Le viol est-il culturel en terre d’islam ?

26 Fév

Tariq Ramadan

Les soutiens du prédicateur islamique, égypto-suisse, Tariq Ramadan s’organisent. Sous la bannière d’une campagne baptisée « Free Tariq Ramadan » appelant à sa libération, une collecte de fonds a été lancée sur la plateforme de crowdfunding Cotizup jeudi pour payer les frais de justice du prédicateur suisse mis en examen pour viols et écroué depuis le 2 février. Elle comptabilisait ce dimanche, quatre jours après son lancement, plus de 90 000 euros de dons, versés par 1800 donateurs dont, c’est important de le souligner, de très nombreuses femmes…

Sur un registre complotiste, la page dénonce une « machination sans nom » et déplore que Tariq Ramadan « se trouve confronté à plusieurs affaires dont la bataille sera longue et coûteuse« . L’argent collecté serait destiné, selon ce texte, à financer ses frais d’avocats et de justice.

Des vidéos de son épouse, déjà diffusées par ses partisans sur les réseaux sociaux et visionnées des centaines de milliers de fois, sont aussi publiées sur la page. Iman Ramadan y balaie les accusations portées contre son époux.

« Le portrait que l’on en a fait ne correspond pas à ce que je connais de lui, à ce que sa famille connaît de lui« , dit-elle face caméra, regrettant de n’avoir pu le voir ni lui téléphoner et évoquant sa « maladie« . Pour échapper à la détention, Tariq Ramadan a fourni des certificats faisant état d’une sclérose en plaque et d’une neuropathie, mais un expert médical judiciaire, qui les a contestés, a jugé son état de santé « compatible » avec une détention provisoire.

Cette collecte de fonds est une des nombreuses manifestations en ligne des soutiens envers l’islamologue depuis sa mise en détention provisoire, ses partisans estimant sa présomption d’innocence bafouée.

Une page Facebook demandant sa libération rassemble notamment plus de 43 000 « likes » dont un nombre impressionnant de femmes encore. Sans doute de futures candidates à quelques rencontres tarifées lorsque l’islamologue sera enfin libéré !

Selon l’AFP, ce sont des proches de l’intellectuel qui ont lancé sur les réseaux sociaux des comptes #FreeTariqRamdan. Sous ce mot-clé, une « tweetstorm » (tempête de tweets) a été lancée, de même qu’une pétition en ligne affichant plus de 113 000 signatures pour la libération du « Professeur Tariq Ramadan« .

Bonne Saint-Valentin !

Le 26 février 2018.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.
Publicités

2 Réponses to “Le viol est-il culturel en terre d’islam ?”

  1. Hervé J. VOLTO février 26, 2018 à 8:37 #

    Exellant, la photo. C’est comme çà au yémen !

Trackbacks/Pingbacks

  1. De la création d'un réseau de cellules johanniques opérationnelles ... [ MAJ 26/02 - 16 h 45 ] - Cril17 - février 26, 2018

    […] Le viol est-il culturel en terre d’islam ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :