Aux Antilles, le Père Noël est descendu du ciel avant l’heure.

2 Oct

À  peine arrivé en Guadeloupe, vendredi, Emmanuel Macron s’est rendu au domicile d’une famille touchée par les coupures d’eau potable, un problème récurrent sur l’île.  » Je veux que dans notre pays, sur tous les territoires, l’accès à l’eau courante de qualité soit une réalité. Aujourd’hui, cela n’est pas le cas et ce n’est pas tolérable !  » Il n’y aura plus de  » tours d’eau « , c’est-à-dire de coupures de l’alimentation,  » dans les deux ans « , a-t-il promis. Premier cadeau de Noël du chef de l’Etat. Mais, rassurez-vous il y en eu d’autres…

 » L’Etat sera au rendez-vous. (…) Nos concitoyens l’attendent et nous leur devons ! «  Tant pis si cette responsabilité ne relève pas de l’Etat mais des collectivités locales.  » On va mettre la pression sur les élus «  (deuxième cadeau).

A Saint-Martin, île ravagée par l’ouragan Irma il y a un an et où il avait promis de revenir pour surveiller l’avancement de la reconstruction, Emmanuel Macron s’en est pris aux élus locaux, accusés de ne pas faire assez et trop lentement.  » Il y a eu trop de connivence, trop d’ententes, parfois même de la corruption, il faut que cela cesse «  (troisième cadeau) s’est-il plaint lors d’une visite de près de quatre heures à Quartier d’Orléans, ville parmi les plus pauvres du territoire, où il s’est dit  » en colère «  devant les fenêtres toujours brisées des HLM et les toitures pas encore remplacées.

 » Dans un an, il y aura des toits dans ce quartier «  (quatrième cadeau) a promis le président de la République aux habitants, qui l’ont littéralement pris par la main pour lui faire visiter leurs logements, malgré les réticences des officiers de sécurité de l’Elysée et du protocole, qui lui avait balisé un parcours….sur des trottoirs repeints à neuf et dégagés des débris qui les jonchaient il y a encore quelques jours !

 » On va mettre plus de contrôles parce que je ne peux pas accepter ce que j’ai vu aujourd’hui « , a  cinglé le chef de l’Etat (cinquième cadeau). La collectivité territoriale de Saint-Martin dispose d’un statut d’autonomie depuis 2007, qui lui octroie des compétences supplémentaires. Emmanuel Macron a quand même promis d’envoyer des brigades d’inspecteurs pour accélérer les choses (sixième cadeau).

Même engagement pour les sargasses, ces algues brunes dont la prolifération est devenue un fléau dans les Antilles et une menace tant pour la santé des habitants des zones côtières que pour le tourisme.  » Nul ne découvre le sujet depuis un an. Mais on avait aussi un peu tardé à  régler le problème, comme souvent « , s’est ému le chef de l’Etat, rappelant qu’il n’était pas comptable des errements de ses prédécesseurs.

Désireux d’apporter une réponse concrète, il s’est engagé à ce que ces algues soient évacuées….au maximum deux jours après leur arrivée sur les plages (septième cadeau), c’est-à-dire avant qu’elles se  décomposent et dégagent des gaz nauséabonds (hydrogène sulfuré et ammoniac), responsables de maux de tête et de vomissements.  » L’Etat participera au fonctionnement des barges de collecte en voie d’acquisition par la région Guadeloupe à hauteur de 500 000  euros par an pendant trois ans « , a promis Emmanuel Macron (huitième cadeau).  » Ce n’est plus Jupiter, c’est le président des réunions de quartier « , commentait un membre de la délégation. Mais non, c’est simplement le Père Noël en avance de dix semaines !

Signe de la plénitude de sa hotte, Emmanuel  Macron n’a laissé aucun des cinq ministres qui l’accompagnaient prendre la parole lors des différentes étapes de son périple antillais, se  réservant à chaque fois les annonces et les réponses aux questions posées.

Côté communication, mot d’ordre avait été aussi passé de se montrer plus accessible. Tout au long de son voyage, le président de la République a évité les grands discours qu’il affectionne – l’Elysée a  calculé qu’il en avait prononcé 250 la première année du mandat –, pour privilégier les échanges directs, notamment avec les journalistes.  » Il faut qu’on simplifie notre discours, notre expression, notre rapport aux médias, reconnaissait un conseiller. Le mot émancipation, par exemple, ne parle pas aux gens, il faut l’illustrer, simplifier sans abêtir. « 

Mais cette stratégie de proximité comporte aussi des risques. Lors de sa visite à Quartier d’Orléans, Emmanuel Macron a été invité par deux jeunes, dont un ex-braqueur sorti de prison, à visiter l’appartement de leur mère. Sur un selfie avec le président de la République, posté sur les réseaux sociaux, on voit l’un d’eux, torse nu, faire un doigt d’honneur (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/09/30/carte-postale-de-saint-martin/).  » On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C’est impardonnable « , a immédiatement réagi Marine Le Pen sur Twitter.

Mais la stratégie, toute en séduction mais aussi en bakchichs, concoctée par l’Elysée ne s’accompagnera d’aucun changement de fond. Car, que les habitants des Antilles le sachent, Emmanuel Macron le répète, il n’a pas l’intention de changer de politique.  » Je veux qu’on aille encore plus vite, encore plus fort « , a-t-il répondu à des  habitants du bourg martiniquais de Saint-Pierre.

La preuve, s’il regrette d’avoir été mal compris après avoir conseillé à un jeune horticulteur de  » traverser la rue «  pour trouver du travail dans l’hôtellerie-restauration, une phrase  » sortie de son contexte «  selon lui, Emmanuel Macron a assumé le fond de son propos.

A un jeune de Goyave (Guadeloupe) qui l’interpellait sur ce sujet, le chef de l’Etat a répondu qu’il attendait que chacun  » prenne ses responsabilités (…). Et donc, quand il y a des offres d’emploi qui existent, même si ce n’est pas exactement ce que l’on veut, peut-être au début accepter pendant quelques mois pour se mettre le pied à l’étrier « . Oublie-t-il combien ces jeunes gens sont courageux et pugnaces au travail ?…(Lire « La méthode du gouvernement pour rétablir l’ordre à Saint-Martin » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/09/11/la-methode-du-gouvernement-pour-retablir-lordre-sur-lile-de-saint-martin/).

Pillards fuyant la gendarmerie de Saint-Martin, après Irma, sans risque d’être arrêtés

Le 2 octobre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Aux Antilles, le Père Noël est descendu du ciel avant l’heure.”

  1. HERVE JOSEPH VOLTO octobre 2, 2018 à 9:54 #

    La demende sera : pourquoi dans la néerlandaise, tout est déjà presque reconstruit, et que dans la partie Française, les gens vivent encore sous les dècombres ? pourquoi les magasins Français ne sont-ils pas enocre ré-aprovisionnés et que ls Français doivent-ils faire les courses chez les néerlandais, les magasins étant là-bas déjà refournis en marchandises ? Et pourquoi le Miami antillais, en amont, a toujours étè dans la partie néerlandaise de Saint Martin ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :