Edouard Philippe : « Un effort va être demandé aux contribuables pour la SNCF. »

26 Avr

 

Vous avez bien lu. Et cette phrase figure telle quelle dans la lettre qu’il a envoyée avant-hier aux syndicats de la SNCF.

Une hausse d’impôt préparée en douce par le gouvernement pour financer la reprise par l’Etat de la dette de la SNCF mais aussitôt démentie par Matignon, affolé par le tollé que cette imprudente annonce ne manquerait pas de déclencher. Dont acte et, souhaitons-le, pas d’impôt en plus. Pas d’impôt-SNCF par exemple payé par les automobilistes – avec pourquoi pas une vignette collée sur le pare-brise ! Pas de CRDF – de contribution de remboursement de la dette ferroviaire comme il y a une CRDS – la contribution pour rembourser la dette de la Sécu créée en 1996 !

Bref, il nous faut comprendre que c’est de la plomberie. C’est à la fois techniquement vrai et totalement faux. Car, chaque jour qui passe sans retour vers l’équilibre de la SNCF, augmente sa dette et l’engagement du contribuable. D’où des mesures à prendre. Il n’y aura peut-être pas d’impôt estampillé SNCF, mais ce sont bien les impôts en général qui seront sollicités. Au moment où nous faisons nos déclarations fiscales en vue d’un prélèvement de nos impôts à la source.

Et alors que l’on vient d’apprendre que la dette publique est passée du rouge…au cramoisi !

Eurostat (l’agence européenne des statistiques) a en effet indiqué lundi que deux pays seulement sur les 28 pays européens ont vu, en 2017, leur dette publique augmenter. Le minuscule Luxembourg, dont la dette est égale à 23 % du PIB – c’est-à-dire rien. Et la France, dont la dette est passée l’an dernier de 96,6 à 97 % du produit intérieur brut, atteignant les 2 000 milliards d’euros.

Pour tous les autres pays, la dette publique a diminué. Naturellement, on peut imaginer comme Emmanuel Macron que le génie économique français a raison contre la médiocrité de tous les autres pays. Mais on peut se dire aussi que ce n’est pas la seule hypothèse !

Et si le gouvernement d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe ne s’attaquait pas vraiment à ce sujet d’importance ? Se pourrait-il qu’il le laisse en héritage à d’autres ? Nos enfants ? Nos petits-enfants ? Qui sait ?

Le 26 avril 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Edouard Philippe : « Un effort va être demandé aux contribuables pour la SNCF. »”

  1. Hervé J. VOLTO avril 26, 2018 à 10:59 #

    Ne cessons pas de le dire et de le redire : pertes des valeurs morales, délocalisations, chômage, précarité, insécurité… en ce début de XXI° siècle, ce n’est plus la faute à Marie-Antoinette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :