Nous vous l’avions dit, Emmanuel Macron déteste les retraités.

27 Août

Voici ce que nous écrivions ici même le 30 décembre 2017, après l’annonce de la hausse de la CSG qui devait frapper les retraités (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/12/30/les-retraites-ne-disent-pas-merci-macron/) :

 » En résumé, plus et mieux vous avez étudié, plus vous avez travaillé et souvent très au-delà des fameuses « trente-cinq heures » de Martine Aubry, plus vous avez endossé de responsabilités au prix de nombreux et lourds sacrifices pour vous-mêmes et votre famille, mieux donc vous avez SERVI…plus vous serez PUNIS.

Emmanuel Macron hait les retraités et les personnes âgées ! « 

Pensez-vous que ces mesures discriminatoires aient été abandonnées par le gouvernement d’Emmanuel Macron ? Jugez-en : dans sa présentation de son projet de budget pour 2019, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé que trois prestations sociales (l’aide personnalisée au logement, les allocations familiales et les pensions de retraite) ne seront plus indexées sur l’inflation. Elles « progresseront de façon plus modérée, de 0,3% par an en 2019 et en 2020 », a précisé Édouard Philippe. C’est nettement moins que l’inflation, attendue par l’Insee à 1,7% en fin d’année. Autrement dit, en pratique, les retraités vont par exemple voir leur pouvoir d’achat diminuer. « Si on prend une retraite annuelle de 18 000 euros, cela fait 1% de moins donc 180 euros, les pouvoirs publics vont donc amputer le budget des retraités de 180 euros », a estimé Christian Bourreau, président de l’Union française des retraités et vice-président de la Confédération française des retraités. « Le gouvernement veut clairement faire une différence entre les actifs et les inactifs, et ça tombe sur les retraités », a-t-il ajouté. Une nouvelle fois.

Ces naïfs comprendront-ils enfin qu’ils ont élus le pire de leurs ennemis ?

Le 27 aout 2018.

Publicités

3 Réponses to “Nous vous l’avions dit, Emmanuel Macron déteste les retraités.”

  1. Hervé J. VOLTO août 28, 2018 à 9:16 #

    Dans le meilleur des cas, les vieux sont des pépés et des mémés qu’on aime bien, surtout quand ils peuvent rendre des services (garder la maison, nourrir le chat et s’occuper des enfants), dans le pire des vieillards à qui l’on n’a plus rien à dire et dont on attend, avec plus ou moins d’impatience, le transfert aux soins palliatifs, quand on ne les abandonne pas dans une supérette sur l’autoroute pour pouvoir partir en vacances !

    Il y a, à cela, de multiples causes. J’en vois au moins deux. La première tient au fait que la famille nucléaire exclut de plus en plus les grands-parents. L’évolution de l’habitat rend le plus souvent impossible la traditionnelle coexistence des générations. Et l’accélération sociale fait que les seniors ne peuvent plus transmettre leur expérience aux plus jeunes, dont le mode de vie et l’environnement technologique diffèrent radicalement de ce qu’ils ont eux-mêmes connu.

    L’autre raison est plus fondamentale. Aujourd’hui, on peut aimer les vieillards bien qu’ils soient des vieillards, mais il est très rare qu’on les respecte parce qu’ils sont des vieillards. Autrefois, c’était l’inverse. On respectait les vieux parce qu’ils étaient des « anciens » et qu’on vénérait les ancêtres. Toutes les sociétés traditionnelles rendent un culte aux ancêtres, parce que c’est à eux que l’on doit la tradition d’où sont sortis les mœurs et qu’ils ont été les fondateurs de la lignée. Pensez à ce que représentait le mos maiorum pour les Romains. L’idéologie du progrès a discrédité le passé, qui n’aurait plus rien à nous dire parce que demain sera nécessairement meilleur. Ce qui compte, c’est l’avenir, et donc la jeunesse qui va inventer un homme nouveau, tandis que le passé ne propose que des vieilleries, de croyances et de valeurs dépassées. Les vieux peuvent avoir des histoires à nous raconter, mais fondamentalement, ils n’ont rien à nous enseigner, car nous vivons dans un monde différent. La figure du père a elle-même été discréditée, à plus forte raison celle du grand-père. C’est la raison pour laquelle l’infanticide passe aujourd’hui pour le crime le plus horrible, alors qu’autrefois c’était le parricide.

  2. conseilesperanceduroi août 30, 2018 à 8:07 #

    Emmanuel Macron déteste les retraités mais ses sbires aussi ! En voici un exemple : https://www.youtube.com/watch?v=7uqM9YLu3nY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :