La France va accueillir de nouveaux migrants mais son gouvernement repousse le « plan pauvreté » aux calendes grecques.

5 Juil

Hier mercredi 4 juillet, le directeur général de l’Ofpra annonçait la décision du gouvernement d’Emmanuel Macron d’accueillir  » environ 80 réfugiés de l’Aquarius (le navire négrier de l’ONG SOS Méditerranée) et 52 du Lifeline (le navire négrier de l’ONG allemande éponyme). « 

Les réfugiés concernés sont, dans les deux cas, essentiellement « des Erythréens et des Soudanais » mais auxquels s’ajoutent quelques Algériens ! Allez donc savoir pourquoi.

Et, le même jour, nous apprenions que le même gouvernement repoussait (au mieux à l’automne prochain) la mise en oeuvre du  » plan pauvreté  » destiné à améliorer le secours aux Français dans la misère…Cette décision est criminelle.

« La stratégie gouvernementale de lutte contre la pauvreté, dont la présentation était initialement prévue le 9 juillet lors du discours devant le Congrès du président de la République, sera finalement dévoilée à la rentrée en raison d’arbitrages encore en cours », a fait savoir, mercredi 4 juillet, l’Elysée. Mais pire encore, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, s’est crue en mesure d’invoquer la Coupe du monde de football pour justifier le changement de calendrier !!!

« C’est une grande déception, alors que les propositions sont là, que la plupart des arbitrages étaient faits, commente Véronique Fayet, la présidente du Secours catholique. La misère n’attend pas et on va perdre une année. »

Mais rassurez-vous, seulement pour les Français. Pas pour les hordes migrantes…

Car, pour les envahisseurs, la prise en charge est totale et se fait séance tenante 

Certaines propositions sont en effet liées au calendrier scolaire, comme celle de créer un fonds pour que toutes les communes adoptent un tarif social pour les cantines, ce qui permet aux enfants d’avoir un repas équilibré au moins une fois par jour.

Autre mesure très attendue, celle concernant les jeunes majeurs confiés à la protection de l’enfance, dont la prise en charge s’arrête brutalement à leurs 18 ans, beaucoup basculant alors dans l’errance. « Pas de sortie sèche »,espérait ainsi Brigitte Bourguignon, députée (La République en marche) du Pas-de-Calais et présidente de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Elle a, ainsi, avec 140 de ses collègues, déposé une proposition de loi pour rendre obligatoire dans tous les départements, des contrats « jeunes majeurs » pour prolonger leur suivi et leur protection entre 18 et 25 ans, jusqu’à leur véritable autonomie.

Cet énième report de la stratégie de lutte contre la pauvreté des jeunes et des enfants est très décourageant pour les associations qui luttent contre l’exclusion. Et scandaleusement injuste si on la compare à l’empressement des pouvoirs publics à ouvrir nos frontières aux nouvelles  » Grandes Invasions barbares « .

Elle avait pourtant été annoncée en grande pompe lors d’un déjeuner à l’Elysée, le 17 octobre 2017, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la misère, en présence de Martin Hirsch, le directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, et d’Emmanuel Faber, le PDG de Danone, très impliqué dans cette cause. Le président de la République Emmanuel Macron avait alors promis une concertation sur « l’égalité des chances pour les enfants, quel que soit leur milieu d’origine », pour « lutter contre le déterminisme social ». Mais, ce que ceux qui l’écoutaient n’avaient pas compris, c’est qu’il parlait exclusivement du  » déterminisme social  » issu de l’immigration…

En novembre 2017, après de longs palabres, plusieurs candidats pressentis ayant décliné le poste, était nommé en conseil des ministres un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, Olivier Noblecourt. Celui-ci lançait alors six groupes de travail réunissant associations, services de l’Etat et élus.

Les acteurs ont travaillé d’arrache-pied pour remettre à la mi-mars leurs 110 propositions, les arbitrages devant être faits à la fin mars. Tout cela avait suscité beaucoup d’espoirs, aujourd’hui eux aussi reportés puisque seuls comptent, dans notre pays, les miséreux venus d’ailleurs.

Le 5 juillet 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “La France va accueillir de nouveaux migrants mais son gouvernement repousse le « plan pauvreté » aux calendes grecques.”

  1. Hervé J. VOLTO juillet 5, 2018 à 8:16 #

    -Les gens arrivent toujours et l’urgence est d’endiguer les flux !

    Au lendemain d’un Conseil européen, en partie consacrée à la question des réfugiés, l’Élysée ne se payait pas de mot : la priorité absolue est de bloquer les migrants là où ils sont, c’est-à-dire en Turquie et en Lybie. Ensuite, il sera temps de s’occuper de « reprendre la maîtrise de Schengen », avec, par exemple, la mise en place d’un corps européen de garde-frontières. Pour l’heure, le niveau trop élevé du flux des migrants n’est pas raisonnable. L’Europe court au suicide…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :