Ces peuples qui ne veulent pas mourir.

22 Sep


Nous vous recommandons la lecture du dernier article de Charlotte d’Ornellas dans Valeurs Actuelles, intitulé « CES PEUPLES QUI NE VEULENT PAS MOURIR« , qui traite de ces pays qui, en Europe, se dressent contre la pensée conforme et obligatoire qui voudrait imposer le « Grand Remplacement« . Passionnant:

Valeurs Actuelles – ces peuples qui ne veulent pas mourir

Valeurs Actuelles – ces peuples qui ne veulent pas mourir 

Valeurs Actuelles – ces peuples qui ne veulent pas mourir

Valeurs Actuelles – ces peuples qui ne veulent pas mourir

Le 22 septembre 2018.

(Merci à GJ)

Publicités

2 Réponses to “Ces peuples qui ne veulent pas mourir.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 22, 2018 à 11:53 #

    Bravo GJ ! Et merci…

    Oui, ils travaillenent depuis des annèes à constituerl’alternative politique pour répondre au malaise grandissant des peuples européens. Après Kasisnky -voualnt économiser l’agent des contribuables, il a voulu faire voyeger tous les membres du gouvernement polonnais dans un seul avion : il a été facile de l’abattre avec un missile, et le jumeau de Kasisky d’y remmettre la vie avec ses ministres ! plus difficile faire porter le chapeau aux riusses, qui n’ont rien à voir là dedant- Orban et salvini sont leurs nouveaux héros, tandisque leurs socres électoraux inquiètent en haut lieu. On les appelle les populistes. Et s’ils n’étaient que des patriotes ?

    Car n’en déplaise à certains, la génération anti-communiste, Chrétiennement engagée, de sensibilité nationale, arrive à présent dans la politique Française…

  2. Hervé J. VOLTO septembre 22, 2018 à 1:01 #

    En France, les patriotes sont dans l’opposiiton. Ce qui est fait est fait. Inutile de faire de la diétorlogie à l’italienne : « si le symdrome de la maratre aidgrie n’avait poussée cette dernière à mettre au placard la plus belle du Royaume, elle auraient été élue, beauoups de jeunes Franòais de souche s’identifiants avec la nièce, etc… ».

    Marion Maréchal de retour pour «dézombifier» la jeunesse conservatrice ?

    Lors d’une soirée anti-Mai 68, Marion Maréchal avait livré sa première expression publique depuis un an devant un millier de jeunes « tradis », dont beaucoup d’ex-fillonistes reconvertis, des Roycos, des Cathos, ces deux derniers étant souvent les mêmes.

    Marion Maréchal avait fait sa première apparition publique en France depuis son retrait de la vie politique. Lors de cette conférence baptisée « Débranchons Mai 68 », coorganisée par le magazine d’extrême droite L’INCORRECT et l’association versaillaise les EVEILLEURS D’ESPERENCE, l’ancienne députée FN aavait formulé son projet de « résurrection intellectuelle de la droite conservatrice ».

    L’événement, ce fut « Marion ». Quelque 1 200 jeunes BCBG étaient venus l’écouter sur la scène de la Palmeraie, cette salle parisienne au décor caraïbe, où des intellectuels appréciés à l’extrême droite –comme le directeur de L’INCORRECT Jacques de Guillebon ou la très populaire journaliste Charlotte d’Ornellas– imaginèrent un « autre 68 ». Pour cette première partie de « conférence-cocktail-soirée », les journalistes furent tenus à distance. Gentiment priés ensuite de regagner la sortie par les arrière-cuisines.

    L’action se joua pourtant derrière le rideau doré du carré VIP, à l’écart des néons roses et bleus, où la fête se prolongea ensuite dans une atmosphère feutrée. Prisonnière d’un flot continuel d’admirateurs, robe noire et bouquet de roses blanches à la main, Marion Maréchal recueillit les compliments à la pelle. Celle qui a délaissé le nom Le Pen, après un an de « retraite » de la vie politique, renoua volontiers avec la mécanique des selfies et des sourires appuyés.

    Depuis, Marion Maréchal annonça qu’elle dirigerait une école mi-business school mi-Sciences Po, proche de la Droite ultra-conservatrice, dans l’esprit des Grandes Ecoles. Elle en inaugua les locaux. Trois journalistes se sont vus ce jour là refuser l’accès, le lieu étant une « entreprise privée et non un parti politique », a-t-elle estimé.

    La première promotion a ainsi fait son entrée à l’Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep) de Marion Maréchal, dans le quartier de la Confluence, à Lyon. la promo s’apelle « Saint-Ex ». Cinquante élèves ont suivi leurs premiers cours de management dans le local déjà étroit et sans fenêtre.

    -Pour que ça prenne, il faut développer une culture de Quartier latin, une atmosphère de promo ! espère Patrick Louis, coprésident du conseil scientifique de l’Issep.

    la relève est assurèe. Pendant ce temps, Steve Bannon se remet au service du «trumpisme» aux Etats-Unis et en Europe. L’ancien conseiller spécial de la Maison Blanche mobilise pour défendre le bilan de Donald Trump à l’approche des élections de mi-mandat et répandre ses idées sur le « vieux continent ». Depuis, Steve Bannon avait assisté au congrès de Lille aux côtés de Marine Le Pen.

    Nous aussi, nous sommes réfractaires au suicide programmé de la nation Franòaise et de la civilisation Chrétienne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :