Ça va tanguer Place Beauvau.

18 Oct

Il y avait déjà eu le duo Gérard Collomb – Jacqueline Gourault dont on a vite compris que le rôle de la seconde consistait à alléger la lourde tâche du premier dans ses missions du quotidien et lui permettre ainsi de rentrer tous les week-ends à la maison !

Et voilà que le faux remaniement du gouvernement d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe nous inflige un nouveau tandem encore plus hétéroclite : un ministre que l’on qualifiera de « politique » (ami intime et de la première heure d’Emmanuel Macron, ex-dirigeant du parti présidentiel et ex-porte-parole du gouvernement) manifestement chargé d’un redécoupage électoral chirurgical et un secrétaire d’Etat plus « technicien« , ancien patron de la direction générale de la sécurité intérieure certes mais aussi, souvenez-vous, ancien préfet de police des Bouches-du-Rhône entre 2015 et 2017, poste dans lequel il fut confronté à d’innombrables règlements de comptes liés aux trafics de drogue et d’armes de guerre, et dont il n’est jamais parvenu à venir à bout.

Les forces de l’ordre n’avaient plus vu telle combinaison depuis Charles Pasqua et Robert Pandraud, entre 1986 et 1988, une expérience qui reste très mitigée aux yeux des plus anciens. C’est pourtant avec un a priori assez positif que les deux nouveaux locataires de Beauvau ont pris leurs quartiers mardi après-midi. M. Castaner bénéficiant de sa proximité avec le chef de l’Etat pour prétendre être un interlocuteur crédible. M. Nuñez arrive, lui, précédé de sa réputation de spécialiste de sécurité, même si son passage à Marseille n’a pas été convainquant.

Mais le duo ne bénéficiera pas de la même mansuétude sur le plan politique. Christophe Castaner a été bizuté par la droite hier au Sénat, qui a peu goûté le ton d’une réponse sur les phénomènes de bandes, lors des questions au gouvernement. Les parlementaires ont quitté l’Hémicycle avant de l’attendre à la sortie pour lui offrir une bronca de bienvenue.

La journée était alors loin d’être achevée. Après avoir tenu leur première réunion de sécurité à Beauvau, le ministre et le secrétaire d’Etat ont rendu visite aux sapeurs-pompiers d’Argenteuil (Val-d’Oise). Le rythme des jours à venir ne devrait pas faiblir, avec notamment un déplacement dans l’Aude sur les lieux des inondations et une participation vendredi aux obsèques de la policière tuée en service lundi matin à Albi.

Mais d’autres questions d’actualité vont rapidement se poser car, au milieu de cet agenda chargé, Christophe Castaner et Laurent Nuñez doivent s’occuper de la structuration de cet insolite ministère bicéphale.

On en est même déjà étonné en découvrant que Stéphane Bouillon en sera l’homme-clé. Ce préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été nommé directeur du cabinet, poste qu’il avait déjà occupé sous le ministère de…Claude Guéant. Quant aux chefs de cabinet et autres conseillers « auprès de« , ils sont attendus au tournant. Politiques ? techniciens ? Qui vivra verra…

Il restera à trancher la répartition des tâches entre les deux entités. Laurent Nuñez sera-t-il là pour suppléer Christophe Castaner dans ses missions comme le fut Jacqueline Gourault ou bénéficiera-t-il d’attributions spécifiques ? Certains au sein des forces de l’ordre l’imaginent déjà dans un rôle de grand patron des polices, capable de réconcilier les nombreuses chapelles. Une étiquette de  » super-flic  » qui, à Beauvau, ferait sans doute beaucoup d’ombre au  » premier flic de France « .

Accrochez-vous, ça va tanguer.

Le 18 octobre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “Ça va tanguer Place Beauvau.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 18, 2018 à 9:48 #

    C’est exactement comme celà : Castaner le ministre, « politique », intime du Président et nommé à un poste dont il n’ a pas les compétences, restant en aire stratétégique -comprenez dans les bureaux- et servant seulement à visiter les sapeurs-pompiers, assister aux obsèques de membres de l’ordre tombés en faisant leur devoir ou les sinistrés de l’Aude et faire un travail « administratif » de redécoupage électoral et de coordination de l’Intéreur, des cultes et de l’organisation des élections, et Nunez, le secrétaire d’Etat, un « Technique », qui descend en aire tatctique, sur le terrain, le « Vidoq » chargé de faire le job, grand patron des polices, capable de réconcilier les nombreuses chapelles des forces de l’ordre et d’intelligence intérieur.

    Un Premier Flic de France en titre, homme de cabinet, et un super-flic de fait, homme de terrain. Oui, le second devra avoir l’intelligence de ne pas faire de trops d’ombre au second…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :