Les négriers ne se cachent même plus…pour mourir.

19 Août

Ceux qui nous lisent régulièrement savent comment nous dénonçons la collusion entre les passeurs de migrants à travers la Méditerranée et les nombreux chefs d’entreprises véreux qui exploitent cette main d’oeuvre abondante, peu exigeante en matière de salaires et d’une particulière docilité.

Mais jusqu’à il y a peu, ces traîtres agissaient dans l’ombre. Sachez que désormais ils ne se cachent plus et réclament même un blanc seing des autorités de notre pays pour mener au mieux leurs trafics ! Notre pays en mourra mais c’est là le moindre de leurs soucis puisque seuls comptent les profits réalisés à court terme, qu’ils ne manqueront pas d’investir dans quelques paradis fiscaux.

En voici le plus récent exemple.

En pleine saison touristique, les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration tirent la sonnette d’alarme : près de 150 000 postes seraient à pourvoir, selon le Groupement national des indépendants de l’hôtellerie et de la restauration (GNI-Synhorcat).  » Certains établissements sont même obligés de fermer un jour ou deux par semaine faute de personnel « , s’inquiète Franck Trouet, conseiller de Didier Chenet, le président du GNI. Ces métiers, dont les conditions de travail sont souvent pénibles et les salaires peu élevés, n’attirent pas. Alors, plutôt que de tout faire pour les rendre plus attrayants, former des jeunes et les rémunérer correctement,

Pourquoi ne pas recruter des migrants ?

C’est l’une des pistes auxquelles s’intéressent le GNI-Synhorcat et l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH).  » Je souhaite que nos professionnels puissent accueillir de nouvelles populations de salariés* comme les migrants « , avait déclaré sans aucune honte M. Chenet lors du conseil interministériel du tourisme du 19  juillet.

Des discussions seraient d’ailleurs déjà en cours avec le gouvernement. Pour Claude Lévy, responsable du syndicat CGT des hôtels de prestige et économiques, la démarche patronale est  » une opération de communication pour éviter aux employeurs de se poser la question de l’amélioration des conditions de travail « . Evidemment.

Bienvenue aux migrants, donc, mais pas n’importe lesquels.  » Nous ne parlons que des demandeurs d’asile et des réfugiés, précise Vincent Sitz, président emploi-formation-handicap du GNI. On demande au gouvernement d’accélérer la procédure de régularisation des demandeurs d’asile. On les formera et on les embauchera quand ils auront leurs papiers. « 

Mensonge !

Et vous allez comprendre pourquoi.

Pour les demandeurs d’asile, leur accès à l’emploi est facilité par la loi voulue par Emmanuel Macron pour une  » immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie « . Ce texte, voté le 1er  août et qui doit passer devant le Conseil constitutionnel, leur permet de travailler six mois après l’enregistrement de leur dossier en préfecture, contre neuf mois jusqu’à présent…Bel appel d’air voulu par le pouvoir macronnien !

Les autres sans-papiers, qui seraient officiellement environ 300 000 (en réalité beaucoup plus), ne sont donc théoriquement pas concernés.  » Celui qui embauche un sans-papiers est sanctionnable, point barre « , répond mensongèrement M. Sitz. Pourtant, certains travaillent déjà dans ces établissements. Soit en n’étant pas du tout déclarés, soit en l’étant, mais  » sous alias  » (fausse identité), c’est-à-dire au nom d’un migrant en règle qui a prêté ses papiers.

La demande de régularisation nécessite que le salarié sollicite son employeur, quitte à lui avouer qu’il travaille sous alias, si tel est le cas. Si le salarié n’est pas mis à la porte pour faute grave, ce qui arrive rarement, l’employeur devra lui délivrer plusieurs documents, dont un Cerfa équivalant à une promesse d’embauche et un certificat dit  » de concordance  » d’identité attestant que le demandeur est bien le salarié qu’il emploie. Ce qu’évidemment il ne fait pas !

Parfois, les salariés engagent une épreuve de force, comme ces douze femmes de chambre et équipiers travaillant pour un sous-traitant de l’hôtel Campanile de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), appartenant au groupe Louvre Hôtel. Après une grève éclair le 3  août, elles ont  » obtenu les Cerfa remplis et les certificats de concordance « , se félicite M.  Lévy.

Mais, dans la majeur partie des cas, un silence de plomb s’abat sur les entreprises coupables et personne ne peut connaître la réalité des fraudes.

Rome était protégée par une imposante muraille percée de fortes portes défensives. Mais, en 410, l’une d’entre elles, la Porte Salaria, fut livrée par quelques traîtres aux troupes barbares du chef Goth Alaric. Le sac de Rome put avoir lieu et l’empire commencer son agonie.

Nos traîtres sont à l’oeuvre et notre Porte Salaria ouvre sur l’hôtellerie et la restauration.

Le 18 août 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Nul doute que vous apprécierez l’expression « nouvelles populations de salariés« . Elle en dit long sur l’image que peuvent avoir ces employeurs-esclavagistes de leurs employés. Souvenez-vous que l’on en guillotina beaucoup pour bien moins que cela à partir de 1789…

Publicités

4 Réponses to “Les négriers ne se cachent même plus…pour mourir.”

  1. Hervé J. VOLTO août 19, 2018 à 1:06 #

    Une solution existe, celle appliquée par les Pays de Visegrade sous l’exemple hongrois : inscription des préceptes Chrétiens dans la constitution, respect de la vie de la conception à la mort, affirmation de la famille fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme, responsabilité des parents pour l’éducation de leurs enfants, soutien politique des communautés Chrétiennes dans les pays où elles sont menacées, liberté religieuse dans les Etats musulmans, politique d’immigration : oui à l’immigration, mais une immigration européenne, de culture Chrétienne… des asiatiues Chrétiens, comme les philipins, de religion Catholique et rès présents en Italie, ou des sud-américains, de culture Chrètienne, comme les équatoriens Catholiques, pourraient être tolérés en France…

  2. Hervé J. VOLTO août 19, 2018 à 1:17 #

    Pour appliquer en France les prtiques des Pays de Visegrade en matière d’immigration, devrions nous réformer la constition ? Cette constitution, 5ème du nom, approche le record de longévité de la 4ème. En 60 ans elle a subi 24 « retouches », certaines rendues inévitables pour l’adapter aux règles européennes dont, il faut le rappeler maintenant que nous les critiquons tant, nous avons été les co-rédacteurs. Mais 24 c’est beaucoup ; presque une tous les 2 ans. Les Etats-Unis ont la même constitution depuis 1789 et ne l’ont modifiée que 27 fois en 230 ans.

    Changeant les Articles 6 et 7, nous aurions un Roi qui aurait les pouvoirs de Président de la V° République, conçue par le Général De Gaulle comme une Régence. Réfotrmant l’article 89 interdisanyt de chenger la forme républicaine de gouvernement, nous aurions une Monarchie constitonnnelle forte. L’extension du statut concordataire alsacien à toute la France ferait de la Monarchie Française une Monarchie Catholique : inscription des préceptes Chrétiens dans la constitution, respect de la vie de la conception à la mort, affirmation de la famille fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme, responsabilité des parents pour l’éducation de leurs enfants, soutien politique des communautés Chrétiennes dans les pays où elles sont menacées, réciprocité religieuse dans les Etats musulmans, politique d’immigration : oui à l’immigration, mais une immigration européenne, de culture Chrétienne !

    Nous y sommes : sur le paier, tout est pret…

  3. Hervé J. VOLTO août 19, 2018 à 1:23 #

    Ruinés par quarante ans de gabegie doctrinaire gauchisante, le pays était prêt, du moins l’avait-on habilement préparé, à accueillir l’homme providentiel, le « Messie », vierge de tout péché politique, qui allait rendre sa prospérité au pays. « L’Emmanuel » présentait bien, il était jeune, technicien de la finance il avait fait l’ENA, mais après deux années à l’inspection des finances il était entré dans la banque privée Rothschild où en deux ans il devient associé gérant avant de collaborer avec un certain Hollande qui le fait entrer d’abord à l’Elysée puis au gouvernement à un poste clé : les finances. Après s’être encarté successivement au M.D.C, au PS, puis devenu indépendant, il exécute le tour de force de créer de toutes pièces, en moins d’un an son propre parti : La République En Marche (75 adhérents, venant de 8 comités régionaux, au congrès d’Aout 2016), qui lui permet d’enlever les élections devant ce qui était réputé comme le premier parti de France le FN.

    Cet homme, à la tête d’un parti surgit de nulle part s’est engagé à changer le magma politique français en redonnant la voix au peuple et en agissant pour ramener la prospérité en diminuant charges et impôts, tout en réduisant la dette colossale laissée par ses prédécesseurs. En fait, c’est principalement pour cette dernière partie, peu développée, de son programme, que « l’Emmanuel » a été parachuté dans notre pays qui, co-fondateur de l’UE en est encore la seconde puissance économique, avec une dette représente environ 2200 Milliards € (98% du PIB) souscrite selon les accords européens dus notamment à G Pompidou (lui aussi ancien fondé de pouvoir chez Rothschild, et membre du groupe Bilderberg), conjointement par le FNE et des banques privées.

    Ce que peu d’électeurs savent, c’est que notre « Emmanuel » a été coopté par le groupe de Bilderberg : il donne sa démission de son poste de vice secrétaire à l’Elysée 9 jours après son intervention à la conférence du groupe fin Mai 2014 : il déclare rechercher un poste d’enseignant … Et au mois d’Aout, il remplace A. Montebourg, ministre d’Etat chargé de l’économie et des finances !

    Par ses choix, par inclinaison intellectuelle et sociale, Emmanuel Macron semble organiser avec grande détermination la déconstruction de la France : déserts médicaux, culturels, férroviaires, abandons des classes, des personnes agées, des services publics en zone rurales, de l’Outre-Mer, de nos enfants, etc… pour sembler privilégier une certaine beurgeoisie arrogante et revancharde et l’alimenter par une immigration/invasion organisée.

    Il lui reste encore quatre ans pour nous convaincre que l’on s’est trompé sur son compte…

  4. Hervé J. VOLTO août 19, 2018 à 1:30 #

    Occupant un poste fluctuant, disparu entre 2008 et 2017 avant d’être recréé il y a un an, le porte-parole élyséen peine à trouver sa place. Guère étonnant, jugent prédécesseurs et spin doctors d’anciens Présidents.

    Depuis sa première déclaration publique, le 19 juillet, qui détaillait la sanction de l’Elysée prise après l’incartade de l’ex-collaborateur Alexandre Benalla, le porte-parole d’Emmanuel Macron se tait. Pas un tweet de sa main, pas une intervention officielle. Même pas de «off», ces mots glissés aux journalistes pour préciser ou rectifier une information.

    -Il ne fait rien sans que je le lui dise, indiquait d’ailleurs Sibeth Ndiaye, principale conseillère communication du chef de l’Etat, au cœur de la crise.

    Bruno Roger-Petit, ex-éditorialiste au magazine Challenges, a été nommé à ce poste le 29 août 2017. Il est chargé, selon le communiqué d’alors, de «relayer la parole publique de l’Elysée» et de gérer le compte Twitter de la présidence. Après un an, quel regard porte-t-il sur sa fonction dans le Saint des saints de la République ? Voilà la question qui a suscité le malaise. Déserts médicaux, culturels, férroviaires, abandons des classes, des personnes agées, des services publics en zone rurales, de l’Outre-Mer, de nos enfants, etc… pour sembler privilégier une immigration/invasion organisée, en accrod avec des patrons voyous et négriers et des apsseurs mafieux, voire des ONG traitres, que doit dire le porte parole de l’Elysée ? Nous n’aimerions pas être à sa place…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :