Les affaires reprennent !

11 Sep

Après une pause estivale, la commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Macron-Benalla va reprendre ses auditions dès cette semaine a annoncé son président, le sénateur Philippe Bas.

Le chef de cabinet d’Emmanuel Macron, François-Xavier Lauch, sera auditionné mercredi 12 septembre. La commission des lois du Sénat, dotée des prérogatives d’une commission d’enquête, a également prévu le même jour l’audition du général Eric Bio-Farina, commandant militaire de la présidence de la République, et de Maxence Creusat, commissaire de police à la direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris.

M. Bas a également laissé entendre que la commission entendrait le principal protagoniste de cette affaire, Alexandre Benalla, qui est accusé de violences lors des manifestations du 1er mai à Paris. Nous croyons savoir que cette audition aura lieu le 19 septembre.  M. Bas ne croit pas en effet à la « thèse officielle », selon laquelle M. Benalla était « un employé qui se consacrait uniquement à une fonction d’organisation sans prendre part à la protection du président ».

Depuis la mi-juillet, M. Benalla a été mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique », « port public et sans droit d’insignes réglementés », « recel de détournement d’images issues de la vidéoprotection » et « recel de violation du secret professionnel ». Une belle liste d’accusations pour un seul homme…de main.

Après les premières auditions réalisées par la commission en juillet, « il apparaît vraisemblable, malgré les dénégations, que M. Benalla a rempli une fonction de protection personnelle du chef de l’Etat, alors que, dans nos institutions, c’est la responsabilité d’un service de l’Etat », a également dit M. Bas dans Le Figaro. Or, la protection du président « ne peut reposer sur un arrangement privé », car « face au risque terroriste, il en va de la personne du président, mais aussi de la continuité de l’Etat et de la stabilité de nos institutions ».

M. Bas regrette, par ailleurs, un manque de transparence de la part de l’Elysée. Il regrette ainsi que la commission n’ait « toujours pas la fiche de poste et le salaire de M. Benalla ». « La transparence ne saurait être à géométrie variable », clame-t-il :

« Cette information relève du secret de la défense nationale ? Est-ce que la rendre publique met en péril des institutions ? Savoir exactement ce que M. Benalla faisait à l’Elysée n’est pas une exigence disproportionnée », a-t-il précisé.

Si le Sénat poursuit ses auditions, qui prendront encore plusieurs mois, la commission d’enquête de l’Assemblée nationale avait fini par imploser, début août, après seulement quatre jours d’auditions. En cause : le désaccord entre la majorité et l’opposition sur la liste des personnes à entendre. Là où les oppositions ont vu une « obstruction » de la part de la majorité, celle-ci a jugé « inutile » de poursuivre des auditions pour des actes correspondant à « des dérives individuelles ». A la fin du mois de juillet, le corapporteur de la commission d’enquête, le député LR Guillaume Arrivé, avait fini par claquer la porte, jugeant que cette commission était devenue « une parodie ».

Emmanuel Macron aurait-il quelque chose à cacher ?

Le 11 septembre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “Les affaires reprennent !”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 11, 2018 à 8:16 #

    Un directeur général des services nommé à l’Elysée à la suite de l’affaire Benalla !

    Le dirigeant adjoint de Pôle emploi va être chargé de réorganiser le bon fonctionnement de la présidence. Jérôme Rivoisy est issu de la même promotion de l’ENA qu’Emmanuel Macron.

    Comme l’a si bien relevé le sénateur Philippe Bas, la protection du président « ne peut reposer sur un arrangement privé », car « face au risque terroriste, il en va de la personne du président, mais aussi de la continuité de l’Etat et de la stabilité de nos institutions ».

    En plus si le collaborateur du Président commet des abus de pouvoir -Benala a été mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique », « port public et sans droit d’insignes réglementés », « recel de détournement d’images issues de la vidéoprotection » et « recel de violation du secret professionnel »- çà commence à faire trops.

    Jérôme Rivoisy a été choisi pour occuper le nouveau poste de directeur général des services de l’Elysée, selon la présidence, confirmant une information du Monde, révélée lundi 10 septembre. L’actuel directeur général adjoint de Pôle emploi prendra ses nouvelles fonctions la semaine prochaine.

    Diplômé de l’ENA en 2004 et issu de la même promotion (« Léopold Sédar Senghor ») qu’Emmanuel Macron, rapporte Le Monde, Jérôme Rivoisy est passé notamment par le tribunal administratif de Paris et l’Inspection des finances avant de rejoindre Pôle emploi. Le quotidien indique que le futur directeur général des services sera placé sous l’autorité de Patrick Strozda, l’actuel directeur de cabinet du président de la République.

  2. Hervé J. VOLTO septembre 11, 2018 à 8:25 #

    Les Français de plus en plus sévères envers les traits de personnalité d’Emmanuel Macron : c’est ce que révèle un sondage. En effet, impatients de constater des résultats, les Français jugent de plus en plus sévèrement les traits de personnalité du Président. L’autorité devient autoritarisme, l’audace, arrogance et l’expertise, déconnexion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :