Mull of Kintyre

12 Juin

Merci chaleureusement à Catoneo et à Royal-Artillerie pour ceci :

 

Le 12 juin 2018.

Publicités

4 Réponses to “Mull of Kintyre”

  1. Hervé J. VOLTO juin 13, 2018 à 2:52 #

    Le chant des Jacobites, les Choauns Ecossais ! Merci vraiment !!!

  2. Hervé J. VOLTO juin 13, 2018 à 3:02 #

    Quand le Roi Catholique d’Angleterre Jacques II Stuart, Roi d’Ecosse sous le nom de Jacques VII, arrière-petit-fils de Marie Stuart (1541-1587), Reine de France par son mariage avec François II, est détronné par son gendre germano-protestant Guillaume d’Orange lors des évènements dits de la Glorieuse Révolution, c’est en France qu’il trouvera refuge, à la cour de son cousin Louis XIV -Jacques II Stuart est en effet le fils de Charles I° et d’Henriette de France, soeur de Louis XIII- qui lui donnera le Château de Saint-Germain-en-Laye assortit d’une Royale dotation.

    La France a toujours été un terre d’accueil pour des réfugiés de toute conditions, parfois même des Souverains ou des Chefs d’Etat en exil. Les Royalistes Catholiques qui resteront fidèles à Jacques II/VII et à ses successeurs, sont connus sous le nom de Jacobites. Les Jacobites, ce sont les Chouans d’Ecosse et d’Irlande. Les historiens évaluent à 40 000 le nombre de réfugiés, qui ont émigré après la Glorieuse (pour les protestants) Révolution, dont environ 60 % étaient irlandais, 34 % anglais et 6 % écossais. Parmi eux, 40 % étaient de familles aristocratiques, dont un grand nombre d’officiers de l’armée du Roi. En France, ils ont constitué la Cour Jacobite de Saint-Germain-en-Laye et la puissante communauté des Irlandais de Nantes.

    Le Maréchal Patrice de Mac Mahon (1808-1893), Président de la République de 1871 à 1876 et fondateur du régime National-Catholique d’Ordre Moral, était le petit-fils d’un Jacobite écossais émmigré en France après la Glorieuse Révolution.

    L’aventure Jacobite se poursuivra fermenent en Ecosse et Irlande durant soixante ans, sous trois Souverain ou Prétendants exilés : Jacques II/VII, Jacques III/VIII et le fils de ce deriner, Charles-Edouard Spencer Stuart, l’inoubliable Bonnie Prince Charlie, Charles Specer stuartde qui descendent le frère de Ladi Dy et la regrettée Lady Dianna elle-même.

    La bataille de Cullonden, où fut fauchée la fine fleur de la résistance catholique des Jacobites, qui se battirent courageusement au son de “Mull of Kintyre” et dont les blessés furent finis à la baïonette par les germano-protestants du Prince Guillaume d’Orange, est le Cholet de ces Chouans d’Outree-Manche.

    La plupart des clans écossais et irlandais, Catholiques et Royalistes, étaient restés Jacobites, partisants des Stuarts. Lorsque dans les banquets, en public, les Jacobites de Grande Bretagne portaient un toast au Roi, ainsi que le prescrivait le protocole, ils prenaient soin, avant de lever leur verre, de lui faire faire discrètement un court passage juste au-dessus d’une carafe d’eau, ce qui signifiait entre inités, qu’ils buvaient au Roi au-delà de la mer, et non à l’usurpateur de Londres.

    Un grand bonjours au Comte Fergussons…

  3. Hervé J. VOLTO juin 13, 2018 à 4:02 #

    Un dernier pour la route…

    Jean raspail a raconté la bataille de Cullonden dans son livre LE ROI AU-DELA DE LA MER (Albon MIchel). C’est aussi en Ecosse et en son nom que son fils Charles-Edouard Spencer Stuart (« Charles III » pour les Jacobites, « le Jeune Prétendant » pour les Whigs) débarque eincognito, rameute les clans et lance la toute dernière insurrection. Les premiers clans à le rejoindre sont les Cameron et Macdonald. Les autres clans suivront, à l’exemple des Mackintoxh, menés par Lady Mac Intosh en personne, laquelle remplace son mari qui après avoir perdu son père s’est enfuit : cette Duchesse de Berry écossaisse ne voulait pas qu’on se rappelle de son garçonnet de 6 ans comme du fils d’un traite. Les autres clans sont là : les Macléod, Macarthur, Maclaren, Macdougall, Macléan, Macpherson, et bien d’autres encore…

    Déterminé, Bonnie Prince Charlie marche sur Londres. Il boute les Anglais hors d’Ecosse Ecosse, par la bataille de Prestonpams le 21 Septembre 1745, et pénètre bientôt en Angleterre, où il gagnera la ville de Derby (à 192 kilomètres de Londres), avant qu’il ne soit obligé par ses conseillers militaires de se retirer, les Highlanders voulant retourner sur leur terre pour l’hiver.

    Erreur stratégique fatale : des régiments tout frais de hessois et de hanovriens sur-entrainés et ultra-disicplinés débarquent en Angleterre et emploient tout l’hiver à remonter vers l’Ecosse. Il brulent les fermes, incendient les bourgs et prennent au canon toutes les églises qu’ils rencontrent sur leur passages : les Jacobites, comme les Chouans de Bretagne et de Vendée, ne reconstruiront pas leurs ruines, laissant à la vue de tous encore aujourd’hui le produit de la brutalité germano-protestante.

    Au printemps, les éossais sont surpris par les anglo-germano-protestants qui sont arrivés jusqu’au Loch Ness. Le 16 Avril 1746, Bonnie Prince Charlie tente de les stopper mais subit une défaite écrasante devant le Prince Guillaume-Auguste, Duc de Cuberland, (1721-1765), fils du Roi Georges II, (1683-1760, régnant depuis 1727) à la Bataille de Culloden, sur les rives du lac.

    Culloden, c’est le Cholet écossais, un petit bourg situé autour du Loch Ness.

    Culloden, c’est un chant de gloire et de mort. Les Highlanders se battent à deux contre un : les écossais sont connus pour être près de leurs sous, pas pour être trouillards. Face à quinze régiments de lignes et deux régiments de dragons appuyés par de l’artillerie, commendés par le Duc de Cuberland qui allie en sa seule pesonne la morgue anglaise et la brutalité germanique, vingt-six clans tout en kilt et en tartant, le béret orné de la cocarde Jacobite en forme de rose à six pétales, dite Rose Blanche des York, sont disposés plutot mal sur une lande plate et désolée, faite pour le déploiment de l’infanterie entrainée à la prussienne, les chages de la cavalerie et le tir en enfilade de l’artillerie qui crcache des clous et de la ferraille.

    Les Highlanders ont beau charger vaillamment, au son des cornemuse et de ce chant MULL OF KINTYRE, les Habits-Rouges les abbattent comme des pipes au stand de foire. La mitraille couche dans le sang les premiers rangs des clans, provoquant d’horribles blessures, déchiquetant brans et gembes. Les régiments germano-protestants tirent calmement, par salve meurtrières, se relayant comme à l’exercice, un genoux à terre. La plupart des assaillants sont fauchés à mi-chemenin. Les clans Cameron et Atholl arriveront seuls jusqu’au corps à corps. Encore leur faut-il franchir sous le feu des amoncellements de morts et de blessés.

    A midi, le son d’une cornemuise qui s’obstinait encore expire soudain. La bataille est perdue. Elle a duré à peine une heure. La cavalerie du Duc de Cuberland se déshonorera, achevant les blessés sur la lande, sabrant tout ce qui portait un tartan, mortsd ou vivants. Touché au poitrail et tombé de chaval, poursuivit par des milliers de soldats qui fouillent sans ménagement le moindre hameau des Highlands et par toute une flotille qui le traque d’île en île, Bonnie Princ Charlie en réchappera grâce à la romantique Flora Mac Donald…

    Quand arrivera le prochian 16 Avril, le vons nos verres au-dessu d’une carrafe d’eau, à la ssanté du Roi au-delà de la mer, et de nos amis écossais !

  4. Hervé J. VOLTO juin 13, 2018 à 4:35 #

    PS

    Jacques III/VIII trouva refuge en Italie entre Parme et Matoue. Si à Parme, existe encore aujourd’hui la PINACOTECA STUART, un musée dédié à la dynastie anglo-écossaise et une collection rassemblée par Jacques III/VIII, ce dernier finira sa vie en exil à Mantoue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :