Espagne: Pedro Sanchez se prend les pieds dans le tapis catalan.

11 Sep

Essayant de désamorcer une rentrée qui s’annonce tendue (bien qu’ils aient participé à son « golpe législatif » , le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a promis aux Catalans, lundi 3  septembre, un référendum sur un nouveau statut de leur région qui leur garantirait plus d’autonomie. L’annonce n’a pas été reçue comme il l’espérait par les indépendantistes, qui, comme leur appellation l’indique, veulent l’indépendance et non pas davantage d’autonomie. Ils ont donc promis, en réponse, de nouvelles mobilisations.

Lors d’un entretien à la radio espagnole Cadena SER, le premier ministre socialiste a  en effet annoncé que le dialogue avec le président catalan, Quim Torra, débuté lors de leur premier entretien le 9  juillet à Madrid, devait déboucher sur  » un vote (…) pour un renforcement de l’autonomie «  de la région, pour  » l’autonomie, non pour l’autodétermination « , a tenu à préciser Pedro Sanchez, sans avancer de date pour cet hypothétique scrutin. En  2006, sous le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, les Catalans avaient déjà adopté à 73  % des suffrages un statut d’autonomie, mais il avait été en partie annulé en  2010 par la Cour constitutionnelle, saisie par le Parti populaire (PP, droite).

A Barcelone, les paroles de Pedro Sanchez n’ont pas apporté l’apaisement escompté.  » Le processus d’indépendance est irréversible « , a répondu Quim Torra , têtu comme une bourrique catalane, dans une interview diffusée simultanément sur la chaîne catalane TV3.

 » Le droit à l’autodétermination de la Catalogne ne peut pas être mis sous le tapis « , a ajouté le responsable séparatiste, qui a promis  » d’aller jusqu’au bout « . Il l’a d’ailleurs confirmé lors d’un discours mardi 4  septembre au Théâtre national catalan. Même réponse du côté de la Gauche républicaine catalane (ERC), partenaire de Quim Torra au  gouvernement.  » Nous n’avons pas manifesté pendant dix ans pour avoir plus d’autonomie, nous avons dépassé cette étape « , a déclaré Marta Villalta, porte-parole de l’ERC. Ces réactions sont peu encourageantes pour Pedro Sanchez, qui s’est employé à rétablir le dialogue avec la Catalogne depuis son arrivée au pouvoir le 2  juin. Son souhait est de revenir à la normalité après la tentative de sécession du 27  octobre 2017, qui avait déclenché la mise sous tutelle de la région jusqu’en mai  2018. Il fait semblant de ne pas y croire mais il va s’y casser les dents ! (Lire « Catalogne: ces conciliabules ne mèneront pas bien loin » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/07/11/catalogne-ces-conciliabules-ne-meneront-pas-bien-loin/).

Lors de leur entretien, Pedro Sanchez et Quim Torra avaient réussi à  briser la glace, mais avaient aussi étalé leurs profondes divergences. Le responsable nationaliste avait à nouveau défendu le droit à l’autodétermination de la Catalogne, et le premier ministre lui avait rappelé que ce droit n’existait pas dans la Constitution espagnole.

En minorité au Parlement à Madrid, Pedro Sanchez dispose d’une faible marge de manœuvre.Son idée de référendum n’a reçu le soutien que du parti de la gauche radicale, Podemos.  » C’est toujours une bonne idée de voter. Même lorsqu’il s’agit d’un référendum consultatif « , a déclaré son responsable Pablo Iglesias, qui a souhaité que  » la Catalogne fasse toujours partie de l’Espagne « . Le PP, qui accuse déjà M. Sanchez de chercher à  » contenter les séparatistes « , qui ont soutenu son investiture, a, lui, refusé l’idée d’un scrutin.  » L’autonomie dont jouit déjà la Catalogne est tout ce que nous pouvons lui donner « , a assuré son chef de file, Pablo Casado. Pour Albert Rivera, dirigeant des centristes de Ciudadanos, la proposition de M. Sanchez est une  » ineptie « . C’est en effet mal parti…

Le calendrier politique catalan s’annonce chargé. Le 11  septembre, les séparatistes célébreront la Diada, la fête de la Catalogne, l’occasion pour les mouvements indépendantistes de marquer la rentrée. Cette année, elle sera dédiée aux neuf responsables nationalistes emprisonnés pour avoir participé à la tentative de sécession. Le 1er  octobre, premier anniversaire du  » référendum  » d’autodétermination organisé par les sbires de Carles Puigdemont -toujours en exil-, les grandes plates-formes nationalistes – l’Assemblée nationale catalane et l’association Omnium – ainsi que les comités de défense de la République, qui mettent sur pied des actions de rue, ont annoncé de grandes mobilisations. Celles-ci pourraient devenir  » permanentes « , a averti Quim Torra, si les  » prisonniers politiques « , qui doivent être jugés à la fin de l’automne, ne sont pas  » exonérés de toute culpabilité « .

En octobre  2017, Pedro Sanchez avait soutenu la décision du gouvernement de son prédécesseur, le conservateur Mariano Rajoy, de mettre la Catalogne sous tutelle en enclenchant pour la première fois l’article 155 de la Constitution espagnole. Lundi, le premier ministre a assuré que l’article  155 restait un  » instrument légitime et parfaitement constitutionnel « , que son gouvernement n’hésiterait pas à utiliser si nécessaire.

Nous vous le disions, cette affaire est très mal partie mais a de bonnes chances de mener l’Espagne à de nouvelles élections législatives.

Le 11 septembre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Espagne: Pedro Sanchez se prend les pieds dans le tapis catalan.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 11, 2018 à 8:22 #

    Elelctions législatives en Espagne, signifie retour de la droite en Espagne. Car en Catalogne, l’indépendantisme est entré dans une spirale idéologique»

    Coauteur de L’INDEPENDANCE CATALANE EN QUESTION, le géographe Cyril Trépier ne voit pas de sortie de crise tant que les dirigeants catalans actuels resteront au pouvoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :