« Ôte-toi d’là que j’my r’mette ! » Prétend Jean-Yves Le Drian.

6 Nov

Mais faut-il vraiment remettre les pieds dans le bourbier centrafricain ?

En tête-à-tête avec le président Faustin-Archange Touadéra, avec son homologue des affaires étrangères, Charles Armel Doubane, en conférence de presse, en visitant un chantier humanitaire ou devant la communauté française… le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, affirme que Paris veut reprendre la main dans son ancienne colonie, en lambeaux, où la Russie a déboulé il y a quelques mois en lançant des initiatives tous azimuts soutenues par Bangui et contrariant la France.

En langage diplomatique, dans la bouche du ministre français des affaires étrangères – et ministre de la défense au temps de l’opération militaire française Sangaris (2013-2016) destinée à mettre un terme aux affrontements entre les groupes rebelles –, cela donne : « J’ai toujours été là pendant les bons et les mauvais moments, tout le monde ne peut pas en dire autant. » Comprendre, la Russie. Or, ni lui ni son nouveau mentor, Emmanuel Macron, ne supportent l’idée que Vladimir Poutine pourrait réussir en Afrique centrale comme il l’a fait, seul, en Syrie.

Ce fut sa première phrase prononcée publiquement sur le sol centrafricain, jeudi 1er novembre, dans le quartier de l’aéroport de Bangui. A l’époque, il y avait là plusieurs centaines de milliers de personnes cherchant la protection des militaires de Sangaris, basés à proximité, contre les exactions de milices, principalement musulmanes. Plusieurs milliers de familles survivent toujours là, dans l’insalubrité et l’incapacité de regagner leurs foyers. Preuve, s’il en fallait, de la volatilité de la situation sécuritaire à Bangui, en particulier, et en Centrafrique d’une manière générale.

« Dans toute sa laideur, c’est la réalité d’un Etat faible dans un contexte violent », résume Parfait Onanga-Anyanga, chef de la mission des Nations unies (ONU) en Centrafrique (Minusca), forte d’un contingent de 12 000 hommes émargeant sur un budget annuel de 1 milliard de dollars (875 millions d’euros), soit l’équivalent d’environ 60 % du produit intérieur brut (PIB) centrafricain ou plus de deux fois le budget national. Il n’empêche, 75 % du territoire échappe au contrôle des autorités centrales et des Casques bleus. Alors, qu’irions-nous faire dans cette galère ? (Lire « Centrafrique : le pire est probablement devant eux » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/06/22/centrafrique-le-pire-est-probablement-devant-eux/).

Comment rétablir, ou plutôt instaurer, un semblant d’autorité dans ce pays charnière d’Afrique centrale voisin des deux Congo, du Soudan et du Tchad ? La France, aiguillonnée par la Russie qui surfe sur les critiques centrafricaines – variant, selon les circonstances, du néocolonialisme ou, à l’inverse, de ne pas vouloir ressusciter Sangaris –, est venue réaffirmer qu’elle ne se désintéresse pas de la question. Quelle erreur !

La France a donc sorti son chéquier : dix millions d’euros d’aide budgétaire directe. On ne peut pas dire que la méthode soit innovante dans ce pays que Paris a longtemps tenu sous perfusion. Mais M. Le Drian a pris soin de préciser, sans trop ménager les susceptibilités locales, que « cela correspond à deux mois de salaires des fonctionnaires centrafricains ». Militaires compris…

C’est d’ailleurs pour contribuer à équiper les Forces armées centrafricaines (FACA) en cours de refondation – grâce, notamment, aux programmes de l’Union européenne (UE) intégrant plusieurs dizaines de formateurs français – que M. Le Drian a aussi annoncé la livraison prochaine de 1 400 fusils-mitrailleurs. Ces armes proviennent d’une saisie de Kalachnikovs réalisée il y a plusieurs mois par les Français en mer Rouge au large de la Somalie. Ou quand le trafic d’armes vient en aide au budget de la France.

En décembre 2017, Moscou avait obtenu du Conseil de sécurité de l’ONU un accord d’exemption à l’embargo sur la livraison des armes à destination de la Centrafrique, associé à l’arrivée de 175 formateurs russes.

Depuis, le groupe de surveillance de l’ONU pour les sanctions contre la RCA s’est inquiété du manque de transparence de cette opération prévue pour une année et dont le terme arrive prochainement et M. Le Drian a tenu à préciser que l’opération française, elle, est réalisée « dans le cadre strict, respectueux et transparent des Nations unies, dans une transparence totale, à la fois sur l’origine, sur l’acheminement, et sur la livraison ».

En plus de ce soutien militaire, le ministre a précisé que le montant total des aides se monterait à 24 millions d’euros. Outre le paiement des arriérés de salaires des fonctionnaires, l’argent permettra l’installation de ponts, pour une longueur totale installée de 300 mètres, participant au désenclavement d’un territoire qui se transforme en archipel durant la saison des pluies. Il sera aussi consacré aux réfugiés et aux déplacés centrafricains qui vivent à la frontière avec le Cameroun.

En filigrane, au-delà des interrogations légitimes concernant l’instabilité chronique du pays et la désespérance des populations, il s’agit de montrer sa différence par rapport à la Russie. « C’est quoi l’aide et la coopération russe en Centrafrique ? », demande un acteur français. Pas grand-chose sans doute, mais les acteurs russes, publics ou privés, se sont engouffrés ces derniers mois dans les failles de la lassitude française et de l’impuissance de la communauté internationale à rétablir la sécurité en Centrafrique. Est-il pour autant souhaitable de réengager notre pays dans ce guêpier où nous n’avons que des mauvais coups à prendre ?

Grâce à ses entrées au Soudan, la Russie tente ainsi de mettre en place un processus de négociation entre le pouvoir central et les groupes rebelles. Mi-novembre, une nouvelle session de discussion pourrait se tenir à Khartoum à l’initiative de Moscou polluant ainsi l’initiative de paix, certes enlisée, mais conduite par l’Union africaine avec le soutien de l’ONU, et de Paris. A Bangui, M. Le Drian a ainsi prétendu, chaque fois qu’il l’a pu, qu’il « n’existe aucune alternative à l’initiative de paix africaine ».

Sera-t-il entendu alors que l’initiative russe, elle, se révèle beaucoup plus avantageuse pour les rebelles – Séléka ou anti-Balaka – qui ont du sang sur les mains et un pouvoir qui a les yeux rivés sur son agenda électoral ? 

Un guêpier vous dis-je.

Le 6 novembre 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “« Ôte-toi d’là que j’my r’mette ! » Prétend Jean-Yves Le Drian.”

  1. Hervé J. VOLTO novembre 6, 2018 à 4:12 #

    LE ROI ET LA POLITIQUE ETRANGERE

    Pour la Grandeur de la france , il faut:

    1.Se doter de moyens de la Grandeur.
    2. La France Fille, Ainée de l’Eglise et Educatrice des Peuples.
    3. La France défenseur des nations.
    4. La France, promoteur du développement.
    5: La France, pivot de l’Europe des Patries.
    6. La France, partenaire de l’Afrique et du Moyen-Orient.
    7. La France présente dans le monde.
    8. La France, artisan de paix.

    1.Se doter de moyens de la Grandeur.

    Valoriser les atouts de notre Pays, renforcer la puissance militaire, démographique, économique et culturelle de la France, affirmer notre présence en mer et en Outre-Mer, défendre la présence culturelle Française, rééquilibrer les relations France-USA, résister aux assauts économiques du japon et de la Chine.

    2. La France Fille, Ainée de l’Eglise et Educatrice des Peuples.

    Instituer la relgion Catholique Romaine comme seule religion de l’Etat et inscrire les préceptes Chrétiens dans la constitution, restaurer le Concordat (extension du statut concordataire alsacien à toute la France dans l’attente d’un nouveau concordat), recréer le Protectorat Français sur les Lieux Saints (abandonné en 1926), protéger les Missions à l’étranger ET SPECIALEMENT EN AFRIQUE, en Outre-Mer ET DANS LES BANLIEUES, union avec les pays Catholiques, Cohalition Chrétienne, solidarité avec les communuatés Chrétiennes en danger dans le monde, soutien politique des communautés chrétiennes dans les pays où elles sont dirextement menacées.

    3. La France défenseur des nations.

    Refuser le prétendu « nouvel ordre mondial », faire le bilan du communisme, assainir les relations économiques internationales, DEFENDRE L’IDEE DE LA SOUVERAINTE DES PEUPLES DANS LE MONDE.

    4. La France, promoteur du développement.

    Préférer la coopération bilatérale, aider les peuples CHEZ EUX, instaurer la réciprocité.

    5: La France, pivot de l’Europe des Patries.

    Rompre avec l’eurocratie, organiser une Europe Monarchique et Chrétienne par une Europe des des patries couronnées en aidant au retour des Monarchies dans tous les pays européens encore en république et en organisant une Table Ronde des cousins Royaux.

    6. La France, partenaire de l’Afrique et du Moyen-Orient.

    Proposer à la Lybie de signer les Accords de la Méditérannée, agir pour l’indépendance du Liban, faire prévaloir le réalisme en Afrique Noire, Y ARRETER L’INCONSCIENCE REPUBLICAINE DEVANT LE DANGER QUE REPRESENTE UN EXPENSIONISME ISLAMIQUE D’AUTANT PLUS VIGOUREUX Q’IL S’APPUIT SUR UNE XPLOSION DEMOGRAPHIQUE SANS PRECEDANT DANS L’HITOIRE DU MONDE, établir un plan marshall à la Française pour nos alliés africains, normaliser les relations avec l’Algérie.

    7. La France présente dans le monde.

    Eviter la marginalisation en Asie, miser sur la Chine et la Corée libres, revenir en Asie du Sud-Est, affirmer notre présence dans le Pacifique, prendre pied en Amérique Latine.

    8. La France, artisan de paix.

    Aider à stabiliser le Proche-Orient, Israël-Palestine : énnoncer les principes Chrétiens de la paix, Moyen-Orient: promouvoir la paix dans le Golf.

  2. Patrick Pattier novembre 7, 2018 à 8:09 #

    LAISSONS LES S’ENTRETUER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :