Traite négrière à partir de la Libye : les affaires reprennent !

11 Jan

Après une relative accalmie, une centaine de migrants Africains ont péri, lundi 8 janvier, à quelques encablures des côtes libyennes dans le naufrage de leur embarcation de fortune (un de ces canots pneumatiques traditionnellement employés à la traite négrière par les passeurs libyens).

Le rafiot transportait plus d’une centaine de personnes, mais seules dix-sept d’entre elles, dont des femmes et des enfants, ont pu être secourues, a déclaré le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine du pays. Les survivants sont restés plusieurs heures accrochés à des bouts du canot jusqu’à l’arrivée des secours.

Des migrants arrivant par bateau après avoir été securus par les gardes côtes libyens, le 9 janvier.

Retour au bercail, dans le port de Tripoli

Le naufrage a eu lieu au large de la ville d’al-Khoms, à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale libyenne, a précisé M. Kacem.

La marine libyenne a ajouté avoir secouru, la veille, 267 autres migrants de diverses nationalités africaines qui étaient à bord de deux embarcations en détresse au large de la ville de Zawiya, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Tripoli. Ce qui signifie que les zones de départ se multiplient de nouveau sur la côte libyenne, au sein du territoire administré par le gouvernement fantoche, mais soutenu par l’ONU et l’Union européenne, de Fayez el-Sarraj. Celui-là même qui, du fait de son impuissance, ferme les yeux sur l’esclavage des migrants sub-sahariens qui a fait récemment les Unes de la presse.

Il apparaît donc que les efforts des pays européens, et en particulier de l’Italie, pour rendre efficace la lutte contre les passeurs en équipant la marine libyenne de navires performants sont de nouveau vains. Et il est à craindre que la route maritime vers l’Italie reprenne avant longtemps ses trafics d’êtres humains, si utiles aux grosses entreprises de notre continent…

En 2017, au moins 3 116 migrants sont morts ou disparus en tentant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, dont 2 833 au large de la Libye, selon un relevé de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Rappelons que la longueur de la façade maritime de la Libye n’est que de 1770 km et qu’un blocus maritime efficace n’en serait pas si difficile. Seule manque en vérité la volonté politique d’y parvenir.

Le 11 janvier 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Traite négrière à partir de la Libye : les affaires reprennent !”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 11, 2018 à 1:47 #

    Pour un bateau stoppé et renvoyé à domile, cin q font dèberquer leur quargaison humaine en Siciles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :