Quand Nicolas Hulot vole au secours de la victoire.

15 Août

Après avoir brillé par son absence dans le combat contre la collusion entre la Commission européenne et le lobby de l’industrie chimique, il a fallu qu’un juge états-unien reconnaisse la responsabilité de l’internationale du crime par arme chimique, Monsanto, dans l’apparition d’un cancer et la condamne à une peine financière colossale pour que notre ministre de la transition écologique et solidaire se sente brusquement pousser des aile.

 » N’attendons pas la démonstration du pire pour agir « , car alors  » les poisons auront fait leurs effets et leurs victimes seront excessivement nombreuses « , a-t-il osé déclarer alors qu’il n’avait pas bougé le petit doigt pour s’opposer au refus du gouvernement et, tout particulièrement de son collègue Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et homme du complexe agro-chimique, d’interdire l’usage du glyphosate, cancérigène quasi certain (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/08/09/hulot-non-mais-hulot-quoi-nabila/). Sa démission immédiate eut été pourtant tout à son honneur.

Dimanche 12  août, dans une interview à Libération, M.  Hulot se montre encore pourtant virulent.  » C’est le début de la fin de l’arrogance, de la suffisance de ce couple maudit Monsanto-Bayer. Cette décision confirme ce que de nombreux lanceurs d’alerte ont dit depuis tant d’années sur la dangerosité du glyphosate « , déclare-t-il. Et d’ajouter :  » C’est une décision de justice très argumentée, qui est providentielle, car elle rend enfin visible ce que certains s’obstinaient à ignorer depuis trop longtemps : le fait que l’objectif dissimulé de Monsanto, sa stratégie ignoble, est de mettre en coupe réglée les ressources alimentaires de la planète.  » C’est ce qui s’appelle

VOLER AU SECOURS DE LA VICTOIRE !

Le ministre salue un jugement qui  » vient corriger l’indifférence des politiques vis-à-vis de cette firme, qui dure depuis des décennies « . Il n’a pas précisé si sa remarque visait les membres du gouvernement, qui, eux, ne se sont pas exprimés. A ce stade, pourtant, M.  Hulot ne prévoit pas d’accélérer la sortie du glyphosate en France… Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, s’est engagé de son côté à ce que l’herbicide, classé comme  » cancérogène probable  » par le Centre international de recherche sur le cancer, soit interdit en France en  2021 pour ses principaux usages, et complètement d’ici cinq ans. Mais le gouvernement a refusé que cette interdiction soit inscrite dans le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation. Si l’affaire ne suscite que peu de commentaires aux Etats-Unis, où elle n’est guère reprise dans les médias, elle donne lieu en revanche à beaucoup de réactions dans l’Hexagone, surtout dans le camp des antipesticides. L’association Générations futures se félicite d’ » une décision historique qui reconnaît le caractère cancérogène de ces produits à base de glyphosate et la responsabilité de Monsanto dans le fait de les avoir mis sur le marché sans en avertir le consommateur « . Pour son directeur, François Veillerette, cette condamnation  » souligne l’urgence de retirer les pesticides à base de glyphosate du marché, ce que nous appelons le gouvernement français à faire au plus vite « .

Même satisfaction du côté de la Confédération paysanne.  » Ce jugement, c’est une nouvelle fois la preuve que les pesticides sont dangereux pour la santé, des utilisateurs en premier lieu – et donc des paysans et des paysannes – et puis, par ricochet, aussi de ceux qui consomment les produits, estime son porte-parole, Laurent Pinatel. Il faut absolument se donner les moyens de sortir des pesticides, de cette dépendance. « 

 » Notre première réaction, c’est de dire “enfin et heureusement”, parce qu’avec tous les éléments à charge contre Monsanto, il aurait été absolument incompréhensible qu’il ne soit pas condamné « , indique pour sa part Suzanne Dalle, de Greenpeace France.  » La justice agit là où le gouvernement n’est pas présent. « 

Mais que faisait notre ministre de la transition écologique quand nous affirmions que l’Union européenne n’est qu’une association de malfaiteurs (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/11/29/nous-ne-cesserons-pas-de-le-dire-lunion-europeenne-est-une-association-de-malfaiteurs/) ?

R I E N

Cet homme est, comme beaucoup de ses amis dans l’équipe d’Emmanuel Macron, un imposteur.

Le 15 août 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Quand Nicolas Hulot vole au secours de la victoire.”

  1. Hervé J. VOLTO août 15, 2018 à 1:21 #

    Tous pourri ? non, pas Nicolas Hulo : ce con-citoyen n’est pas assez intelligent pour l’être…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :