Espagne : Le Camp des Saints (suite).

5 Août

Il n’aura suffi que de quelques mois et tout est à refaire. Tous les efforts mis en oeuvre par les gouvernements de droite au cours des décennies passées sont remis en cause par le « droit-de-l’hommisme » affiché par Pedro Sanchez, le nouveau président socialiste du gouvernement espagnol : avec plus de 22 000 migrants arrivés durant les sept premiers mois de l’année – soit trois fois plus qu’il y a un an –, et alors que les autres routes ont été verrouillées, l’Espagne est devenue la principale voie d’accès des migrants en Europe.

À l’inverse, en Italie il a suffi que le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, interdise d’accostage les navires négriers des ONG pour que l’arrivée des migrants soit en chute libre. Ce qui démontre ce que nous n’avons cessé d’affirmer : QUAND ON VEUT…ON PEUT ! (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/09/03/bulletin-climatique-quotidien-3-septembre-2015-de-la-republique-francaise/).

L’Espagne fut l’honneur de l’Europe pendant la première partie de la crise migratoire. Elle en est aujourd’hui la honte.

Depuis le début de l’été, les services de secours en mer espagnols, dépendant du ministère de l’équipement, ramènent chaque jour des centaines de migrants dans les ports de Tarifa, Algésiras, Barbate, mais aussi Almeria, Motril ou Valence. Et les infrastructures d’accueil sont débordées. On est certes encore loin des arrivées massives de 2015 en Grèce, quand plus de 800 000  migrants ont débarqué sur ses côtes, ou de 2016 en Italie, quand ils étaient plus de 180 000. Mais les chiffres de ces sept premiers mois de l’année sont terriblement inquiétants. Et, ce, d’autant plus que l’Espagne n’est qu’à quelques encablures du Maroc par le détroit de Gibraltar et à peine plus de l’Algérie.

Un fait pourtant nous étonne. Les points d’arrivée de ces migrants (Maghrébins pour une part mais essentiellement subsahariens) se situent sur les plages et les ports d’Andalousie, entre Cadix et Almeria. Mais jamais à Gibraltar, territoire britannique ! Curieux, non ? Surtout quand on prétend que beaucoup de ces migrants n’ont qu’un objectif : gagner le Royaume-Uni. Ça ne vous interpelle pas ? Alors, qui ment ? À moins que la marine de Sa Gracieuse Majesté soit beaucoup plus dissuasive que celle de Sa Majesté le roi d’Espagne…Il est vrai que Trafalgar n’est pas loin.

Pour donner l’illusion de faire face à ces arrivées, le président socialiste du gouvernement, Pedro Sanchez, a annoncé vendredi 3  août la création d’un  » commandement unique  » chargé du contrôle de l’immigration irrégulière dans le détroit de Gibraltar. De son côté, la Commission européenne a communiqué  » l’attribution en urgence de 55  millions d’euros pour des programmes de gestion des frontières au Maroc et en Tunisie « , afin que ces deux pays de transit et de départ augmentent la surveillance de leurs côtes, ainsi qu’une  » extension de 3  millions d’euros «  de l’aide de 26,5  millions déjà fournie à l’Espagne le 2  juillet dernier, pour  » l’assistance d’urgence « .

Celle que reçoit notamment Aicha, ce samedi 28  juillet, sur le port de Tarifa. Cette Ivoirienne (un pays dont on sait combien il est soumis à la terreur par ses dirigeants et dont l’économie reste une des plus florissante d’Afrique de l’Ouest !) a fui son pays il y a un an et demi. Sa fille de 4 ans balance ses jambes en regardant avec fascination ses nouvelles baskets et son sweat-shirt, décoré de Schtroumpfs, tout en buvant un jus d’orange (histoire de lui donner envie d’aller plus loin et pourquoi pas en France). Aicha pleure des larmes de crocodile lorsqu’elle parle de ses trois autres enfants de 7, 11 et 12 ans, qu’elle a confiés à sa mère et qu’elle rêve de pouvoir faire venir bientôt. Ben voyons. Aicha a tout compris du « Grand Remplacement« …

Au Maroc, mère et fille vivaient  » de la mendicité « . Comme les autres femmes assises autour d’elle, elle a essayé à plusieurs reprises, nous dit-on, d’atteindre l’Europe, si proche :  » Dix fois peut-être. «  Mais à chaque fois, la police marocaine interceptait son embarcation. Aicha est enceinte de 5  mois. Tiens, tiens !  » Au Maroc, j’ai rencontré quelqu’un. Il me traite bien. «   Ça fait donc déjà quatre enfants à cette malheureuse Aicha et un cinquième polichinelle dans le tiroir…sans doute de pères différents.  » Bon sang, mais c’est bien sûr « , aurait dit Bourel, Aicha n’était pas heureuse dans son pays alors elle s’envoyait en l’air pour tuer le temps…*

Et qui va devoir prendre en charge tout ce petit monde avec ses impôts ? VOUS ET NOUS.

NON MAIS DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

 » Nous manquons de véhicules pour transporter les migrants, de personnel pour les surveiller et de lieux pour les identifier. Alors, comme nous n’avons nulle part où les emmener, au lieu de mettre trois heures à procéder à leur transfert, nous mettons trente  heures « , explique José Paron, porte-parole du syndicat unifié de police nationale (SUP) dans la province de Cadix.

Une salle des sports d’Algésiras a bien été habilitée pour procéder aux identifications, mais elle est constamment saturée. Un hangar du port de San Roque, transformé en centre de débarquement et d’identification des migrants, a été inauguré jeudi 2  août par le ministère de l’intérieur, mais avec 600 lits, il risque lui aussi de devenir rapidement trop petit. Et faute de places dans les centres de rétention, au bout du délai maximum de détention administrative, de 72  heures, les migrants sont laissés en liberté. On se croirait en France.

Carlota, employée de la Croix-Rouge locale, avoue, tout en remplissant les formulaires, qu’elle dort trois heures par nuit depuis trois jours.  » Pour accueillir les 600 migrants de l’Aquarius, ils étaient 2 000, dit-elle, en référence au bateau que l’Italie et Malte avaient interdit d’accoster et que l’Espagne a accueilli à Valence, mi-juin. En trois jours, nous en avons reçu 1 500 et nous sommes 25… « 

 » Cela fait 50  heures que l’on dort à peine « , confirme le capitaine du Salvamar-Arcturus. La nuit dernière, il a fermé les yeux à 1 heure du matin, alors qu’il avait à bord depuis deux jours plus de 200 migrants et que 250 autres se trouvaient à quai, assis derrière des rubans en plastique, surveillés par la garde civile. A 5 h 30, lorsqu’il s’est réveillé, il n’y avait plus personne.  » La police a dû venir les transférer « , explique-t-il. Vers 6  heures, il a prévenu le centre de contrôle maritime que le Salvamar-Arcturus était de nouveau disponible pour des opérations de sauvetage.  » Un quart d’heure plus tard, on m’envoyait sur une première embarcation de migrants, assure le capitaine. C’est la pire année que j’ai vécue en vingt-cinq ans de carrière : nous n’avons jamais connu un tel rythme d’arrivées. «  Il n’y a rien à ajouter à ce constat désespéré. Sauf une chose :  ne vous faites aucune illusion. Ces dizaines de milliers de migrants se dirigeront inexorablement vers la frontière pyrénéenne et entreront chez nous. Avec la bénédiction d’Emmanuel Macron et de son gouvernement.

Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol a promis de faire du  » respect des droits de l’homme « , de la  » sécurité des frontières « et de la  » coopération avec les pays d’origine «  les grands axes de sa politique migratoire, évoquant le possible retrait des lames tranchantes des barbelés de Ceuta et Melilla (pour en faciliter le franchissement) ou annonçant des renforts dans les bureaux de demandes d’asile. Mais pas de l’augmentation des reconduites dans les pays d’origine.

De son côté, l’opposition multiplie les critiques.  » Les politiques du gouvernement de Pedro Sanchez provoquent un effet d’appel, a estimé le nouveau président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, en visite à Algésiras le 1er  août. Le flux ne peut pas être illimité et l’Etat-providence ne peut pas supporter l’arrivée de millions de migrants. «  La veille, à Ceuta, où 600  migrants qui sont parvenus à franchir les grilles-frontières (rendues plus facilement franchissables) le 26  juillet, dont certains en lançant des boules de chaux vive et d’excréments sur les forces de l’ordre, le président du parti libéral Ciudadanos, Albert Rivera, avait lui aussi critiqué «  les bons sentiments et les campagnes de communication, qui ne font que provoquer un effet d’appel « .

A Algésiras, où se trouve le commandement du Système intégral de surveillance extérieure de la garde civile, le sous-lieutenant Manuel Fuentes est seul avec deux autres gardes civils pour contrôler les 112  km de côtes qui vont de Barbate à Sotogrande, sur lesquels des radars et caméras à longue portée et infrarouges sont installés.  » J’ai une embarcation avec des immigrants en eaux espagnoles « , annonce-t-il, par radio, à une patrouille stationnée à Barbate.  » Ce sont sans doute des Marocains. Les Subsahariens nous appellent pour les secourir. Les Marocains craignent d’être rapatriés aussitôt « , explique-t-il. La patrouille ne parvient pas à arrêter l’embarcation. Les quelque quarante migrants qui se trouvent à bord sautent à l’eau avant de traverser la plage en courant sous l’œil des touristes, allongés sous leur parasol.

 

Alors, répétons-le encore une fois (mais ça commence à nous lasser) : si nous ne mettons pas un terme rapide et définitif (quelqu’en soit le prix) à ces nouvelles « Grandes Invasions barbares« , c’en est fini de nous et pire encore de nos enfants.

Le 5 août 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Et vous comprenez pourquoi le Sida (et quelques autres saloperies infectieuses) se répandent comme la peste dans nos pays.

Publicités

3 Réponses to “Espagne : Le Camp des Saints (suite).”

  1. Hervé J. VOLTO août 5, 2018 à 1:02 #

    Personne n’a placé un pistolet sur la tempe des espagnols pour les obliger à voter à guauche. Ils méritent un peu de manger la m… alchance… le bémol : le trop plein rique de nous arriver à la figure : préparons nous, en France, à cracher au bassinet…

    • conseilesperanceduroi août 6, 2018 à 4:06 #

      NB : ce ne sont pas les Espagnols qui ont placé Pedro Sanchez au pouvoir. L’arrivée du socialiste à la place de Mariano Rajoy à la tête du gouvernement est le fruit d’un authentique « GOLPE » législatif résultant de l’addition improbable des voix socialistes, centristes, gauchistes et indépendantistes catalanes dans une motion de censure inique !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Allons chercher Macron avant le 19/10/2018 – 20 h 00 au plus tard (3) [ MAJ 08/08] - Cril17 - août 8, 2018

    […] Espagne : Le Camp des Saints (suite). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :