Et Ebola qui n’en finit pas.

4 Août

La République démocratique du Congo (RDC – ex-Congo belge – ) connaît en ce moment sa…dixième épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola (le virus a été découvert pour la première fois en 1976, dans le nord du pays, à Yambuku). C’est donc bien une zone à très haut risque, non seulement pour ses habitants mais aussi pour tous ceux qu’ils peuvent contaminer par leurs déplacements et autres…migrations.

La semaine dernière, 26 cas de fièvre hémorragique ont été découverts dans l’aire de santé de Mangina, dans le territoire de Beni, à l’est de la RDC. Vingt personnes en sont décédées. Ce qui donne une idée de la virulence de ce virus. Lundi, six échantillons ont été envoyés à Kinshasa pour analyse, quatre se sont révélés positifs au virus Ebola. Une nouvelle épidémie est donc bien en cours. La souche du virus n’est pas encore identifiée par l’Institut national de recherche biomédical (INRB).

Dès ce jeudi midi, le ministre de la Santé est venu coordonner les actions habituelles dans ces circonstances, avec la création d’un centre de coordination unique de l’épidémie. Dans la matinée, douze experts sont arrivés à Beni afin de mettre en place « les mesures adéquates », c’est-à-dire la mise en quarantaine des patients suspects et l’administration des premiers traitements.

Un laboratoire mobile a aussi été envoyé sur place, afin de pouvoir faire le plus rapidement possible des expertises en cas de nouveaux cas suspects détectés et essayer de trouver le plus rapidement possible la souche du virus, ce qui permettra de traiter le mieux possible les patients suspects.

De son côté, l’Organisation mondiale de la Santé, qui avait maintenu équipements et personnels sur place depuis la fin de la dernière épidémie, a annoncé travailler en étroite collaboration avec le ministère pour combattre cette crise. Mais « Ebola est une menace permanente en RDC », prévient le directeur général de l’OMS, le docteur Tedros Ghebreyesus.

La précédente épidémie est survenue en mai dernier, à 2 500 kilomètres de là, à Bikoro, dans la province de l’Équateur. Trente-trois personnes y sont décédées sur 54 cas avérés. Le ministère de la Santé avait d’ailleurs déclaré la fin de cette neuvième épidémie il y a tout juste une semaine ! Pour le moment aucun lien n’a été établi entre celle-ci et celle d’aujourd’hui mais l’ancienneté des épidémie et leur renouvellement ininterrompu depuis plus de quarante ans montrent que l’infection est endémique dans ce pays.

Cinq souches (des versions différentes d’un même virus) d’Ebola ont déjà été identifiées et connues. Cela a son importance : une souche connue et identifiée peut être rapidement traitée et être mise sous contrôle. A contrario, une nouvelle souche est beaucoup plus difficile à contrôler et à maîtriser pour les autorités.

La RDC a été principalement confrontée à une seule souche du virus Ebola : la souche « Zaïre ». En 2012 cependant, la souche Bundibugyo, du nom de la région de l’Ouganda dont elle est originaire, y avait causé 29 morts sur 57 cas dépistés. Bundibugyo se trouve à…moins de 100 km de Beni, où sévit la nouvelle épidémie.

Cette affaire n’en finira donc jamais. Aux autorités de notre pays de prendre toutes les précautions nécessaires à la non importation de cette terrible maladie. Hélas, quand les voit à l’oeuvre…

Le 4 août 2018.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la santé publique.

Publicités

Une Réponse to “Et Ebola qui n’en finit pas.”

  1. Hervé J. VOLTO août 4, 2018 à 10:52 #

    Ebola, SIDA, mixomatoses humaines sorti de quelques diaboliques la boratoires militaires ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :