La couardise et l’incurie de l’Union européenne en matière de migration.

26 Juin

Pas d’éclats de voix, mais aucune avancée non plus au cours du mini-sommet sur la migration, réclamé par la chancelière allemande, Angela Merkel, pour tenter de sauver sa peau face à l’opposition dans son propre parti et organisé à la va-vite par la Commission européenne, dimanche 24 juin, à Bruxelles. Le prix actuel de ses bévues de 2015.

A l’issue d’une discussion de trois heures – c’est court au regard des habitudes bruxelloises –, Angela Merkel s’est félicitée de la « bonne volonté » et des« positions communes » affichées dimanche soir par ses quinze partenaires européens présents, chefs d’Etat et de gouvernement, sur…vingt-huit. Les autres avaient déclaré forfait : les membres du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque) et les trois Etats baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) n’avaient, eux, pas répondu à l’appel de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission. Et pourtant, malgré leur absence, aucun consensus n’a pu être trouvé.

Quant au président français, Emmanuel Macron, toujours prêt à  » sauver le soldat Merkel « , il se félicitait que la réunion ne se soit pas « focalisée sur un seul aspect » de la migration et ait permis « d’éliminer des solutions non conformes à nos valeurs »…A savoir les propositions avancées début juin par le Danemark et l’Autriche, qui envisageaient la création de « centres » destinés à cloîtrer les déboutés du droit d’asile, voire les naufragés sauvés en Méditerranée, dans des pays proches de l’Union européenne (UE) – ceux des Balkans occidentaux et la Tunisie notamment. Sage proposition pourtant repoussée, comme d’habitude, à plus tard et peut-être même à trop tard !

M. Juncker aurait aussi repoussé cette idée, dimanche, même si le premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, a voulu la détailler tandis que le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, insistait pour que l’agence Frontex puisse débarquer des personnes en dehors de l’UE. « Pas mal de gens soutiennent ce que nous proposons depuis 2015, à savoir que les personnes secourues en mer ne doivent pas être amenées en Europe mais dans des pays en dehors de l’UE », a affirmé M. Kurz à des journalistes autrichiens. Sebastian Kurz oubliait hélas que le CER exige, lui, depuis début 2012, qu’aucun migrant ne soit ramené en Europe mais sur son lieu de départ. Si cela avait été fait nous n’en serions pas aujourd’hui à vivre non seulement la tragédie du  » Grand Remplacement  » à l’oeuvre mais pas davantage les pitreries de Bruxelles.

Les participants n’ont pas pour autant écarté toute idée de « centres » pour migrants. La France a défendu sa proposition commune avec l’Espagne (Pedro Sanchez étant devenu le nouvel  » ami  » – à la façon Facebook – d’Emmanuel Macron) de « centres fermés » pour le débarquement dans des ports réputés « sûrs », dans ou hors de l’UE. La prise en charge des migrants (traitement des demandes d’asile pour ceux qui peuvent y prétendre, retour vers les pays d’origine pour les autres) y serait gérée d’emblée au niveau européen (par du personnel venu d’autres pays de l’UE).

Enfin, les participants au mini-sommet se sont accordés pour poursuivre les discussions sur la réforme des règles européennes de l’asile – afin de les unifier. Le but fixé est de décrocher un consensus à la fin juillet, sur cinq des sept textes en discussion depuis…près de trois ans (renforcement et transformation de Frontex, qui deviendrait une vraie police des frontières, création d’une Agence européenne des migrations, harmonisation des procédures d’asile).

Mais aucun consensus à Vingt-Huit ne semble désormais possible sur les deux lois restantes, en raison du veto, notamment, du gouvernement hongrois. Il s’agit du texte traitant des « mouvements secondaires » de demandeurs d’asile dans l’UE – leur déplacement dans un autre pays que celui qui traite leur dossier – et d’un autre organisant la répartition des réfugiés partout dans l’UE en cas d’afflux majeur.

Le premier ministre italien, Giuseppe Conte, était, pour sa part, arrivé à la réunion avec un plan en dix priorités qu’il a présenté comme « un nouveau paradigme » : le renforcement de la coopération avec les pays d’origine ou le financement du Fonds pour l’Afrique (il lui manque actuellement 1,2 milliard d’euros). M. Conte a cependant reçu l’assurance que ses pairs examineraient ses propositions avec bienveillance.

L’absence des pays de l’est de l’UE a évidemment rendu les échanges plus faciles et relancé, chez certains, notamment M. Macron, l’idée de sanctions financières pour ceux qui refuseraient l’impératif de solidarité européenne ! Mais comment peut-on être « solidaire » de la  » Grande Invasion barbare  » de l’Europe ? A Budapest, le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a réagi au quart de tour, refusant que l’octroi des fonds structurels soit lié à l’accueil de migrants.

Ce rendez-vous improvisé aura-t-il calmé les ministres italien et allemand de l’intérieur, qui ont déclenché la crise actuelle ? Le vrai test sera bien en réalité celui du Conseil européen des 28 et 29 juin, au cours duquel les Vingt-Huit sont censés s’entendre – avec Viktor Orban, ainsi que son homologue polonais Mateusz Morawiecki – sur un texte commun… « Attendez-vous à une très longue nuit », prédisait déjà un diplomate.

Quelle qu’en soit l’issue, la ligne de crête que défendait le président de la République française dimanche, la « lutte contre la migration économique » sans « revenir sur nos valeurs », paraît clairement de plus en plus utopique, tant la volonté des opposants à l’accueil des hordes migrantes gagne aujourd’hui les discussions au sein même de l’UE.

Pour preuve, le document de travail que la future présidence autrichienne de l’UE entend soumettre aux experts des Vingt-Huit, les 2 et 3 juillet, à Vienne et qui propose une criminalisation des personnes qui cherchent à rejoindre l’Europe. Elles sont décrites comme des « smuggled migrants » (littéralement, des migrants liés au trafic des passeurs) et, pour « un grand nombre » comme « des jeunes hommes à peine éduqués ». Sensibles, en outre, « aux idéologies hostiles à la liberté ou plus enclins à devenir des criminels ». Une excellente base de départ pour une saine réflexion de l’UE !

Hélas, dans ce domaine vital du contrôle des flux migratoires, toute l’histoire de l’Union témoigne de sa couardise autant que de son incurie. Qui peut encore en attendre quoi que ce soit ?

Le 26 juin 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

7 Réponses to “La couardise et l’incurie de l’Union européenne en matière de migration.”

  1. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 5:48 #

    Avec la visite d’Emmanuel Macron au Vatican, on n’est pas sortit de l’auberge ! Cette visite permet en effet une synergie entre plusieurs forces immigrationistes.

    Préparée de longue date, la visite d’Emmanuel Macron au Vatican et sa rencontre avec le pape François est un nouveau jalon posé par le président de la République dans ses relations avec le Saint-Siège… et les Catholiques. S’elle redore la fonction Présidentielle, et elle rappelel au passage la Mission Divine de la France, Fille Aînée de l’Eglise et Educatrice des Peuples. Le fait d’avoir rencontré la Communauté Saint-Egide renforce la traditionnelle vocation Catholique du Chef d’Etat Français, afctur de prestige pour notr Pays.

    Hélas en matière d’mmigration, il est fort à parier que l’Elysèe trouvera ici une nouvelle jusification à sa position euroi-mondialiste et islamisatnte. Et çà, ce n’est pas très Catholique…

  2. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 5:56 #

    Veuillez excuser votre serviteur de s’étendre sur la visite de notre Régent Présidentiel au vatican.

    l y a à peine plus d’un an, le pape François félicitait Emmanuel Macron pour son élection en évoquant la « tradition Chrétienne » de la France qui est appelée à défendre « une société plus juste ». Depuis, le Régent Républicain a choisi de rencontrer régulièrement les différents représentants religieux. Un premier jalon. Le second a été sa présence, à invitation de la Conférence des évêques de France, au Collège des Bernardins et son discours sur la place du Catholicisme dans la société Française ainsi que l’importance de l’engagement des Catholiques en politique. Le troisième jalon sera posé ce 26 juin avec sa venue au Vatican où il rencontrera le pape François I° et prendra possession de son titre de Chanoine Honoraire de la Basilique du Latran, un titre concédé aux Rois Très Chrètien depuis Henri IV et transmis aux Chefs d’Etat Français qui n’ont pas peur, malgrès la Révolution dite Française, d’afficher leurs convictions Catholiques comme le Général De GAulle, Valéry Giscard-d’Esteing, Nicolas Sarkosy. Une rencontre qui s’annonce de haute volée, souligne l’historien et journaliste Christophe Dickès.

    Le Président de la République recevra-t-il la Grâce que reçut Saint Paul sur le Chemin de Damas ? Notre peur à nous est de recevoir le navirs de « réfugiés » directement dans le port de Marseilles…

  3. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 6:00 #

    Il est compliqué de savoir de quoi ont pu exactement discuter les deux hommes. Une chose est sûre : les jalons ont déjà été posés sur le plan des idées. Et sur ce qui concerne l’immigration. Le discours aux Bernardins prononcé par Emmanuel Macron est très explicite sur la place que doit tenir l’Église dans la société. Ont-ils parlé de sujets politiques et sociétaux ou de sujets spirituels ? Les deux, selon les sources du vatican. Il est certain que la spiritualité, voire le fait religieux, intéressent Emmanuel Macron. Cet entretien pourrait même avoir été très informel. Une évidence cependant : il n’a pas la même crispation chez le pape François qu’avec François Hollande en janvier 2014. Ni le côté un peu bling bling du temps de Nicolas Sarkozy sous le pontificat de Benoît XVI. Peut-être que les deux hommes onyt-il donné une dimension plus personnelle à cet entretien. Emmanuel Macron est un homme curieux, intelligent, qui est passé chez les Jésuites d’Amiens et qui a demandé le baptême à l’âge de 12 ans. Cela veut-il dire qu’il peut renoncer à la pensée maçonnique et faire évoluer ses idées ?

  4. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 6:03 #

    Quand vous posez un jalon comme l’a fait Emmanuel Macron aux Bernardins, il s’agit d’une bonne chose, mais que se passe-t-il après ? Cependant, il existe de nombreux points communs entre les deux personnages. Je pense notamment à leur côté « très jésuite ». Ils cultivent l’un et l’autre la nuance dans l’analyse de la situation : le fameux « en même temps… ». De même, comme le pape François I°, Emmanuel Macron sait écouter ses interlocuteurs afin de se faire son opinion mais il prend ensuite ses responsabilités dans la décision et impose son point de vue, parfois de manière rigide. Il est particulièrement à craindre en ce qui concernera la question migratoire. Ce sont deux hommes de pouvoir qui se rencontrent. Deux politiques. J’ai envie de dire deux Monarques… élus, même si François souhaite expurger la charge pontificale de sa dimension monarchique…

  5. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 6:06 #

    Dimanche 17 juin 2018, à l’issue de l’Angélus, alors que Caritas a organisé du 17 au 24 juin une semaine mondiale d’action sur la migration autour du thème « Share the Journey », le Saint-Père a prié pour les migrants du monde entier qui vivent souvent, selon ses propres mots, « dans une grande anxiété et souffrance ».

    Faisant référence à la Journée mondiale des réfugiés du 20 juin, le souverain pontife a appelé les gouvernements à agir en adoptant le « Pacte mondial sur les réfugiés […] comme celui d’une migration sûre, ordonnée et régulière ».

    Le Président de la République devrait être parmi les premeirs Chef d’Etat à signer ce pacte…

  6. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 6:13 #

    Le chef de l’Etat a partagera ce matin mardi 26 Juin 2018 matin un petit déjeuner avec les responsables de la communauté laïque romaine SAINT EGIDE, proche du Vatican, impliquée dans les médiations de crise migratoire.

    Emmanuel Macron et son épouse, pour une fois assez élégante -en noir, une belle femme comme Madame qui ne saurait comment s’habiller, ne se trompera jamais- se sont rendu ce matin en visite officielle au Saint-Siège où ils ont rencontré le pape, les responsables de la Curie, des religieux et des laïcs engagés dans les actions sociales et la résolution des conflits, dont la Communauté de Saint Egide, clé de voûte romaine de la diplomatie parallèle d’Emmanuel Macron. Au menu des discussions : les dossiers internationaux, LES MIGRANTS, les Chrétiens d’orient. Le chef de l’Etat a pris aussi possession du traditionnel titre de «premier et unique chanoine d’honneur» de la Basilique de Saint-Jean-de-Latran, réservé aux Chefs d’Etat Français, selon une tradition remontant à Henri IV.

  7. Hervé J. VOLTO juin 26, 2018 à 6:19 #

    Un dernier pour la route…

    En prenant possession de ce titre honorifique de Chanoine Honoraire de la Basilique de Latran, Emmanuel Macron montre qu’il prend en compte le fait que le Catholicisme fasse partie de l’histoire de France. Ce qu’il a clairement affirmé là encore aux Bernardins. Ce titre honorifique est révélateur des liens particuliers qui existent entre la France et Rome. C’est important pour lui, peut-être bien plus que pour Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron a redonné au Président de la République Française toute sa dimension Monarchique propre à la Ve République. Si vous me permettez ce parallèle, il se place dans les pas de Henri IV, la conversion en moins, quoi que, le Chemoin de Damas ne soit pas impossible… Là où Henri IV a ramené la paix religieuse en France, Emmanuel Macron se veut au-dessus des confessions religieuses tout en permettant que celles-ci puissent s’exprimer dans le débat public. Je pense que c’est aussi pour cela que l’Église Catholique lui ouvre ses portes.

    Mais c’est à force de vouloir faire vivre ensemble des gens très différents entre eux que nous risquons la Guerre Civile en France. Et en attendant, nous risquons les migrants directement dans le port de Marseilles…

    MARION MARECHAL ! A CHEVAL !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :