Emmanuel Macron veut refaire le coup d’ « En Marche » au Parlement européen.

16 Fév

S’adressant il y a peu aux journalistes de la presse présidentielle, Emmanuel Macron a estimé que l’Union européenne « gagnerait à une recomposition politique » tant sont grandes les incohérences des deux principales forces paneuropéennes, le Parti populaire européen à droite et le Parti socialiste européen à gauche.

Ces incohérences ne sont en effet plus à démontrer en France puisque c’est ensemble que des pans entiers de la droite et de la gauche ont porté Emmanuel Macron au pouvoir. Elles sont devenues patentes en Allemagne où l’aile libérale de la démocratie-chrétienne trouve qu’Angela Merkel a fait trop de concessions aux sociaux-démocrates dans la négociation du programme de gouvernement tandis que la gauche du SPD refuse d’entrer dans une nouvelle coalition avec la chancelière et pourrait bloquer ce projet lors d’un référendum interne…

Mais ce n’est pas tout car dans plusieurs autres pays de l’union européenne ce que nous avons longtemps appelé l’UMPS, c’est-à-dire la convergence de la droite de la gauche et de la gauche de la droite dans un marécage européiste, social et attrape-tout est hélas une incontournable réalité. Les échiquiers politiques en sont venus à mentir car ils ne reflètent toujours pas les réalités d’une nouvelle époque pas plus qu’ils permettent aux mouvements  identitaires de s’exprimer comme le méritent les causes qu’ils défendent.

Car c’est autour du mondialisme, du rapport à l’islam, de la souveraineté des Etats, des nouvelles « Grandes Invasions barbares« , du rapport à l’islam et de l’organisation politique au sein de l’Union que de nouveaux courants émergent ou, déjà, s’organisent. Parce que le monde a changé, le paysage politique tend à le faire aussi mais tant que les partis traditionnels continueront de plonger leurs racines dans un terreau véreux, les élections et la vie démocratique sonneront faux.

C’est ce que se dit Emmanuel Macron qui a réussi, lui, au printemps dernier, à mystifier ses électeurs et à leur imposer un grand parti  » attrape-tout  » mais  » en même temps  » (pour reprendre son expression favorite) constitué presque exclusivement de godillots ! Alors, à l’image de son propre parti, le président français souhaite former un nouveau groupe politique au Parlement européen sur ce modèle.

Il voudrait donc poser un premier jalon, dès les élections européennes de l’année prochaine, en réunissant dans un seul et même groupe des centristes, des Verts, des  » modérés  » venus de la droite et de la gauche et les élus français d’En Marche.

Il n’y a pas de doute, tout ça nous fait penser à la Confédération du Rhin et au Grand Duché de Varsovie réunis et sent très fort le Bonapartisme !

Le 16 février 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

2 Réponses to “Emmanuel Macron veut refaire le coup d’ « En Marche » au Parlement européen.”

  1. Hervé J. VOLTO février 16, 2018 à 10:05 #

    Si le Président Macron se veut autant Royaliste qu’il le déclare, Ce qui serait bien, il devrait, pour être cohérant, changer le nom de son parti LE REPUBLIQUE EN MARCHE en LA FRANCE EN MARCHE.

  2. hathoriti février 17, 2018 à 1:40 #

    Seigneur, M. Volto ! Vous imaginez « ça » en Roi ? Vous cauchemardez ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :