Les méthodes radicales de l’Algérie pour régler ses flux migratoires.

27 Juin

L’Algérie abandonne ses migrants dans le désert

L’Algérie a abandonné plus de 13 000 personnes dans le désert du Sahara au cours des 14 derniers mois, y compris des femmes enceintes et des enfants, les expulsant sans eau ni nourriture et les forçant à partir à pied, parfois à la pointe d’une arme. Certains ne s’en sortent jamais vivants.

Au Niger, pays vers lequel la majorité se dirigent, les plus chanceux traversent un enfer de 15 kilomètres jusqu’au village frontalier d’Assamaka. D’autres errent pendant des jours avant qu’une équipe de sauvetage de l’ONU finisse par les trouver. Un nombre incalculable périt ; la quasi-totalité de la vingtaine de survivants rencontrés par l’Associated Press a raconté que des membres de leurs groupes avaient simplement été avalés par le Sahara.

Plusieurs femmes enceintes ont perdu leur bébé en chemin.

Un porte-parole de l’Union européenne a déclaré que l’UE était au courant des agissements de l’Algérie, mais que les « pays souverains » peuvent expulser les migrants pourvu qu’ils se conforment au droit international. Contrairement au Niger, l’Algérie ne prend aucun des fonds de l’UE destinés à soulager à la crise migratoire, bien qu’elle ait reçu 111,3 millions de dollars américains d’aide de l’Europe entre 2014 et 2017.

L’Algérie ne fournit aucun chiffre pour ces expulsions. Mais le nombre de personnes qui se rendent à pied au Niger augmente depuis que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a commencé à compiler des chiffres en mai 2017, quand 135 personnes ont été laissées à l’abandon, jusqu’à 2888 en avril 2018. Au total, selon l’OIM, 11 276 hommes, femmes et enfants ont survécu à la marche.

Au moins 2500 autres migrants ont été forcés d’effectuer une randonnée similaire vers le Mali voisin, et un nombre indéterminé a succombé en cours de route.

Les migrants à qui l’Associated Press a parlé ont décrit avoir été rassemblés par centaines, entassés dans des camions pendant des heures jusqu’à ce qu’on appelle « Point Zero », puis abandonnés dans le désert en direction du Niger. Ils commencent alors à marcher, parfois sous la menace d’une arme.

M. Kandé, un jeune Sénégalais, a déclaré que près d’une douzaine de personnes ont abandonné, s’effondrant dans le sable. Son groupe de 1000 personnes s’est promené de 8 heures à 19 heures, a-t-il dit. Il n’a jamais revu les personnes disparues. « Ils nous ont jetés dans le désert, sans nos téléphones, sans argent », a-t-il dénoncé. Mais ce sont les risques de toute migration clandestine…

Les témoignages des migrants sont confirmés par des vidéos récoltées par l’Associated Press depuis des mois. Les images montrent des centaines de personnes s’éloignant des files de camions et d’autobus pour se répandre dans le désert. Deux migrants ont déclaré à l’Associated Press que des policiers ont tiré en leur direction, et plusieurs vidéos vues par l’AP montrent des hommes armés et en uniforme qui montent la garde.

Un Libérien, Ju Dennis, a filmé son expulsion avec un téléphone qu’il gardait caché sur son corps. Ses images font voir des gens entassés sur le plancher d’un camion ouvert, essayant en vain de se protéger du soleil et de se cacher des policiers. Il a raconté chaque étape du chemin d’une voix étouffée.

« Vous faites face à l’expulsion en Algérie — il n’y a pas de pitié, a-t-il dit. Je veux les exposer maintenant […] Nous sommes ici, et nous avons vu ce qu’ils ont fait et nous avons eu des preuves. »

Les autorités algériennes ont refusé de commenter. Mais l’Algérie a par le passé réfuté toute critique selon laquelle elle contrevient aux droits des migrants en les abandonnant au désert ; elle qualifie ces allégations de « campagne malveillante » destinée à enflammer les pays voisins.

Le Sahara est un tueur efficace qui laisse peu de traces. L’Organisation internationale pour les migrations estime que, pour chaque migrant dont la mort est connue en traversant la Méditerranée, jusqu’à deux sont perdus au désert — soit potentiellement plus de 30 000 personnes depuis 2014.

À méditer à l’heure où les dirigeants européens pataugent dans les flux migratoires qui parviennent à traverser la Méditerranée.

Le 27 juin 2018.

(Merci à GJ pour l’info)

Publicités

4 Réponses to “Les méthodes radicales de l’Algérie pour régler ses flux migratoires.”

  1. Hervé J. VOLTO juin 27, 2018 à 1:05 #

    Ils viennent parce que quelqu’un leur dit de venir. Je travaille pour une agence d’investigations privèe et de sécurité -nous recherchons les personnes, nous surveillons les personnes, nous protégeons les personnes- au sein de laquelle il nous arrive de cotoyer ds africains fraichement débarqués. Beaucoups nous expliquent qu’ils viennent en Europe :

    1. Parce que le printemps arabe a causé la guerre dans leurs pays respectifs, qu’ils soient francophones ou anglophones.

    2. Parce que les sales et méchants blancs que nous sommes ont jadis sacagé les ressourecs de leurs pays et ils se repayent en venant « foutre le bordel » chez nous.

    3. Parce que des pays comme l’Italie -bien sur, lorsqu’il y avait la Gauche au pouvoir- leur faisaient des cleins d’oeil coquins pour les faire venir, le crime organisé d’une part mais aussi des agences de travail intérim tout à fait en règl avec la loi d’autre part ayant besoin de main d’oeuvre à bon marché.

    Celà commence à suffir de sentir pris pour de cons-citoyens d’un système « Fasullo » !

  2. Hervé J. VOLTO juin 27, 2018 à 1:07 #

    L’Italie s’est depuis vite rendue compte que çà lui coutait cher de les accuillir, nourrir, vétir, loger unilatéralement sans consulter personne au paravant -« Nous n’avons de compte à rendre à personne » !- et elle a commencé à demender « la solidarité de l’Europe ».

    Comme des pays comme la France qui en accuille depuis l’indépendance de l’Algérie commencent également à sentir le poid du problème, le gouvernement de Rome -qui a toujours caché à son opinion publique qu’au-delà des Alpes, on n’en voulait plus- a commencé à lancer les accusations et les insultes. Surtout quand la France, l’Autriche, l’Espèagne, tous les pays du Videgrade (Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne) et les Pays Baltes ont commencé à fermer leurs frontières.

    Les immigrés débarqués en Italie y étant coincés, l’opinion publique italienne a envoyé promener -en Italie, on dit « VA FANCULO ! « (dixit Beppe Grillo)- la pensée unique orweillienne unique et obligatoire et voté responsable : la tendance s’est renversée, l’Espagne, qui était à Droite et qui écrivait sur le murs des grandes villes « A MUERTA LOS MAUROS !!! », est passé à Gauche alors que les italiens, qui en font toujours à leur tête et ne onsultnt jamais personne avant de décider de faire les choses, se sont permis, on ne sait pour quoi, de voter à Droite !

    C’est notre Régent Présidentiel qui ne sait pas s’il est de Droite ou de Gauche, faisant grincer des dents dans les deux camps, jusque dans son propre camps. Quand à nous, s’il croyait nous faire croire qu’il était le Grand Monarque àvenir et que le pape François était le Saint Pontife, il se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude… car LES FOUS DU ROIS savent quand à eux que le Fantôme du Louvre est assis serainement dans la pénombre, sur un siège avec des accoudoirs, regardant sur son écran les évènements avec le même détachement de quelqu’un qui regarderait un match de foot, fumant un bon havanne dont la fumée s’accumule au plafond, déborde par une fenêtre ouverte pour aller s’ajouter aux nuages menaçant qui s’amoncellent dangereusement dans le ciel.

    Et qu’il n’a plus qu’à attendre…

    Une étincelle !

  3. Hervé J. VOLTO juin 27, 2018 à 1:10 #

    Notre solidarité va aux Pays de Visegrade (Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne) et aux Pays Blate (Estonie, Lettonie, Lituannie)… et à l’Italie tant qu’elle se maintiendra dan cette courageuse position.

    -Mai mulla, Matteo ! Tien dur !!!

  4. Hervé J. VOLTO juin 27, 2018 à 1:19 #

    Un dernier pour la route…

    Et si l’on utilisait les méthodes algériennes ? Pas d’«amalgame» ! Depuis trois jours, les dirigeants du Rassemblement National mettent la plus grande distance entre eux et le groupuscule d’ultradroite AFO (Action des forces opérationnelles), dont dix membres sont gardés à vue dans le cadre d’une enquête antiterroriste : sans fiches S., ils ont bien été arrétés cependant. Une ligne : rappeler, comme Marine Le Pen et Nicolas Bay, que tous les attentats survenus en France depuis 2012 sont le fait d’islamistes… et parler de tout, sauf de l’affaire AFO. Peut-être parce que le chef de file présumé de cette cellule, Guy S., un retraité de la police vivant en Charente-Maritime, a milité un temps à l’ex-Front National selon France Bleu La Rochelle. Ou bien parce qu’Yvan Blot, qui copréside les Volontaires pour la France dont émane l’AFO, a été élu FN en Alsace et au Parlement européen entre 1989 et 1998.

    Toujours est-il qu’entre extrême droite politique et ultradroite radicale, la confusion a vite fait de s’opérer dans les esprits. «On ne reproche pas au PS les assassinats commis par Action directe !», rétorque Louis Aliot, en référence au groupe anarcho-communiste qui menait des attentats dans les années 1980. «L’ultradroite est une anomalie politique qu’il faut contenir à la marge», poursuit-il avec une fermeté non feinte. Et si l’on empèche les gens responsables de s’exprimer en toute liberté, voici que se pointent des « éléments incontrolables ». Des impatiants ?

    Non, ce n’est décidément pas la politique italienne qui est à vomir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :