Le chantage intolérable de la Turquie dans la Zone économique exclusive de Chypre.

16 Fév

La tension est montée d’un cran entre la République de Chypre et la Turquie, après que la marine turque a bloqué l’accès d’un navire italien à des gisements gaziers situés au large des côtes de l’île de la Méditerranée.

Tout a commencé vendredi 9  février, lorsqu’une plate-forme de forage affrétée par le géant italien de l’énergie ENI a été stoppée par des vaisseaux turcs qui lui ont ordonné de faire halte sous prétexte de  » manœuvres militaires « . Lundi 12  février, la plate-forme était immobilisée à 50 kilomètres de sa zone de forage au sud-est des côtes chypriotes, face à la marine turque déterminée à faire barrage.

 » Nous essayons d’éviter tout ce qui pourrait aggraver la situation, sans ignorer le fait que les actions de la Turquie bafouent le droit international « , a déclaré dimanche le président chypriote Nicos Anastasiades. Bien que tout à fait légitimes, les explorations gazières menées par la République de Chypre, en toute souveraineté dans sa Zone économique exclusive (ZEE), n’ont pas l’heur de plaire à Ankara. Dans un communiqué, le ministère turc des affaires étrangères a dénoncé les actions  » unilatérales «  de Chypre, qui spolient  » les droits des Chypriotes turcs, copropriétaires de l’île, sur ses ressources naturelles « , créant  » un obstacle majeur à la solution du problème « .

L’île a été divisée en deux en  1974 lorsque l’armée turque, appelée en renfort par les chypriotes d’origine turque, a envahi la partie nord. Non reconnue par la communauté internationale, cette partie dépend de la Turquie qui la subventionne économiquement et maintient sur place 35 000 soldats. Ankara réclame la suspension de l’exploration tant qu’une solution ne sera pas trouvée. Or l’espoir de voir un jour l’île réunifiée s’est évanoui en juillet  2017 à Crans-Montana (Suisse), lorsque les dernières négociations menées sous l’égide de l’ONU se sont soldées par un échec.

L’incident autour des gisements n’est pas le premier du genre. En  2014, la Turquie avait dépêché un navire de recherche sismographique dans la zone, ce qui avait poussé Chypre à se retirer des négociations bicommunautaires en signe de protestation. Décrite parfois comme un possible catalyseur de la réunification, la découverte de gisements de gaz est devenue un obstacle , du fait des prétentions turques.

Pour le moment, Nicosie joue la retenue. Nicos Christodoulides, porte-parole du gouvernement, a indiqué mardi à la télévision chypriote qu’il misait sur la fin des manœuvres militaires turques dans la zone, prévue pour le 22  février. Le gouvernement chypriote et ENI sont résolus à poursuivre l’exploration de gisements gaziers offshore jugés prometteurs.

La veille des manœuvres turques, l’italien ENI et le français Total avaient annoncé la découverte d’importantes réserves de gaz, a priori  » d’excellente qualité « , au large de Chypre. Associées pour l’exploitation, par 3 800 mètres de fond, du bloc 6, appelé Calypso, les deux majors doivent encore procéder à des évaluations.

Treize blocs supposés riches en gaz ont été délimités au large de l’île. Ils excitent l’appétit des géants de l’énergie. La firme américaine Noble doit développer le bloc 12. La plate-forme d’ENI, interceptée vendredi, faisait route vers le bloc 3. ExxonMobil et Qatar Petroleum ont signé, l’an passé, un accord avec le gouvernement chypriote pour l’exploration du bloc 10. Ce gisement jouxte l’immense champ gazier égyptien de Zohr, découvert par ENI en  2015.

Une fois le gaz extrait, il faudra l’exporter, car les foyers chypriotes ne sont pas un débouché offrant un marché suffisant. D’ores et déjà, des projets de gazoducs et d’oléoducs sous-marins sont en discussion entre Chypre, l’Egypte et Israël. Or, Ankara a des relations compliquées avec ces trois Etats. Il n’y a plus d’ambassadeur de Turquie au Caire depuis 2013 et réciproquement. Les relations avec Israël, bien que florissantes sur le plan commercial, sont mises à mal par les sorties enflammées du président Erdogan, proche du Hamas et chantre de la cause palestinienne.

La mégalomanie et l’agressivité du chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan créent un climat délétère dans cette zone géographique alors qu’une exploitation raisonnée et négociée des gisements gaziers pourrait constituer un élément économique favorable pour des pays qui en ont bien besoin. Nous verrons aussi, dans un prochain article, combien cet homme imprévisible menace l’équilibre militaire de la même région.

Le 16 février 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Le chantage intolérable de la Turquie dans la Zone économique exclusive de Chypre.”

  1. Hervé J. VOLTO février 16, 2018 à 10:17 #

    -La mégalomanie et l’agressivité du chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan créent un climat délétère dans cette zone géographique alors qu’une exploitation raisonnée et négociée des gisements gaziers pourrait constituer un élément économique favorable pour des pays qui en ont bien besoin (Pour le CER, Jean-Yves Pons CJA).

    Exellante analyse, M. Pons ! Que laTurquie ne pousse pas le bouchon trops loin : il exite en Europe des puissances militaires aptes, sans aucune aide des américains, à faire lui faire subir le sort de la Lybie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :