Plan Borloo pour les banlieues : les calamités commencent à fuiter…

28 Avr

Nous nous attendions au pire. Nous aurons PIRE ENCORE ! Si bien sûr Emmanuel Macron donne une suite favorable aux divagations contenues dans le rapport de Jean-Louis Borloo et dont nous finissons par nous demander si’l ne fut pas rédigé…entre deux apéros.

Car, comme le dénonce lui-même l’ancien ministre de la Ville de Jacques Chirac, les politiques successives de la ville ne sont qu’une vaste « MYSTIFICATION » : près de quarante ans de celles-ci pour un coût impossible à chiffrer avec précision mais estimé à UNE CENTAINE DE MILLIARDS D’EUROS, EN PURE PERTE. Au point que nous n’avons cessé de parler, à leur propos, d’un nouveau tonneau des Danaïdes (Lire « 1977 » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/26/bulletin-climatique-quotidien-26-janvier-2015de-la-republique-francaise/).

Quel est le constat de M. Borloo ? Que la situation est grave ! Mais avions-nous besoin de lui, pour nous en être rendu compte…depuis très longtemps ?  » Il y a notamment 500 000 jeunes de 16 ans à 24  ans, en bas des tours, les bras croisés. Nous vivons dans un pays où un quart de la jeunesse est à l’arrêt. Constater, raconter, disserter, c’est utile, mais, aujourd’hui, l’objectif est de faire en sorte que chaque responsable public et privé fasse l’effort qu’il faut pour changer cette donne. Je ne crois pas à un plan gouvernemental. Il faut un plan de mobilisation nationale qui engage tout le monde et sollicite tous les acteurs avec clarté. Il est indispensable que ce plan soit porté par le chef de la nation. C’est lui le garant de l’unité nationale « , nous dit-il avec sa coutumière naïveté. Eh bien non, M. Borloo. Car s’il faut « un plan de mobilisation nationale qui engage tout le monde et sollicite tous les acteurs avec clarté, un plan porté par le chef de la nation« , ce doit être avant tout pour mettre un terme définitif à l’immigration qui est la seule cause de l’état de délabrement de nos banlieues. Il y a cinq ans que nous l’avons exigé (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/16/consilium-consulte-n-2013001-du-1er-janvier-2013-ordonnant-la-mobilisation-generale/).

Car l’équation est simple : fin de l’immigration et renvoi de tous ceux qui n’ont rien à faire chez nous (au sens propre comme au sens figuré) = fermeture du tonneau des Danaïdes. Et sachez qu’il n’y a pas d’alternative.

Pourtant, savez-vous quel est le modèle de décideur politique en la matière que nous recommande M. Borloo ?….TONY BLAIR ! Le Premier ministre socialiste du Royaume-Uni, de 1997 à 2007, l’homme du multiculturalisme en Grande-Bretagne (dont on connaît aujourd’hui les résultats) et, surtout le fieffé menteur, complice sans vergogne du président américain George W. Bush dans le montage de la guerre en Irak. Belle référence.

Alors voyons cela de plus près.

Le rapport Borloo compte dix-neuf  » programmes  » thématiques (rénovation urbaine, éducation, mobilité, sécurité et justice, entreprises et emploi, leadership, égalité et mixité…). Il est le fruit d’une réflexion et d’un travail menés depuis plusieurs mois avec des élus et des associations de terrain mobilisés au sein du collectif  » Territoire gagnants  » (à l’initiative de Bleu, Blanc Zèbre et Ville et Banlieue). Ce qui en dit déjà long sur la teneur du propos. Depuis janvier, ils ont effectué un  » tour de France  » afin de faire émerger les solutions les plus innovantes et efficaces déjà en place dans certains quartiers. Ce rapport propose, entre autres, de démultiplier les meilleures sur tout le territoire. Jean-Louis Borloo recommande également des changements de méthode inédits.

Et, tenez-vous bien, voici la plus forte de ces méthodes.

M. Borloo préconise la création, à côté de la prestigieuse Ecole nationale d’administration (ENA), d’une  » académie des leaders  » (mais on se demande s’il n’a pas voulu dire en réalité  » académie des dealers  » !), qui mènerait elle aussi aux plus hauts postes de la fonction publique. Cette nouvelle grande école permettrait de s’attaquer à l’un des travers de l’ENA régulièrement dénoncé, celui de l’homogénéité de ses diplômés, avec l’entre-soi qui en découle au sein de l’élite de l’Etat.  » De fait, nous passons à côté d’extraordinaires talents ou caractéristiques différentes de notre jeunesse et notamment des quartiers populaires « , constate l’auteur…Parle-t-il des talents dans l’organisation du trafic de stupéfiants ou dans le gestion des règlements de compte ?

Avec 500 jeunes recrutés par an, sur la base d’un concours très sélectif (une place pour dix candidats), cette académie aurait plusieurs particularités rares dans l’univers des grandes écoles. Comme à l’ENA, les élèves bénéficieraient du statut de fonctionnaire stagiaire, avec 1 700  euros bruts par mois durant leur scolarité, qui s’étalerait sur trois ans (61 200 euros par élève pour une scolarité…sans redoublement x 500). En revanche, la sélection à l’entrée s’opérerait sans aucun diplôme préalable demandé. Ben voyons…

Un point devrait faire plus fortement débat : cette voie d’accès aux grands corps de la fonction publique serait réservée,  » dans un premier temps, aux jeunes des quartiers prioritaires, s’élargissant par la suite « . Reste la question du coût d’un projet d’une telle ampleur, que Jean-Louis Borloo évalue à 60  millions d’euros par an,  » en rythme de croisière « .

Pour combattre le chômage dans les quartiers relevant de la politique de la ville (QPV), M. Borloo propose d’agir sur trois fronts. D’abord, lancer des plans de recrutements dans plusieurs champs, notamment celui des services à la personne (pas besoin d’importante formation). L’objectif est de former et d’orienter vers ce secteur 100 000 personnes issues des QPV, en trois ans…en évitant de leur confier de vieilles personnes adeptes d’une religion de mécréants car on sait comment cela finit !  Mais, là où ça se corse, c’est que le ministère des armées est également appelé à la rescousse pour enrôler, chaque année, 5 000 jeunes résidant dans les banlieues populaires. Cela, pour nous, porte un nom : la BARBARISATION de nos forces armées, sur le modèle de la fin de l’Empire romain. Nous avons souvent écrit ici même tout le mal que nous en pensions et notre opposition absolue (Lire par exemple « En ce 14 juillet » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/14/bulletin-climatique-quotidien-14-juillet-2016-de-la-republique-francaise/).

Autre  » acteur «  mis à contribution : les entreprises de travail temporaire, invitées à s’impliquer dans une expérimentation qui doit conduire 20 000 habitants des QPV vers l’emploi, en trois ans là encore. M.  Borloo préconise de donner plus d’ampleur au dispositif des emplois francs (proposé aux chômeurs de longue durée dans les zones urbaines sensibles) et d’accroître les obligations d’embauche d’habitants de QPV sur les programmes de grands travaux. Mais tout cela ne sont que des emplois subventionnés temporaires. Ils coûtent cher et ne rapportent rien. Des générations entières l’ont démontré.

Deuxième axe : encourager le recours à l’apprentissage.  » Dans les deux ans « , les entreprises privées doivent  » parvenir à 1,5  % d’apprentis  » domiciliés dans les banlieues populaires. Sinon,  » le Parlement sera saisi pour décider de légiférer de manière réellement contraignante « . M.  Borloo exhorte aussi le  » secteur public «  à faire sa part, en recrutant 50 000 apprentis provenant des QPV, en trois ans. Mais des apprentis pour quoi faire ? Porter des colis ? Vider des poubelles ou pousser un balais ? C’est bien car il en faut mais ça ne suffit pas.

Enfin, il souhaite promouvoir  » l’accompagnement et le tutorat  » au profit des jeunes, en s’appuyant sur des  » réseaux  » existants et sur Pôle emploi.

Bien ensuite la rénovation urbaine avec des propositions décoiffantes Ce dont souffre l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) actuelle, à l’arrêt de depuis quatre ans, c’est un problème de financement mais surtout de confiance, affirme Jean-Louis Borloo. Il propose donc tout simplement de créer une fondation et  » d’y affecter d’une manière irréversible les fonds et les actifs d’Action logement, garantissant une ressource pérenne « . Cet organisme, ex-1  % logement, collecte chaque année près de 1,7  milliard d’euros auprès des entreprises et autant sous forme de remboursement de prêts consentis aux salariés.

La fondation proposée par M. Borloo  » pourra ainsi mobiliser rapidement et puissamment l’ensemble des financements indispensables «  et venir au secours des bailleurs sociaux en difficulté. Une proposition qui fera réagir les dirigeants d’Action logement…Et qui est une provocation à l’égard de tous les Français en détresse qui resteront des laissés pour compte par rapport à toutes ces racailles venues d’ailleurs mais que l’on continuera à caresser dans le sens du poil.

Traiter les copropriétés en difficulté est une urgence pour M. Borloo : ce phénomène dramatique touche 120 000 immeubles, dont 100 000 logements de copropriétés en grande difficulté et 20 000 dans une situation irréversible  » hors de contrôle «  des élus locaux.  » Avec les outils actuels, on mettra plus de trente ans à résoudre les problèmes « , estime M. Borloo qui appelle à changer de braquet avec un plan massif en cinq ans. Il faut décréter douze sites en Opération de requalification de copropriétés dégradées, sous l’égide de l’Etat, en plus des deux déjà existants, Grigny et Clichy-sous-Bois. Il s’agit de créer une véritable task force de magistrats et commissaires et d’exproprier et racheter 3 000  à 5 000 logements par an, via la Caisse des dépôts, ce qui nécessite 250  millions d’euros par an. Au bas mot.

Le volet scolaire du plan entend remettre l’école et le collège au cœur d’une entreprise globale d’éducation, qui implique des dimensions sociales et culturelles, l’environnement de l’enfant formant un  » tout « . Ils formeront une  » cité éducative  » mettant en réseau tous les acteurs et les lieux qui participent à l’éducation des enfants (centres sociaux, de loisirs, de santé…). Le pilotage de ces cités sera confié au chef d’établissement. L’autonomie de gestion et de budget devra permettre de stabiliser les équipes. Le turnover des enseignants, fléau de l’éducation prioritaire, pourra être régulé par des primes et des avantages décidés à l’échelle de l’établissement…

Le plan veut élargir et renforcer les  » programmes de réussite éducative « , ces réseaux d’acteurs qui prennent en charge de manière  » globale «  un enfant diagnostiqué à risques en proposant des activités adaptées pendant quelques mois, voire un ou deux ans. Ces programmes sont aujourd’hui sous-dotés et de faible ampleur à l’échelle nationale puisqu’ils concernent tout au plus 150 000 enfants par an, pour un suivi très court.

Aide aux communes pauvres  » Les communes qui ont le plus de besoin ont le moins de moyens en personnel, en accompagnement social et économique, en équipements « , constate M. Borloo. Il suggère une péréquation au profit des communes classées en rénovation urbaine qui pourraient ainsi augmenter leur budget de 2  % par an. Serait aussi créé un fonds d’urgence pour les 60 communes les plus pauvres, doté de 500  millions d’euros par an, pour rétablir l’égalité républicaine (sic). M.  Borloo invite l’Etat à rembourser aux communes les exonérations de taxe foncière dont bénéficient les bailleurs sociaux, qui pénalisent les municipalités comptant le plus de logements sociaux.

Soulignant que les habitants des quartiers  » vivent souvent l’enclavement sous toutes ses formes « , M.  Borloo appelle l’Etat et les collectivités locales à renforcer l’offre de transports à tous les niveaux. Chaque intercommunalité devrait ainsi garantir une offre  » équitable «  de transports dans son contrat de cohésion urbaine et inclure la desserte des quartiers dans tous les appels d’offres. Encore faudrait-il que ce soit à la condition que les lignes d’autobus puissent fonctionner normalement: pas de caillasse, pas d’agressions dans les bus ou aux arrêts, pas de bus incendiés ou d’Abribus détruits par des meutes sauvages, etc. Et chaque agglomération devrait, en plus de l’offre de transports en commun, établir un plan de mobilité « individuelle et douce » – covoiturage, location de vélos, aide au permis de conduire…Bref, l’Eldorado qui les fait déjà traverser le Sahara et la Méditerranée ! Elle est pas belle la vie en France ?

Mais ce n’est pas fini. Avec deux cerises sur le gâteau.

1/ En faveur des femmes, le plan Borloo recommande le financement de 216  » Maisons Marianne  » au bas d’immeubles, confiées à des associations promouvant l’égalité, et l’accompagnement de 100 000 femmes vers l’emploi ou la formation professionnelle. 30 000 places en crèches seraient créées et le dispositif des  » adultes-relais « , sorte de contrats aidés réservés aux plus de 30 ans, relancé.

2/ Alors que les quartiers prioritaires sont sous-équipés et  » comptent deux fois moins de licenciés sportifs « , le rapport Borloo propose d’y former et recruter 5 000 coachs d’insertion par le sport. Des objectifs annuels chiffrés, en termes de licenciés et d’emplois créés, seraient fixés aux fédérations. Et d’ajouter en guise de conclusion que 10 000 jeunes seraient formés en vue des Jeux olympiques de 2024. Dont nous avons déjà écrit tout le bien que nous en pensions ! (Ne manquez pas de lire « Jeux olympiques d’été de 2024, le CER avait encore raison » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/03/31/jeux-olympiques-dete-de-2024-le-cer-avait-encore-raison/).

Au total, vous ne manquerez pas d’apprécier le coût faramineux des propositions, presque toutes plus folles les unes que les autres, de ce bon Jean-Louis Borloo : plusieurs dizaines de milliards d’euros sans aucun doute pour des résultats qui n’en font aucun non plus. 

Alors que la seule volonté politique d’éradiquer ces métastases du cancer migratoire aurait bien plus d’efficacité pour un coût largement inférieur. À vous de voir puisque, après tout, c’est vous qui votez et…qui payez.

Le 28 avril 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

3 Réponses to “Plan Borloo pour les banlieues : les calamités commencent à fuiter…”

  1. Hervé J. VOLTO avril 28, 2018 à 1:04 #

    -Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire… le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseaux !

    Et celà ne va pas s’arrenger avec un ministre alcoolo…

  2. Hervé J. VOLTO avril 28, 2018 à 1:11 #

    Jean-Yves Pons a dit :

    -Car l’équation est simple : fin de l’immigration et renvoi de tous ceux qui n’ont rien à faire chez nous (au sens propre comme au sens figuré) = fermeture du tonneau des Danaïdes. Et sachez qu’il n’y a pas d’alternative.

    Parafitement d’accord. Il n’ y a pas d’alternative. Quelqu’un devrait leur dire avec humanité qu’il devront un jour PRENDRE LA VALISE. OU LE CERCEUIL.

    Nous l’avons bien fait en 1962. Car cette fois-ci , les Français n’iront pas en Irlande, même si les femmes irlandises ont leur charme…

  3. Hervé J. VOLTO avril 28, 2018 à 1:22 #

    Après celà, je laisserai la parole à quelqu’un d’autre…

    LE ROI ET L’IMMIGRATION

    Pour renverser le courant de l’immigration, le Roi restauré devrait:

    1.Réformer le code de nationalité.
    2. Protéger l’identité nationale.
    3. Arréter toute nouvelle immigartion.
    4. Préférence nationale: arréter les pompes aspirantes!
    5. Organiser le retrour des immigrés dans leur pays d’origine.

    1. Réformer le code de nationalité.

    La France n’est pas qu’un territoire de forme exagonale. C’est avant tout LA NATION DES FRANCS QUI A DIEU POUR FONDATEUR. La France est sortie toute entière Chrétienne du Baptistère de Reims et quelques soient nos opinion aujourd’hui, la France possède un histoire, elle cosntitue un héritage commun : ses racines sont Chrétiennes. Réaffirmer le droit à la filiation dans l’esprit du Testament de Saint-Rémy:  » NAIT FRANCAIS TOUT CITOYEN NE DE PERE ET DE MERE CATHOLIQUES  » ; empécher toute naturalisation de citoyen non-Chrétiens, établir pour des immigrés Chrétiens la naturalisation comme procédure unique, instaurer une période probatoire, appliquer la loi sur la déchéance, rendre impossible la double nationalité, mettre fin aux mariages de convenance.

    2. Protéger l’identité nationale de la France.

    Rester maître de nos frontières, règlementer la propriété étrangère, s’opposer à l’influence politique de l’islam, démanteler les ghettos ethniques, contrôler les associations des étrangers.

    3. Arrèter toute nouvelle immigration non-Chrétienne.

    Rendre impossible l’immigration légale de tout citoyens non-Chrétien, mettre fin au regroupement familial en France des immigrés non-Chrétiens, juguler le faux tourisme, réformer le droit d’asile, préférence Chrétienne dans l’immigration.

    4. la préférence nationale: arréter les pompes aspirantes.

    Accorder la priorité d’emploi aux Français, assurer aux Français la priorité d’accès aux logements sociaux, réserver les allocations familiales aux seules familles Française, donner aux Français la priorité d’accès aux aides sociales.

    5.Organiser le retour des immigrés dans leurs pays.

    Proposer une concertation internationale sur les mouvements de population, coupler le retour des immigrés avec l’aide à leur pays d’origine, supprimer les cartes de séjour de 10 ans tacitement reconductibles, prévoir le retour des chomeurs en fin de droit, procéder à l’expulsion effective des clandestins et des délinquants étrangers, organiser le retour chez eux des étudiants étrangers à l’issu de leurs études.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :