Gladstone avait raison, la statistique est bien la forme la plus élaborée du mensonge.

13 Sep

L’Europe de 2050 sera-t-elle peuplée à 25 % d’immigrés subsahariens ? Depuis que l’écrivain Stephen Smith a prophétisé, en début d’année dans La Ruée vers l’Europe (Grasset), que le vieux continent comptera 150 à 200 millions d’Afro-Européens dans trente ans, la question a trouvé d’autres porte-voix.

Dans le contexte de submersion de l’Europe par des hordes migrantes venues, pour une bonne part, d’Afrique, la démonstration de l’universitaire et ex-journaliste a séduit jusqu’au sommet de l’Etat, où Emmanuel Macron estimait, le 16 avril, que l’auteur avait « formidablement décrit » la menace d’une jeunesse africaine massée sur l’autre rive de la Méditerranée, à qui il ne manque qu’un « go » pour s’élancer vers les capitales européennes.

Pourtant, depuis le haut de sa chaire Migrations et sociétés, au Collège de France, François Héran vient de décider de s’élever contre cette vision sombre des choses. Ce sociologue, anthropologue et démographe, prétend aujourd’hui que cette invasion est un mirage…

« L’ordre de grandeur le plus réaliste est cinq fois moindre », est-il même venu à dire, réfutant le spectre d’une Europe à 25 % afro européenne. Voici ses arguments : « Les Subsahariens, qui représentent 1 % de la population européenne [1,5 % de la population française selon les chiffres officiels – soigneusement tenus secrets et donc probablement sous-évalués –] représenteront tout au plus 3 ou 4 % de la population des pays du nord en 2050 », ajoute-il dans le dernier numéro de Population et Sociétés, la revue de gauche de l’Institut national d’études démographiques (INED), qui sort aujourd’hui, où il signe un article intitulé « l’Europe et le spectre des migrations subsahariennes ».

Cette analyse sonne comme le premier round d’un match devant l’opposer aux tenants du « Grand Remplacement » de la civilisation européenne par les immigrés – développée par Renaud Camus – ou de La Ruée vers le vieux continent, de M. Smith. Les élections européennes de mai 2019 devraient d’ailleurs faire caisse de résonance à ce débat qui traverse l’Europe, se nourrissant simultanément de l’indiscutable croissance démographique prévue en Afrique dans les décennies à venir, et de la crise de l’accueil des migrants en Europe.

François Héran affirme qu’aujourd’hui « 70 % des migrants subsahariens s’installent dans un autre pays africain, 25 % se répartissent entre le Golfe et l’Amérique du Nord et 15 % viennent en Europe », relativise le chercheur qui ajoute :

« Si l’on intègre la croissance démographique projetée par l’ONU. C’est-à-dire le passage de 970 millions d’Africains en zone subsaharienne à 2,2 milliards en 2050 (…), les immigrés subsahariens installés dans les pays de l’OCDE pourraient représenter en 2050 non plus 0,4 % de la population, mais 2,4 %. » Ce qui fait tout de même 5 FOIS PLUS QU’AUJOURD’HUI !

Ces analyses, rappelle M. Héran, tiennent compte du fait que « que l’Afrique émigre moins que l’Amérique centrale, l’Asie centrale ou les Balkans ». Pour arriver à cette conclusion et à ce chiffrage précis, le chercheur – qui a aussi une casquette de statisticien à l’Insee – a travaillé sur un outil construit par la Banque mondiale, l’OCDE et le FMI, qui recense depuis quinze ans le nombre de natifs d’un pays résidant ailleurs.

Les mouvements des populations aujourd’hui « confirment un résultat connu de longue date des économistes : plus un pays est pauvre, moins ses habitants ont de chance de migrer au loin. S’ils émigrent, c’est d’abord dans les pays limitrophes ». Serait-ce un encouragement à maintenir l’Afrique dans la misère ?

Pour François Héran, il faudrait un saut en matière de développement pour que l’Afrique émigre vraiment massivement. Or « les données qu’explore Stephen Smith s’appuient sur une Afrique qui aurait atteint le même niveau de richesse que le Mexique. Niveau de développement dont en est globalement loin », ajoute-t-il.

De même, il réfute l’idée que les populations se « déversent »mécaniquement des pays à forte fécondité vers les pays à faible fécondité puisqu’à ce jour, « ceux qui comptent au moins 4 enfants par femme ont envoyé 5 % seulement de leurs migrants vers les pays ayant moins de 1,7 enfant. Les pays les plus mobiles sont les plus engagés dans la transition démographique, que ce soit au Sud ou au Nord », ajoute le chercheur. 

Et c’est là que nos points de vue divergent gravement. En effet, même si la mobilité était inversement proportionnelle à la fécondité (ce qui reste à démontrer sur le long terme) on ne peut écarter d’un revers de la main ces trois arguments qui accroissent la migration :

1/ une forte fécondité entraine à moyen et long terme un accroissement de la misère (nous en connaissons un parfait exemple près de chez nous, dans l’île de Minorque au XIXe siècle) et donc de l’émigration ;

2/ le premier temps d’émigration qu’il qualifie de  » régionale  » n’est jamais que provisoire car l’accueil de ces migrants (parfois de religion différente) dans d’autres pays africains est d’abord toléré par les populations locales avant d’être plus ou moins violemment rejeté. Les exemples ne manquent pas en Afrique centrale ou orientale. Il s’en suit immanquablement une redistribution de ces migrants jusqu’à les orienter vers des projets d’Eldorado que nous connaissons bien ;

3/ il est indéniable que le développement économique de l’Afrique progresse tout en restant pour longtemps modeste. Mais il progresse suffisamment pour stimuler de plue en plus la mobilité et donc la volonté d’émigrer (ainsi que l’affirme d’ailleurs le chercheur dans son travail).

Dans tous les cas donc, et à l’échéance relativement brève d’un demi-siècle, les migrations d’origine africaine ne feront que croître…sans embellir. Ajoutez-y que la situation n’est pas meilleure en ce qui concerne les migrants d’origine maghrébine.

Autrement dit, en matière de  » Grand Remplacement « , si rien n’est fait pour en prendre véritablement la mesure et y remédier, il faut accepter l’idée que nous avons mangé notre pain blanc !

Le 13 septembre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Gladstone avait raison, la statistique est bien la forme la plus élaborée du mensonge.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 13, 2018 à 1:51 #

    La France n’est pas qu’un territoire de forme exagonale. C’est avant tout LA NATION DES FRANCS QUI A DIEU POUR FONDATEUR. La France est sortie toute entière Chrétienne du Baptistère de Reims et quelques soient nos opinion aujourd’hui, la France possède un histoire, elle constitue un héritage commun : ses racines sont Chrétiennes ! Il faudrait éaffirmer le droit à la filiation dans l’esprit du Testament de Saint-Rémy:  » NAIT FRANCAIS TOUT CITOYEN NE DE PERE ET DE MERE CATHOLIQUES  » ; empécher toute naturalisation de citoyen non-Chrétiens, établir pour des immigrés Chrétiens la naturalisation comme procédure unique, instaurer une période probatoire, appliquer la loi sur la déchéance, rendre impossible la double nationalité, mettre fin aux mariages de convenance.

    Celà ne peut être fait avec notre constitution actuelle. Il faudra, ou réfoener la constitution, ou la changer.

    Une fois la possibilité de réfoemer le code de nationalité Française – » NAIT FRANCAIS TOUT CITOYEN NE DE PERE ET DE MERE CATHOLIQUES « – il faufrait protéger l’identité nationale, arréter toute nouvelle immigration non-Chrétienne, instaurer la préférence nationale dans ‘obtention des aides sociales et l’obtention d’un logement comme d’un emploi : arréter les pompes asspirantes, en somme ! et, enfin, organiser le retrour des immigrés dans leur pays d’origine…

    La France deviendrait beaucoups moins attirante et les immigrés iraient ailleurs ! Les Pays du Visegarde (Hongrie, Slovaquie,m République Tchèque, Pologne- l’ont bien compris. L’autriche et l’Italie également…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :