En 1788, c’était le prix du blé. En 2018, c’est le prix des carburants.

2 Nov

Autres temps autres moeurs mais autres temps…mêmes révoltes.

Dimanche 28  octobre, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont chacun donné un entretien, respectivement dans Le Parisien-Aujourd’hui en France et Le Journal du dimanche pour tenter de désamorcer la colère des Français concernant leur pouvoir d’achat, alors que la hausse du prix des carburants fait ressurgir le spectre d’un ras-le-bol fiscal.

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron l’avait martelé :  » Il faut augmenter le pouvoir d’achat « , notamment celui des salariés. Mais depuis le début de son mandat, le chef de l’Etat a du mal à donner corps à cette promesse. Mais n’est-il pas vrai que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !

Simple contretemps, plaidait-on jusqu’ici dans les allées du pouvoir. Avec la suppression de la totalité des cotisations salariales (maladie et chômage), entrée en vigueur en octobre, et la diminution de 30 % de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables, elle aussi mise en pratique cet automne, les Français allaient enfin se rendre compte des efforts de l’exécutif, espérait-on à l’Elysée comme à Matignon.

Las ! La hausse du prix des carburants, du fait de l’envolée des cours du pétrole, mais aussi de l’augmentation des taxes, est en train de mettre à terre le plan du gouvernement. L’alignement du litre de gazole (diesel) sur celui de l’essence sans plomb, intervenu il y a quelques semaines, a agi comme un détonateur. Un appel à manifester le 17  novembre a été lancé sur les réseaux sociaux et une pétition en ligne, demandant la diminution des prix à la pompe, a déjà récolté plus de 530 000 signatures sur le site Change.org. Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, et Nicolas Dupont-Aignan, celui de Debout la France, ont embrayé et appellent à bloquer la France lors de cette manifestation.

Dans les rangs de la majorité, l’heure est à l’inquiétude, pour ne pas parler d’angoisse .  » Les Français ont le sentiment qu’on leur reprend de la main droite ce qu’on leur a donné de la main gauche, c’est dangereux « , pointe avec lucidité un élu de La République en marche (LREM). Selon un sondage IFOP publié dimanche 28  octobre, 72 % des personnes interrogées pensent que leur pouvoir d’achat a baissé depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Pis, 84  % d’entre elles estiment que la politique menée par l’exécutif ne permettra pas de l’améliorer.  » Le carburant, c’est un marqueur de la consommation « , reconnaît Michel-Edouard Leclerc, le président des hypermarchés Leclerc, interrogé lundi sur LCI.

Officiellement, l’exécutif dit ne pas s’inquiéter de cette défiance.  » La hausse du prix des carburants, on le sait depuis longtemps, est un vrai sujet irritant pour les Français. Mais elle ne doit pas nous faire dévier de notre route « , explique-t-on à Matignon, où l’on assure qu’il n’est pas question de remettre en cause les mesures fiscales destinées à favoriser la transition écologique. Selon le projet de loi de finances actuellement débattu au Parlement, les taxes pesant sur le diésel doivent encore augmenter de 6,5 centimes par litre le 1er  janvier prochain, et de 2,9 centimes pour l’essence. Interrogé le 24  octobre, Edouard Philippe a confirmé vouloir  » faire en sorte que l’utilisation constante et croissante du fioul et du pétrole soit moins simple « . Mais le Premier ministre n’a pas imaginé une seconde que les premières victimes de ce mécanisme sont les Français les moins riches car ce sont eux, surtout, qui se chauffent au fioul et roulent au diésel…Pauvre andouille !

 » Le premier ministre assume les mesures de la transition écologique, mais il faut aussi montrer qu’on aide les Français au quotidien, explique l’entourage d’Edouard Philippe. Pas en disant qu’on va faire le grand soir du pouvoir d’achat, mais en étant le plus concret possible. «   Mais, pour Aurélien Taché, député (LRM) du Val-d’Oise, «  il ne faut pas que les ménages les plus modestes soient impactés par cette hausse. Il y a sans doute moyen de faire plus en matière de chèque énergie ou de prime à la conversion « . Son collègue de Maine-et-Loire Matthieu Orphelin propose de  » majorer le barème kilométrique utilisé pour le remboursement des frais réels de déplacement « , quand le prix du baril dépasse un certain seuil. En réalité, les élus LREM tremblent chaque fois qu’il leur faut retourner dans leur circonscription, de peur de finir pendus à la lanterne !

 » Nos sociétés occidentales sont aujourd’hui aussi sensibles au prix du carburant que l’étaient celles de l’Ancien Régime à celui du blé. Cela peut flamber très vite « , met en garde Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP.

Les observateurs estiment qu’Emmanuel Macron pourra difficilement s’en sortir sans mesure forte.  » Le pouvoir d’achat est toujours un sujet compliqué parce que les Français sont persuadés que le gouvernement a des marges de manœuvre en la matière, à la différence du chômage, dit Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos. Pour compenser l’effet symbolique de la hausse de la CSG et de la baisse des APL, qui a été très fort, le gouvernement ne pourra pas se contenter de demi-mesures. » Souvenez-vous pourtant de ce que nous disions ici même, pendant la campagne électorale présidentielle :

« Si Macron est élu…c’est cinq ans de foutus »

 

Mais l’heure de vérité approche.

Le 2 novembre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “En 1788, c’était le prix du blé. En 2018, c’est le prix des carburants.”

  1. Patrick Pattier novembre 3, 2018 à 9:40 #

    DES GENS QUI N’ONT PAS BOUGE QUAND DES MILLIONS DE RECONQUERANTS DE TOUTES FACES DEPUIS 1962 NOUS ENVAHISSENT ET LA ON TOUCHE A LEURS BAGNOLES PERMETTEZ MOI DE M’EN FOUTRE

Trackbacks/Pingbacks

  1. De la ronde du soleil à la ronde de " Macron - Jupiter - Le Crépusculaire ***" ...[MAJ 24/10 ] ... et à la descente dans les abysses des enfers ... [MAJ 03/11] - Cril17 - novembre 3, 2018

    […] En 1788, c’était le prix du blé. En 2018, c’est le prix des carburants. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :