les demandeurs d’asile et les réfugiés « ne sont pas dignes ». Nous changerons la réalité du droit d’asile « en ayant le courage de remettre à plat toute notre procédure d’asile pour en assurer vraiment l’efficacité », poursuit-il, en soulignant l’« approche pragmatique » du président Emmanuel Macron sur ce sujet.

La France aura dans les prochains mois « un débat important sur le droit d’asile », qui « sera réussi à trois conditions », note-t-il.

« Il devra d’abord permettre de réformer en profondeur les procédures de demande d’asile. En confortant les moyens de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et en lui fixant pour objectif de traiter les dossiers en moins de deux mois », poursuit M. Castaner. PAROLE, PAROLE…

L’Ofpra devra également organiser « des missions » dans les pays de transit « pour mieux maîtriser les flux ». PAROLE, PAROLE…

L’accueil de ceux « qui ont vocation à s’installer durablement dans le pays » suppose également d’« éloigner plus systématiquement ceux qui n’ont pas obtenu le droit d’asile », fait-il valoir, rappelant que « seuls 4 % des déboutés » font aujourd’hui l’objet d’une mesure d’éloignement. PAROLE, PAROLE…

« La France peut relever ce défi de l’intégration des réfugiés. C’est la conviction du gouvernement, qui s’est saisi avec courage et sans tabou de ce sujet sensible. Parce que notre système d’accueil ne peut plus continuer ainsi », conclut-il.

Tant que nos dirigeants politiques continueront de confondre volontairement REFUGIES et MIGRANTS, nous serons GROS-JEAN COMME DEVANT.

Le 2 janvier 2018.

Publicités

Une Réponse to “Quand le porte-flingue d’Emmanuel Macron nous parle des « réfugiés »…”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 2, 2018 à 5:51 #

    La Régence républicaine sera seiule responsable de la nouvcelle Nuit de la Saint Bathélémy qui se profile. Attention ! aux prochains attentats, les Français de souche pourrait bien se réveiller de leutr sieste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :