Vous ne l’entendrez dire par personne mais le véritable gagnant de la Coupe du monde de football ne fut pas…Emmanuel Macron.

17 Juil

Ce fut Vladimir Poutine !

Et d’ailleurs, Gianni Infantino, président de la FIFA, ne s’est pas privé de décerner au tournoi le titre de  » meilleure Coupe du monde de tous les temps « . Ajoutant,au cas où quelques-uns n’auraient pas bien compris :  » La Russie a changé. Tout a été magnifique. « 

De fait, en un mois de compétition, la Russie est parvenue à gommer l’image qu’elle avait dans l’univers du football, notamment depuis l’Euro 2016, lorsque ses supporteurs s’étaient violemment accrochés avec leurs homologues anglais sur le Vieux-Port de Marseille. Interdits de stades, les hooligans russes sont restés invisibles, tout comme leurs bannières provocantes. Pas l’ombre d’une bagarre au cours des 64 matchs de la compétition.

Les craintes formulées, a priori et comme toujours pour nuire à l’image de la Russie, dans les médias étrangers avant le tournoi se sont dissipées. La consigne du Kremlin a été suivie à la lettre : montrer le pays sous son meilleur. La Russie, il est vrai, a investi 9,5  milliards d’euros pour séduire la planète foot.

Partout, les quelque 750 000 supporteurs venus du monde entier ont été chouchoutés par un public chaleureux, des policiers polis et quelque 17 040 volontaires enthousiastes déployés dans les onze villes hôtes.  » Je pense qu’il n’y a jamais eu autant d’étrangers dans notre pays « , s’est réjoui Alexeï Sorokine, le patron du comité d’organisation russe.

En se propulsant en quarts de finale, la Sbornaïa, l’équipe nationale que personne n’attendait à ce niveau, a elle aussi rempli son contrat, entraînant d’inhabituelles manifestations de liesse chez les supporteurs russes gagnés par l’ambiance de Barnum international. Dans les fan-zones officielles ou spontanées, des milliers de personnes se sont retrouvées chaque soir. Un réel plaisir pour beaucoup de Russes dont 68  % n’ont jamais voyagé à l’extérieur des frontières.

Mais  » Quand la Coupe du monde se terminera, on pourra boire de la bière comme ça – dans la rue – ? « , s’est enquis un jeune homme auprès de deux policiers en faction dans la rue Nikolskaïa, devenue le lieu de rassemblement préféré à Moscou.  » Vous êtes russe ? Alors ce sera interdit « , lui ont répondu les deux fonctionnaires ! La vidéo de l’échange s’est taillé un vif succès sur les réseaux sociaux.

La Russie peut se targuer d’avoir testé avec succès la  » fan ID « , la carte d’identité des supporteurs pour la première fois dans un Mondial, qui a permis d’alléger les contraintes de visa et de voyager gratuitement dans les transports.

L’équipe d’Angleterre – seul pays dont les autorités avaient décidé de boycotter le Mondial en réaction à l’affaire Skripal – a été  » très bien traitée « , soulignait, samedi 14  juillet, le sélectionneur, Gareth Southgate, sans qu’il ait été besoin de lui poser la question.  » On a beaucoup parlé des relations entre nos deux pays mais, d’un point de vue personnel, nous n’aurions pas pu recevoir meilleur accueil. « 

Absent des stades, hormis lors des cérémonies d’ouverture et de clôture, Vladimir Poutine s’est offert une tournée mondiale d’entretiens en recevant plus d’une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement. Et rencontrant même Donald Trump à Helsinki !

Un Ballon d’or diplomatique.

Le 17 juillet 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :