Taxe d’habitation : la bourde de Jacqueline Gourault.

13 Jan

Le gouvernement va devoir accorder ses violons sur la taxe d’habitation. Invitée jeudi de l’émission « Questions d’info » LCP-franceinfo-Le Monde-AFP, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’intérieur, jusque là d’une discrétion de violette, a affirmé qu’elle souhaitait, à titre personnel, que la taxe d’habitation, dont la suppression totale est annoncée à l’horizon 2020, soit remplacée par un nouvel « impôt plus juste », dans le cadre d’une « réforme fiscale ». Peut-être est-ce sa nouvelle mission de médiatrice en Corse qui lui aura donné de si mauvaises idées !

Je patauge, tu patauges, Jacqueline Gourault patauge…

En tout cas, des propos rectifiés dès le lendemain par le ministre de l’économie. « Il n’y aura pas de nouvel impôt pendant le quinquennat, je m’y engage », a déclaré Bruno Le Maire sur BFM-TV et RMC. « On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre. On ne prend pas dans la poche des Français ce qu’on vient de leur donner de l’autre main », a-t-il ajouté en oubliant que c’est là pourtant une méthode habituelle des gouvernements successifs de la République.

Il a, en revanche, assuré que la taxe d’habitation, dont le chef de l’Etat a promis pendant la campagne présidentielle d’exonérer 80 % des ménages, avec une première tranche dès 2018, serait en fait totalement supprimée sur la durée du quinquennat. « Elle sera supprimée totalement dès que nous aurons toutes les indications sur la manière dont on peut compenser pour les collectivités locales. Le plus tôt sera le mieux, a déclaré Bruno Le Maire. Le ciel l’entende !

Selon le ministre, la suppression totale de la taxe d’habitation, qui devrait prolonger la suppression d’ores et déjà votée de cet impôt pour 80 % des Français d’ici à 2020, devrait coûter « près de 20 milliards d’euros », soit deux fois plus que la réforme d’ores et déjà entérinée. Les 80 % actuels « sont financés sur le budget de l’Etat, qui compense à l’euro près pour les collectivités locales la perte de recettes fiscales », a souligné le ministre, ajoutant que l’Etat trouverait pour le reste des solutions, sans créer de nouvelle taxe. Tout cela est bien joli mais il y a fort à parier que les solutions trouvées par l’Etat résulteront…de l’accroissement de la dette publique.

« Le président de la République avait lui-même indiqué il y a quelques mois qu’on pouvait envisager d’attribuer une part de recettes déjà existantes, par exemple une part de la CSG », au financement de cette mesure, a-t-il souligné, estimant que Mme Gourault avait été sans doute « mal comprise ». À moins, bien sûr, que ce soit elle qui n’ait pas bien compris la « pensée complexe » du président de la République !

La ministre auprès du ministre de l’intérieur a fait machine arrière dans la soirée sur son compte Twitter : « La taxe d’habitation est définitivement abolie et ne sera pas remplacée par un autre impôt. La fiscalité locale sera entièrement repensée », avait-elle écrit. Lors de l’émission « Questions d’info », Jacqueline Gourault avait pourtant bien évoqué la piste d’un nouvel « impôt » : « Moi je pense que, pour le bloc communal, il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c’est-à-dire les citoyens. (…) Je n’ai pas de date à vous donner, mais ça doit s’emboîter avec la fin de la taxe d’habitation. On commence les discussions dès maintenant. »

ALORS, QUI MENT ?

Le 13 janvier 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :