Quand l’Afrique se débarrasse de ses bouches à nourrir.

31 Jan

Dans notre dernier article consacré au poids social de l’afflux des migrants qualifiés de mineurs non accompagnés (MNA) et dont il faut savoir qu’ils sont, en réalité, autant de bouches à nourrir dont les familles, ne sachant comment contrôler la natalité, veulent à tout prix se débarrasser, nous exposions les difficultés énormes autant que croissantes des administrations départementales pour les prendre en charge (Lire et relire « Ça ne leur coûte pas cher mais ça peut leur rapporter gros » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/12/06/ca-ne-leur-coute-pas-cher-mais-ca-peut-leur-rapporter-gros/). Nous y rappelions qu’en  2017, 25 000 jeunes, presque tous des garçons, seront arrivés seuls en France, selon les estimations, et se seront présentés comme MNA. Le double par rapport aux 13 000 de 2016 et un gouffre comparé aux 4 000 d’il y a sept ans. Pour un coût total de 1,9 milliards d’euros !

Aujourd’hui, c’est devenu un dossier qui empoisonne les relations entre les départements et l’Etat. L’Assemblée des départements de France (ADF) a encore réaffirmé, par la voix de son bureau le 15  janvier, qu’elle refuserait de contractualiser les pactes financiers proposés par le gouvernement tant qu’aucune réponse concrète ne serait apportée quant à la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA) et des allocations individuelles de solidarité.

Les départements sont débordés, les services saturés pour faire face à l’accueil, à l’évaluation et à la prise en charge de ces mineurs étrangers. Et pourtant, révèle une étude de l’Observatoire national de l’action sociale (ODAS) rendue publique lundi 29  janvier, nombre de départements, avec les moyens du bord, malgré les contraintes financières, tentent de trouver des réponses adaptées.  » Ces départements se mettent à la hauteur du défi, assument leurs responsabilités de prise en charge des MNA une fois qu’ils leur ont été confiés « , note Jean-Louis Sanchez, le délégué général de l’ODAS.

Les jeunes étrangers entrés sur le territoire sans référent parental font d’abord l’objet d’une évaluation et d’une mise à l’abri pendant la durée du processus. Ce n’est qu’une fois que leur minorité et leur isolement ont été avérés qu’ils sont confiés aux services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) du département ou d’un autre département, au titre de la solidarité territoriale, par le biais d’une ordonnance de placement provisoire. La moitié, environ, des jeunes évalués sont estimés majeurs et ne sont donc pas placés. Ce qui donne une idée de la connaissance qu’ont ces gens-là des effets pervers du droit-de-l’hommisme chez nous et des méthodes à mettre en oeuvre pour en tirer le plus grand profit.

Pour les auteurs de l’étude, un premier constat s’impose. Les jeunes mineurs étrangers arrivés en France  » n’ont pas forcément les mêmes besoins que le public de la protection de l’enfance « . Ils appellent donc, pour une bonne part d’entre eux, une prise en charge spécifique centrée sur l’insertion socioprofessionnelle et l’accompagnement à l’intégration sociale. Et ce dans un temps limité puisque ces MNA, arrivés pour la plupart entre 16 et 18  ans, vont basculer rapidement dans la majorité et ne relèvent plus alors de l’ASE.

Pressés par l’inaction des gouvernements successifs, certains départements, dans l’urgence, ont donc commencé à développer des modes d’hébergement spécifiquement dévolus aux MNA. Aujourd’hui, selon l’étude de l’ODAS, un tiers d’entre eux seraient ainsi hébergés dans des structures spécifiques,  » avec une grande disparité selon les départements, de 10  % à 100  % « . Les autres sont en partie accueillis en structure classique de l’ASE, «  toutefois, de trop nombreux jeunes sont encore logés en hôtel, en foyer sans accompagnement, en centre d’hébergement et de réinsertion sociale, ou sont parfois à la rue « .

Ces réponses spécifiques consistent essentiellement en appartements partagés à deux, trois ou quatre jeunes, avec la mise en place de parcours de semi-autonomie jusqu’à l’autonomie complète et la sortie du dispositif. Le taux d’encadrement étant moins élevé qu’en structure classique, le coût est également moindre bien que toujours trop élevé pour des migrants abandonnés par leurs familles autant que leurs gouvernements et  » refilés  » aux pays européens complaisants.

Mais le pire, dans cette affaire, c’est que tout est fait pour développer l’accueil en familles bénévoles, avec un dispositif de formation et d’accompagnement des familles. Ça coûte encore moins cher à l’Etat et aux collectivités et ça favorise le métissage ethno-culturel, première étape du  » Grand Remplacement  » . Il s’agit là de la bonne vieille formule révolutionnaire qui consiste à formater les esprits dès l’enfance afin que tous s’habituent à la nouvelles doxa…

Le département le plus avancé dans ce viol des consciences est la Loire-Atlantique, où une vingtaine de familles sont mobilisées pour accueillir des MNA.

Petit rappel à l’usage des naïfs ou des ignorants : l’Afrique, qui compte aujourd’hui 1,3  milliard d’habitants représentant 17  % de la population mondiale, en totalisera près de 4,5  milliards à l’horizon 2100, soit 40  % de l’humanité…Combien de temps pensez-vous que nous pourrons tenir si nous ne nous mettons pas dès aujourd’hui en formation de combat ?

Le 31 janvier 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “Quand l’Afrique se débarrasse de ses bouches à nourrir.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quelle heuristique pour le salut de la Patrie et la résurrection du Royaume de France avant le 17 juillet 2029 ? - Cril17 - janvier 31, 2018

    […] de l’invasion migratoire – ( voyez cette information, parmi tant d’autres  Quand l’Afrique se débarrasse de ses bouches à nourrir )  – et face à la marche forcée vers la République Islamique de France – sous […]

  2. Quelle heuristique pour le salut de la Patrie en vue de la résurrection du Royaume de France avant le 17 juillet 2029 ? - Cril17 - janvier 31, 2018

    […] de l’invasion migratoire – ( voyez cette information, parmi tant d’autres  Quand l’Afrique se débarrasse de ses bouches à nourrir )  – et face à la marche forcée vers la République Islamique de France – sous […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :