Sebastian Kurz* a raison, que vous le vouliez ou non.

7 Juil

C’est le genre de document qui n’était pas censé être rendu public, et pour cause : une note de Vienne (qui a récupéré la présidence tournante de l’Union européenne (UE) le 1er  juillet) livre une vision très forte de la crise migratoire.

Selon ce texte, qui a été soumis aux experts nationaux des vingt-huit membres de l’UE lors d’une réunion informelle à Vienne, lundi  2 et mardi 3  juillet, les migrants sont principalement des hommes jeunes et  » beaucoup sont tout particulièrement sensibles aux idéologies hostiles à la liberté ou qui prônent la violence « .

A l’instar des pays du groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Pologne), l’Autriche défend une Europe aux frontières strictement contrôlées et l’externalisation totale du droit d’asile hors des frontières de l’UE. C’est aussi la version du Conseil dans l’Espérance du Roi. Le texte propose de réfléchir à un nouveau  » système de protection «  » aucune demande d’asile ne sera déposée sur le sol européen « . Avec un objectif, en  2025, de ne garantir l’asile qu’à ceux  » qui respectent les valeurs de l’UE, ses droits et libertés fondamentales « . Une condition que l’UE n’impose absolument pas aux demandeurs d’asile. Et encore faudrait-il y ajouter quelques autres conditions comme le respect absolu des racines , de la religion et des traditions européennes ainsi qu’une connaissance significative de son histoire et de ses langues usuelles.

Etant donné que ce pays prospère, de presque 9  millions d’habitants, assure pour six mois la présidence de l’UE, cette note aide à comprendre ce qui se joue dans certaines capitales de l’UE. Le texte commence en affirmant que  » les élites politiques et l’UE dans son ensemble ont perdu le contrôle de la situation  » en  2015, lors du pic de la crise des migrants. Considération bien optimiste cependant car, à nos yeux, la perte du contrôle des problèmes liés aux vagues migratoires passées comme à venir est bien antérieure à 2015.

Puis, le document insiste – c’est le véritable fil rouge de tout le texte – sur l‘incapacité des Vingt-Huit à endiguer les flux et à sécuriser une frontière extérieure commune à la zone Schengen.

La crise de 2015, est-il précisé,  » a dramatiquement mis en lumière les limites de l’actuel régime de système d’asile commun et nous a ouvert les yeux sur les faiblesses fondamentales de la protection des frontières extérieures de l’UE « .

Des  » hot spots  » (centres de regroupement des migrants) ont certes été créés en Italie et en Grèce mais avec les succès que l’on sait. Les Européens ont aussi dépensé des milliards d’euros supplémentaires, en pure perte, pour l’accueil des migrants, signé (à l’instigation de la seule Angela Merkel) un accord avec la Turquie en mars  2016 qui a certes beaucoup diminué les arrivées depuis la route des Balkans mais rend l’UE totalement tributaire du bon vouloir des autorités turques. Ils ont aussi multiplié les efforts diplomatiques avec les pays tiers pour faciliter les renvois de migrants déboutés du droit d’asile, maisi pour l’instant, ils n’ont pas débouché sur grand-chose…

Si le texte autrichien reconnaît une baisse du nombre des arrivées depuis le début de l’année 2018, il affirme que  » les chiffres pertinents continuent d’excéder ceux d’avant 2015 « . Une affirmation néanmoins contredite par l’agence Frontex pour qui 229 000 migrants sont entrés dans l’UE en  2014, 184 000 en  2017 et 50 000 seulement entre janvier et juin  2018. Mais nous savons ce que valent les statistiques officielles en la matière…

Le document autrichien insiste sur la création de  » hot spots  » hors de l’UE, avec la volonté de contrevenir au principe stupide de non-refoulement  des migrants. Le texte déplore ainsi que les débarquements – après les recueils en mer –  » n’aient lieu que dans l’UE « , ce qui rend les appréhensions en mer non seulement  » inefficaces « , mais permet aussi de  » renforcer le business des passeurs « . 

Enfin, le document affirme que les migrants arrivant dans l’UE « Ne sont pas en priorité ceux qui sont en besoin de protection qui viennent en Europe, mais surtout des gens qui peuvent se permettre de passer par des réseaux criminels et se sentent suffisamment forts pour entreprendre de dangereuses traversées.  » Ajoutant même que «  En raison de leur origine et de leur manque de perspectives, ces – migrants – ont de manière répétée de gros problèmes pour vivre dans des sociétés ouvertes, et même, les rejettent. Parmi eux, on trouve un grand nombre de jeunes hommes peu ou pas éduqués. Beaucoup sont tout particulièrement sensibles aux idéologies hostiles à la liberté ou qui prônent la violence. « 

Ce document capital donnera-t-il le ton de la présidence autrichienne ? La réunion, à Vienne, avec les autres délégations, se serait mal passée, assure une source proche des discussions, une dizaine d’experts nationaux (France, Allemagne, Luxembourg…) soulignant le caractère parfois illégal (aux yeux des règles de l’UE qui sont évidemment à réviser entièrement face à un tel danger) des assertions autrichiennes.

Manifestement, l’Autriche et le groupe de Visegrad sont l’avenir de l’Europe ! Dans le cas contraire, l’Europe n’a plus d’avenir.

Le 7 juillet 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Lire « Savez-vous qui est Sebastian Kurz ? » :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/07/14/savez-vous-qui-est-sebastian-kurz/

Publicités

Une Réponse to “Sebastian Kurz* a raison, que vous le vouliez ou non.”

  1. Hervé J. VOLTO juillet 7, 2018 à 12:35 #

    Oui, le Chancelier Kurz a raison, que nous le voulions ou non : les Pays du Groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, Républiquye Tchèque et Pologne) sont l’avenir de l’Europe ! Et notre solidarité doit aller à l’Autriche et à l’Italie tant qu’ils se placent dans la ligne de conduite des Pays de Visegrade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :