» Avorteurs de tous les pays, unissez-vous ! »

19 Jan

Pourrait être le cri de ralliement de tous ceux qui, au sein de l’Union européenne et, bien sûr, de notre propre pays, hurlent et manifestent contre les lois de protection de la vie qui sont en cours de discussion au parlement polonais.

Hélas pour eux, à Varsovie, seulement un millier de personnes avaient répondu mercredi 17 janvier à l’appel à manifester lancé par le collectif « Grève nationale des femmes » contre la délégalisation quasi-totale de l’avortement en Pologne. Le mouvement avait aussi été décliné dans une quarantaine d’autres villes dans lesquelles il n’a pas rencontré davantage de succès.

Manifestants en faveur de l’avortement à Varsovie

« L’opposition, c’est nous ! » (sic). Dans la capitale enneigée, le cortège témoignait d’une colère encore chaude contre les députés qui avaient contribué une semaine plus tôt au rejet d’une proposition de création d’un droit à l’avortement. En parallèle, le Parlement avait donné une suite favorable à une pétition qui, si elle acquérait force de loi, interdirait l’avortement en cas de malformation grave du fœtus, soit 95 % des avortements légaux pratiqués dans le pays.

Après avoir exigé des députés leur « démission » et « des excuses pour les Polonaises », les quelques manifestants réunis ont arpenté quelques avenues de Varsovie d’un siège à l’autre de partis politiques d’opposition.

« Nous, les femmes, nous ne sommes pas représentées au Parlement. Il ne nous reste que la rue, explique Maria, proche de la retraite. Ma fille hésite à avoir un deuxième enfant car elle a peur qu’il puisse avoir une maladie grave. Plutôt que de changer la loi sur l’avortement, l’Etat devrait davantage aider les mères d’enfant handicapé. »

Un peu plus loin, Zofia, coiffée d’un épais bonnet rouge, précise « ne plus avoir l’âge de tomber enceinte », mais elle veut que sa fille et ses petits-enfants « puissent avoir le choix. On ne devrait pas régler les questions d’éthique par la loi. Les femmes sont intelligentes, elles devraient pouvoir décider de leur vie ».

Pour Tomasz, 50 ans, la priorité devrait aller à « l’éducation « , ce qui est piqué au coin du bon sens mais à la condition de ne pas ajouter, comme il le fait que  » Les femmes n’avortent pas par plaisir, il faudrait que les jeunes apprennent correctement comment ça marche pour éviter les accidents ». Car, hélas,  » savoir  » ne suffit pas et nous en voulons pour preuve le fait que, en France, la loi de 1975 (dite loi Weil) aboutit aujourd’hui, campagne de dénigrement de la contraception orale aidant, à banaliser l’avortement au point d’en avoir fait une méthode de contraception à part entière…

Mais Kasia et Agata, étudiantes, ne se font pas d’illusion sur les chances de succès de cette nouvelle mobilisation. Il y a plus d’un an, le « lundi noir » avait rassemblé près de 250 000 personnes, forçant le PiS (parti de droite au pouvoir) à abandonner un projet d’interdiction absolue de l’avortement et de pénalisation des femmes qui y auraient recours. Faute de militants de gauche au Parlement et d’opposition massive dans la rue, rien ne semble plus désormais pouvoir empêcher le PiS de voter le durcissement de la loi sur l’avortement, promis à l’épiscopat. « Nous nous battons contre des moulins à vent, mais nous devons maintenir le sujet sur le devant de la scène », prétendent les deux jeunes filles.

A l’extérieur du cortège, les citoyens de Varsovie observaient la scène avec incompréhension voire hostilité, visiblement plus préoccupés par l’interruption du trafic que par le rassemblement, et témoignant ainsi du peu d’adhésion de la population aux thèses défendues par les manifestants. Deux heures à peine plus tard, ces derniers se séparèrent dans le calme, comme si de rien était, et montaient à bord des bus…qui circulaient de nouveau !

Au total, un peu de bruit pour rien.*

Le 19 janvier 2018.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la Santé publique.

* Mais les tenants de la culture de mort n’ont pas désarmé. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la Commission européenne a déclenché, mercredi 20 décembre 2017, l’article 7 du traité de l’UE (qui suspend certains droits des Etats visés), encore jamais utilisé, estimant qu’« il y a un risque clair d’une violation grave de l’Etat de droit en Pologne » !

Publicités

7 Réponses to “ » Avorteurs de tous les pays, unissez-vous ! »”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 19, 2018 à 1:09 #

    Ainsi apparait clairement la stratégie qui préside à la mise en oeuvre du génocide Français.

    Qu’est-ce que le génocide Français?

    C’est une conjuration vivant à “éteindre” la race Franque, comme le peuple Français qui en est issu et inciter les Roycos, ultimes vrais catholique et Français, à ne pas se reproduire !

    Comment cela peut-il se produire? Par un complot international fondée sur l’affirmation de 3 facteurs essentiels: un prétendu risque de surpopulation, encore à démontrer, de pernicieux contrôles et limitations des naissances, et… l’appel à une massive immigration non-chrétienne pour compenser la non-fécondité des femmes occidentales qui ont peur de faire des enfants à cause… du premier facteur!

    Créant ainsi une dynamique de remplacement des peuples…

    Les destructeurs savaient bien ce qu’ils faisaient en s’attaquant au Catéchisme: ils ouvraient la porte à l’immoralité et à tout ce qui pouvait détruire la famille -cellule de base de la société Chrétienne- banalisant la pornographie, le divorce, l’union libre, la pédophilie, l’inceste, la prostitution, les violence conjugales, l’abus d’alcool, la consommation de drogues douces, toute chose qui “démoralise” et empêche de faire surgir des parents Chrétiens qui feraient des sacrifices pour faire des enfants et les envoyer au catéchisme apprendre la morale et le civisme, l’esprit de sacrifice, la bonté et la générosité, l’Amour des siens comme des autres.

    Et si il y aurait par miracle encore quelques vraies familles Chrétiennes en France, on fait tout pour les dépouiller et les appauvrir : fiscalité confiscatoire qui tue la compétitivité des employeurs et le pouvoir d‘achat des employés, chômage, dette galopante, immigration-invasion qu’il faut bien accueillir chez nous et nourrir, loger et soigner, aux frais des pigeons, tondus, pelés et autres plumés…

  2. PR1 janvier 19, 2018 à 1:33 #

    Comme souvent est passé sous silence le fait que même interdit l’avortement a quand même lieu. Et donc on ne sauve pas de « vie ». Sauf bien sûr à passer dans un modèle politique particulier qui empêcherait les femmes de se déplacer à l’étranger pendant leur grossesse. Et de les interner dans des « centres » pour être sûr que la grossesse soit menée à terme.

    • conseilesperanceduroi janvier 19, 2018 à 2:00 #

      Il semble que, dans votre argumentation, l’avortement reste un recours de dernière instance signant un échec des moyens de prévention des grossesses non désirées. N’oubliez pas cependant le détournement, devenu de plus en plus fréquent, de ce recours au point que, en pratique (il suffit pour le savoir de fréquenter les services de gynécologie des hôpitaux), il n’est rien moins qu’UN AUTRE MOYEN DE CONTRACEPTION. Même les plus ardents défenseurs de l’avortement en 1974-75 n’avaient pas imaginé pareil dévoiement. Relisez, pour vous en convaincre, les débats de l’Assemblée nationale à l’époque mais aussi les discours successifs de Simone Weil elle-même.
      L’autre drame de cette affaire est que Mme Weil a su, au cours des années qui ont suivi la promulgation de ladite loi, quelle en était la dérive mais que JAMAIS elle n’en a fait le moindre commentaire ni la moindre critique. « Errare humanum est sed perseverare diabolicum » ou comment l’enfer est pavé de bonnes intentions.

      • PR1 janvier 19, 2018 à 4:08 #

        Vous avez raison. Pour moi c’est le dernier recours. Je reconnais volontiers que l’on devrait mettre plus de moyens sur l’éducation, et sur les moyens contraceptifs. Je suis assez surpris de la méconnaissance des plus jeunes dans ce domaine.

      • conseilesperanceduroi janvier 19, 2018 à 5:29 #

        Sans doute faudrait-il leur faire lire les pages du blog du CER !!! Les mots-clés « contraception » ou « avortement » mènent, par notre moteur de recherche, à plusieurs articles sur le sujet.

  3. PR1 janvier 21, 2018 à 9:28 #

    C’est ce que j’ai fait. Mais à part vous focaliser sur l’avortement, que proposez vous ? Je n’ai lu nulle part un meilleur accès aux moyens contraceptifs ou une éducation sexuelle renforcée à l’école.

    • conseilesperanceduroi janvier 21, 2018 à 9:47 #

      Tout simplement parce que ce que vous proposez existe déjà et devrait fonctionner avec efficacité…si les médias n’avaient pas intégré depuis longtemps la notion que nous dénonçons (l’avortement-méthode contraceptive) et ne faisaient pas, pour des raisons à développer, la guerre aux contraceptifs hormonaux. Quant à l’éducation sexuelle à l’école elle souffre de l’organisation actuelle de l’enseignement qu’il sera nécessaire de reconsidérer dans son ensemble. Pourtant, tant bien que mal, elle a lieu dans beaucoup d’écoles grâce à l’intervention de bénévoles issus des milieux de la santé invités par les enseignants (l’un d’entre nous en est). Mais il n’est pas impossible que Jean-Michel Blanquer contribue à développer cette action.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :